Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

EURO 1992 : tout savoir

Le Danemark, d'invité surprise à l'EURO, à vainqueur surprise.

Invité surprise, le Danemark a déjoué les pronostics pour remporter l'EURO 1992
Invité surprise, le Danemark a déjoué les pronostics pour remporter l'EURO 1992 Getty Images

L'Équipe vainqueur

Finale de l'EURO 92 : Danemark 2-0 Allemagne
Finale de l'EURO 92 : Danemark 2-0 Allemagne

Juin 1992 n'était pas vraiment la période pour retaper sa cuisine quand on était international danois. Sorti de la compétition en éliminatoires, le Danemark a été repêché à la dernière minute pour remplacer la Yougoslavie en guerre. C'est ainsi que les Danois sont devenus champions d'Europe en Suède.

"Je devais poser une nouvelle cuisine chez moi mais nous avons été appelés pour aller jouer en Suède." Sans détour le sélectionneur danois Richard Møller-Nielsen racontait, peu après le triomphe, comment l'aventure avait commencé. "Maintenant, la cuisine est terminé. Nous avons dû faire appel à un décorateur." Le Danemark avait alors deux semaines pour préparer sa phase finale.

De plus, le meneur de jeu star Michael Laudrup était absent. Il n'était donc guère surprenant que le premier match soit un nul 0-0 contre l'Angleterre et que le deuxième soit une défaite 1-0 devant la Suède de Tomas Brolin et Martin Dahlin. La France entraînée par Michel Platini allait faire la première les frais de cet invité surprise en s'inclinant 2-1 dans le Groupe 1. Le Danemark se qualifiait pour les demi-finales avec la Suède.

La géopolitique avait influé sur le Groupe 1. Elle se faisait aussi sentir dans le Groupe 2. L'Allemagne arrivait pour la première fois avec un équipe réunifiée et l'URSS s'appelait désormais Communauté des Etats indépendants (CEI). Le Groupe était remporté par les Pays-Bas, détenteurs du titre. Un jeune prodige du nom de Dennis Bergkamp faisait la différence contre la CEI et marquait encore lors de la victoire 3-1 contre l'Allemagne, qui prenait la deuxième place du groupe.

Bergkamp levait encore les bras en demi-finale, mais Henrik Larsen le faisait une fois de plus que lui en faveur du Danemark L'égalisation signée Frank Rijkaard en fin de match signifiait la prolongation puis les tirs au but. Un exercice dans lequel Peter Schmeichel stoppait la tentative de Marco van Basten, le héros de 1988. La "Danish Dynamite" était amorcée pour la finale.

Les joueurs de Møller-Nielsen affrontaient alors l'Allemagne de Berti Vogts à Göteborg, après que Karlheinz Riedle eut fait pleurer le pays organisateur (3-2). John Jensen marquait le premier but de la finale après 18 minutes. Kim Vilfort mettait un point final à cette histoire extraordinaire en seconde période alors que Schmeichel se montrait une nouvelle fois providentiel.

Meilleurs buteurs

Quatre joueurs ont terminé avec trois buts :

Dennis Bergkamp au milieu de le défense danoise
Dennis Bergkamp au milieu de le défense danoisePopperfoto via Getty Images

Dennis Bergkamp (Pays-Bas)
Tomas Brolin (Suède)
Henrik Larsen (Danemark)
Karl-Heinz Riedle (Allemagne)

Les stades de l'EURO

La Suède a accueilli le tournoi final à huit équipes, l'action se concentrant sur quatre stades ; le stade Ullevi de Göteborg a organisé cinq matches (dont une demi-finale et la finale), tandis que quatre ont eu lieu au Råsunda de Stockholm (y compris une demi-finale). L'Idrottsparken de Norrkoping et le stade Malmö de Malmö ont tous deux été les lieux de trois matches de phase de groupes.

Le sélectionneur vainqueur

Richard Møller Nielsen n'était pas le premier choix pour prendre la tête du Danemark à la place de Sepp Piontek en 1990. Il ne s'est pas attiré la sympathie des joueurs les plus spectaculaires de l'équipe en mettant l'accent sur la défense. Cependant, après que le Danemark a remplacé la Yougoslavie à la dernière minute, "Ricardo" – décédé en 2014 – a stabilisé son groupe pour le préparer à une incroyable destinée. "Ce fut un grand honneur de jouer sous ses ordres", a déclaré le milieu de terrain John Jensen. "Il a pris les bonnes décisions au bon moment."

Le capitaine vainqueur

Les plus beaux buts de l'EURO 92
Les plus beaux buts de l'EURO 92

Le défenseur central Lars Olsen a porté le brassard de capitaine pour le Danemark lors du Championnat d'Europe de l'UEFA 1992, après avoir figuré dans l'équipe qui avait disputé la finale de 1988. Il est venu en Suède après avoir brandi la Coupe de Turquie lors de sa seule saison complète au Trabzonspor, puis est parti pour la Belgique à Seraing. Depuis, il a dirigé de nombreux clubs danois et a dirigé l'équipe nationale des îles Féroé de 2011 à 2019.

.

Le missile de Jensen à l'EURO 92
Le missile de Jensen à l'EURO 92

L'équipe du tournoi

G : Peter Schmeichel (Danemark)
D : Jocelyn Angloma (France)
D : Laurent Blanc (France)
D : Andreas Brehme (Allemagne)
D : Jürgen Kohler (Allemagne)
M : Ruud Gullit (Pays-Bas)
M : Brian Laudrup (Danemark)
M : Stefan Effenberg (Allemagne)
M : Thomas Hässler (Allemagne)
A : Bennis Bergkamp (Pays-Bas)
A : Marco van Basten (Pays-Bas)

 

Les stats de l'EURO 92

Jean-Philippe Durand et l'équipe de France n'ont pas passé le premier tour dans la phase finale en 1992, malgré des éliminatoires très réussis.
Jean-Philippe Durand et l'équipe de France n'ont pas passé le premier tour dans la phase finale en 1992, malgré des éliminatoires très réussis.Popperfoto via Getty Images

• Le triomphe du Danemark est intervenu quelques jours après un référendum où les Danois affirmaient leur volonté de rester en dehors de l'Union européenne. Le ministre des Affaires étrangères Uffe Ellemann-Jensen notait, "si vous ne pouvez pas les rejoindre, battez-les".

• Le succès danois était d'autant plus remarquable qu'il n'y avait pas de club professionnel dans ce pays jusqu'en 1986, lorsque Brøndby abandonnait son statut amateur.

• Sous les ordres de Michel Platini, la France était la première équipe qualifiée en remportant tous (huit) ses matches des éliminatoires dans un groupe contenant, entre autres, l'Espagne.

• Ce tournoi était le premier grand tournoi au cours duquel les joueurs portaient leur nom floqué au dos de leur maillot.

Autres contenus

Haut