Ronaldo, Casillas, Gullit, Deschamps, Platini, capitaines vainqueurs de l'EURO

Les stats et les portraits des capitaines qui ont brandi le trophée de l'UEFA Champions League depuis 1960.

Capitaines vainqueurs de l'EURO

1960 : Igor Netto (USSR)
1964 : Ferran Olivella (Espagne)
1968 : Giacinto Facchetti (Italie)
1972 : Franz Beckenbauer (Allemagne de l'Ouest)
1976 : Anton Ondruš (Tchécoslovaquie)
1980 : Bernard Dietz (Allemagne de l'Ouest)
1984 : Michel Platini (France)
1988 : Ruud Gullit (Pays-Bas)
1992 : Lars Olsen (Danemark)
1996 : Jürgen Klinsmann (Allemagne)
2000 : Didier Deschamps (France)
2004 : Theodoros Zagorakis (Grèce)
2008 et 2012 : Iker Casillas (Espagne)
2016 : Cristiano Ronaldo (Portugal)

EURO : cinq superbes buts de la tête
EURO : cinq superbes buts de la tête

Plus jeune capitaine vainqueur

25 ans et 298 jours, Ruud Gullit (Pays-Bas, 1988)

Capitaine vainqueur le plus âgé

32 ans et 251 jours Theodoros Zagorakis (Grèce, 2004)

Cinq des sept dernier vainqueurs de l'EURO avaient plus de 31 ans

Capitaines vainqueurs par poste

2 gardiens
6 défenseurs
3 milieux
4 attaquants

Capitaines vainqueurs par club

Superbes parades à l'EURO 2012
Superbes parades à l'EURO 2012

3 Real Madrid
2 Bayern
1 Spartak Moskva, Barcelona, Inter, Slovan Bratislava, Duisburg, Juventus, AC Milan, Trabzonspor, Chelsea, AEK Athens

1960 : Igor Netto (URSS)

Netto a mené son pays à la gloire lors des JO de Melbourne en 1956 et lors du premier Championnat d'Europe de l'UEFA en France. Leader et footballeur d'exception, on se souvient de lui pour son extraordinaire acte de sportivité lors de la Coupe du Monde 1962. Il avait demandé à l'arbitre d'annuler un but face à l'Uruguay, le ballon étant entré par le mauvais côté du filet. L'attachement de Netto au FC Spartak Moskva lui a permis de remporter cinq titres de champion d'URSS et trois Coupes d'URSS. Il est décédé en mars 1999.

L’Espagne gagne à domicile en 1964
L’Espagne gagne à domicile en 1964

1964 : Ferran Olivella (Espagne)

Bien qu'il n'ait été sélectionné qu'à 18 reprises avec l'Espagne, Olivella a eu l'honneur et le privilège de faire ce qu'un seul footballeur espagnol a réussi depuis : soulever un trophée international majeur. Le défenseur du FC Barcelona était le capitaine de l'Espagne lors du Championnat d'Europe de l'UEFA 1964 et il a rempli ce rôle avec discipline et autorité. Né en Catalogne, il a disputé toute sa carrière au Barça, disputant 513 rencontres pour les blaugrana de 1956 à 1969.

1968 : Giacinto Facchetti (Italie)

Figurant parmi les plus grands latéraux gauches de tous les temps, Facchetti a été le cœur et l'âme du FC Internazionale Milano pendant près d'un demi-siècle. Capitaine du club pendant son époque glorieuse du milieu des années 60, il a disputé 634 matches officiels pour l'Inter, inscrivant 75 buts avec le numéro 10 sur le dos. Il était le capitaine de l'Italie victorieuse du Championnat d'Europe de l'UEFA 1968. Il reste l'homme qui a fait le bon choix lors du tirage au sort à pile ou face après le match nul et vierge de l'Italie face à l'Union soviétique, permettant ainsi aux hôtes de se qualifier pour la finale. Facchetti a occupé de nombreux postes à l'Inter après avoir pris sa retraite en 1978 et il en était le président lorsqu'il est décédé en 2006, à l'âge de 64 ans.

