Qualifiés : la Suisse, 2e du Groupe A

Évaluons les forces et les faiblesses de l'équipe dirigée par Vladimir Petković, qualifiée en tant que deuxième du Groupe A.

Les Suisses joueront les 8es pour la première fois de leur histoire
Les Suisses joueront les 8es pour la première fois de leur histoire ©Panoramic

Le nul 0-0 de dimanche entre la Suisse et la France, au Stade Pierre Mauroy de Lille, a validé la place de deuxième de la Nati dans le Groupe A et donc sa première qualification pour les tours à élimination directe dans un Championnat d'Europe de l'UEFA.

Avant que les hommes de Vladimir Petković n'affrontent au prochain tour le deuxième du Groupe C, EURO2016.fr examine le parcours des Helvètes en phase de groupes.

Les plus

Stabilité défensive
La Suisse s'appuie sur un bloc défensif très dur à bouger. Fabian Schär et Johan Djourou semblent complémentaires en charnière, derrière un Yann Sommer auteur de deux parades salvatrices contre l'Albanie et élu Homme du match face à la France, qui lui a donné beaucoup de travail.

Métronome suisse
Au moment d'écrire ces lignes, aucun joueur du plateau n'a réussi autant de passes que Granit Xhaka (283). Sans faire de vagues, la nouvelle recrue d'Arsenal s'installe dans le rôle de plaque tournante, joignant souvent le geste à la parole pour recadrer son monde.

Les moins

Attaque en berne
À l'issue du match de dimanche, Petković a reconnu que ses joueurs devaient se montrer plus tranchants dans les 30 derniers mètres. Haris Seferović s'est notamment illustré par son manque de réalisme face à l'Albanie et à la Roumanie. Et, si le potentiel de Breel Embolo saute aux yeux, sa vitesse, sa puissance et sa technique ne peuvent faire oublier son jeune âge (19 ans).

Sous-exploitation de Shaqiri
Xherdan Shaqiri n'a pour l'instant pas brillé au cours de cet EURO (une passe décisive contre l'Albanie). L'ailier a même été sorti en fin de partie contre les Bleus.

Haut