UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Des intentions offensives pour Espagnols et Tchèques

L'Espagnol Ginés Meléndez et le Tchèque Jaroslav Hřebík ont loué la qualité de leur adversaire avant la finale de l'EURO des moins de 19 ans, lundi.

Le sélectionneur de l'Espagne Ginés Meléndez (à gauche) et son homologue tchèque Jaroslav Hřebík posent avec le trophée
Le sélectionneur de l'Espagne Ginés Meléndez (à gauche) et son homologue tchèque Jaroslav Hřebík posent avec le trophée ©Sportsfile

Les sélectionneurs de l'Espagne et de la République tchèque ont fait preuve de beaucoup de respect envers leur adversaire avant la finale du Championnat d'Europe des moins de 19 ans de l'UEFA à Chiajna.

Le Tchèque Jaroslav Hřebík reconnaît qu'il ne sera pas facile de vaincre les Ibères. "Tout le monde sait que l'Espagne offre le meilleur football au monde actuellement et cette équipe est la meilleure de ce tournoi", a-t-il déclaré. "Nous savons comment ils jouent et comment fonctionne leur système car nous les avons beaucoup regardés, mais il est difficile de jouer contre eux même si nous essaierons évidemment de leur poser des problèmes."

Son homologue espagnol Ginés Meléndez a également rendu hommage à ses adversaires en finale, expliquant : "La République tchèque est une très bonne équipe, nous les respectons beaucoup. Leur staff a accompli du bon travail, félicitations à eux pour leur parcours, mais nous ferons de notre mieux pour les battre. Nous avons de grandes attentes pour cette finale, nous sommes très confiants et nous voulons la gagner, cette rencontre va être une grande étape dans la carrière de ces jeunes."

Remplacé en fin de rencontre en demi-finale, le défenseur du Real Madrid CF Daniel Caravajal suivra la rencontre depuis le bord du terrain. "Il s'est blessé à la cuisse et sera indisponible", a expliqué Meléndez. "Dans ce genre de tournoi, il y a toujours un joueur qui prend un coup ; je suis triste pour Dani car il voulait vraiment jouer mais personne n'est indispensable dans le groupe et nous avons beaucoup de joueurs qui peuvent occuper chaque poste. Nous voulons vraiment gagner même si nous avons beaucoup de respect pour nos adversaires."

Hřebík, dont l'équipe a remporté ses six derniers matches de compétition, n'a pas ce genre de soucis : "Tout va bien, l'équipe est en grande forme et nous ne comptons pas de blessés, ce sont évidemment de bonnes nouvelles. Nous attendons le match avec impatience. Nous essaierons de les presser mais je suis sûr que l'Espagne nous mettra sous pression donc nous devrons également être solides en défense."

Après avoir mené 3-0 en demi-finale, les Tchèques ont vu la Serbie revenir à 3-2 avant de prendre à nouveau le large et de s'imposer finalement 4-2. "Même s'il n'y a pas eu d'équipes faibles dans ce tournoi, chaque équipe dispose de ses propres forces, et notre adversaire le plus coriace jusque-là a peut-être été nous-mêmes", a expliqué Hřebík. "Lorsque cet avantage de 3-0 a disparu, ce fut notre moment le plus difficile."