1972 : Franz Beckenbauer (Allemagne de l'Ouest)

Les plus beaux buts de l’EURO 1972
Les plus beaux buts de l’EURO 1972

Grand nom de l'histoire du football, Beckenbauer confirmait sa présence au plus haut niveau international en prenant le capitanat de l'Allemagne de l'Ouest pour son premier sacre en Championnat d'Europe de l'UEFA. Aux commandes des opérations depuis son poste de libéro, son équipe domina en 1972 puis à nouveau à la Coupe du Monde de la FIFA deux ans plus tard. En plus de ses succès internationaux, Beckenbauer menait également le club de son coeur, le FC Bayern München, au triplé en Coupe des clubs champions européens (1974-76) et fut élu deux fois Ballon d'Or, en 1972 et 1976. L'affable Bavarois devint ensuite comme sélectionneur de l'Allemagne de l'Ouest, en remportant notamment la Coupe du Monde 1990

Toutes les Panenka à l'EURO
Toutes les Panenka à l'EURO

1976 : Anton Ondruš (Tchécoslovaquie)

Capitaine de l'équipe de Tchécoslovaquie vainqueur du Championnat d'Europe de l'UEFA 1976, Ondruš mena par l'exemple en Yougoslavie. Irréprochable face aux Pays-Bas et à l'Allemagne de l'Ouest, ce grand arrière central solide comme le roc en imposait, surtout dans les airs. C'est lui qui ouvrit le score face aux Néerlandais de la tête et, malgré une déviation malheureuse dans ses propres buts qui relança les Pays-Bas sur un centre de Ruud Geels, il fit amende honorable en inscrivant le troisième penalty de la séance victorieuse de tirs au but face à l'Allemagne de l'Ouest en finale. Il représenta son pays à nouveau en Italie en 1980, puis se retira à 58 sélections.

Les plus beaux buts de l’EURO 1980
Les plus beaux buts de l’EURO 1980

1980 : Bernard Dietz (Allemagne de l'Ouest)

Capitaine de la RFA au Championnat d'Europe de l'UEFA 1980, Dietz est un leader fort et discret, un élément essentiel à l'équipe victorieuse de Jupp Derwall. En effet, le sélectionneur estime tellement son capitaine et arrière gauche qu'il le ménage à partir du troisième match de groupe contre la Grèce puisqu'un avertissement le priverait de finale. Joueur clé du MSV Duisburg, où il évolue aux postes de libéro, arrière latéral et milieu défensif, Dietz est sélectionné à 53 reprises. En plus du tournoi 1980, il joue également pour la RFA en 1976, aidant l'équipe à aller en finale, et à la Coupe du Monde 1978.

Les plus beaux buts français à l'EURO
Les plus beaux buts français à l'EURO

1984 : Michel Platini (France)

Platini a dépassé toutes les attentes en emmenant les Bleus à leur premier titre international en 1984, brassard au bras : il marque dans chacun des cinq matches, dont deux coups du chapeau en phase de groupes contre la Belgique et la Yougoslavie. Ses trois autres buts ont aussi été décisifs, en demi-finale contre le Portugal et en finale contre l'Espagne. Meilleur buteur de Serie A avec la Juventus avant le tournoi, Platini s'empare naturellement du Ballon d'Or et deviendra le seul joueur à le remporter trois années de suite. Auteur de belles performances aux Coupes du Monde de la FIFA 1982 et 1986, il inscrit 41 buts en 71 sélections. Il a ensuite été sélectionneur de l'équipe de France de 1988 à 1992 et est président de l'UEFA depuis janvier 2007.

Superbes buts de l'EURO 1988
Superbes buts de l'EURO 1988

1988: Ruud Gullit (Pays-Bas)

Gullit était l'un des joueurs les plus illustres du continent. Élu Footballeur européen de l'année en 1987, le grand joueur adepte du football total a aidé l'AC Milan à remporter son premier titre de champion d'Italie en neuf ans et était capitaine des Pays-Bas qui gagnait leur premier grand trophée international au Championnat d'Europe de l'UEFA 1988. Il marquait le premier but de la finale contre l'Union soviétique à l'aide d'une tête puissante. Après une Coupe du Monde de la FIFA 1990 décevante, Gullit retrouvait le meilleur de sa forme à l'EURO '92, après avoir remporté le Scudetto avec Milan au cours d'une année de tous les records. Il terminait sa carrière internationale avec 66 sélections et 17 buts en 1994. Depuis, il a été entraîneur du Chelsea FC, du Newcastle United FC, de Feyenoord, du LA Galaxy et du FC Terek Grozny.

Les surprises de l'EURO
Les surprises de l'EURO

1992 : Lars Olsen (Danemark)

La légende veut que, en apprenant que son pays avait été repêché in extremis pour participer à l'EURO 92, le capitaine danois Olsen sauta au volant de sa voiture pour rentrer en voiture de Turquie en Scandinavie. Sa passion et ses qualités de leader naturel contribuèrent au plus inattendu des succès, dans une compétition où il joua chaque minute de sa sélection. Olsen jouait au Trabzonspor AŞ lorsqu'il apprit la nouvelle, après six années fabuleuses avec le Brøndby IF, dont cinq en champion. Olsen goûta ensuite aux terrains belges et suisses, avant de boucler la boucle avec Brøndby en 1996, et un nouveau titre de champion. Il se retira après 84 sélections (dont 69 en capitaine, record absolu) et est désormais entraîneur.

Le But en Or de Bierhoff en finale de l'EURO '96
Le But en Or de Bierhoff en finale de l'EURO '96

1996 : Jürgen Klinsmann (Allemagne)

Au cours d'une carrière marquée par un titre de champion du monde lors de la Coupe du Monde FIFA 1990 et 47 buts en 108 sélections, l'EURO 96 reste gravé comme le tournoi de référence pour Klinsmann. Lothar Matthäus blessé, c'est lui qui mena la Nationalmannschaft en capitaine exemplaire en Angleterre, avec trois buts et une participation en finale malgré une blessure au mollet qui l'avait écarté de la demi-finale. Conclusion heureuse d'une saison riche de 15 buts et d'un titre en Coupe UEFA avec le FC Bayern München. Klinsmann marqua dans les six compétitions majeures qu'il honora de sa présence et termina troisième de la Coupe du Monde 2006 en tant qu'entraîneur. Il œuvre désormais à la tête de la sélection américaine.

France-Portugal, une longue histoire à l’EURO
France-Portugal, une longue histoire à l’EURO

2000 : Didier Deschamps (France)

Premier capitaine à brandir la Coupe du monde de la FIFA pour la France, Deschamps et le footballeur le plus titré du pays. Deux ans après le triomphe de 1998, il récidivait après la finale de l'Euro 2000 à Rotterdam. Lors de cette phase finale, il atteignait les 100 sélections. Celui que l'on surnomme DD a également été le premier capitaine d'un club français à brandir la Coupe des champions avec Marseille en 1993. Il a également triomphé en Italie avec la Juventus mais aussi en Angleterre avec Chelsea. Devenu entraîneur, le Bayonnais a remis Marseille sur la voie du succès en réalisant le doublé Coupe de la Ligue-Championnat en 2009/10. Il sera mènera ensuite la France en finale de l'EURPO 2016 et à la victoire en Coupe du Monde en 2018.

Les plus beaux arrêts de l'EURO 2004
Les plus beaux arrêts de l'EURO 2004

2004 : Theodoros Zagorakis (Grèce)

Non content de brandir le trophée Henri Delaunay, le capitaine grec Zagorakis a également été désigné meilleur joueur de la compétition par l'UEFA. S'il n'a pas marqué en phase finale, le milieu a été le véritable poumon de son équipe. Après des séjours au FC Kavala, au PAOK FC et au Leicester City FC, Zagorakis n'aurait sans doute jamais imaginé une telle carrière internationale. Crédité de 120 capes, il a mis fin à sa carrière en 2007. Son seul autre titre majeur est une Coupe de Grèce 2002.

Les plus beaux buts de l'EURO 2008
Les plus beaux buts de l'EURO 2008

2008 et 2012 : Iker Casillas (Espagne)

Aussi loyal qu'efficace sous le maillot du Real Madrid CF et de l'Espagne, Casillas a sans doute vécu son heure de gloire lors de la phase finale 2008. Le portier, international depuis 2000, a hérité du brassard de capitaine juste avant le tournoi. Il a dirigé son équipe de main de maître, n'a pas encaissé le moindre but en quart de finale (sauvant même deux tirs au but contre l'Italie), en demi-finale ni en finale. Casillas a décroché sa 100e sélection en 2009 et a de nouveau brillé à la Coupe du Monde de la FIFA 2010, rejoignant ainsi le groupe restreint des joueurs qui ont remporté tous les titres majeurs en club comme en sélection. Il n'a pris ensuite qu'un seul but pour conserver sa couronne européenne à l'UEFA EURO 2012.

EURO 2016 : Ronaldo sauve le Portugal
EURO 2016 : Ronaldo sauve le Portugal

2016 : Cristiano Ronaldo (Portugal)

Ronaldo a explosé lors de l'UEFA EURO 2004, s'illustrant pendant la campagne du Portugal, finaliste de la compétition. Formé au Sporting Clube de Portugal, Ronaldo a aidé le Manchester United FC à rafler trois titres nationaux de rang ainsi que l'UEFA Champions League en 2008. Une saison mémorable pour lui puisqu'il a marqué 42 buts en 49 matches, ce qui lui a valu le titre de Joueur de l'année de l'UEFA, celui de Ballon d'Or ainsi que le trophée de Joueur FIFA de l'année. Il a signé au Real Madrid CF pour un montant record de 92 M€. En 2010/11, il a inscrit 40 buts en Liga, nouveau record.

Téléchargez l'app de l'EURO