EURO : paroles de vainqueurs

Ce qu'ils ont dit après avoir brandi le plus convoité des trophées européens.

EURO : paroles de vainqueurs
©Getty Images

LE PREMIER : Viktor Ponedelnik (URSS, 1960) 
Je me souviens toujours de cette finale avec bonheur. En battant la Yougoslavie, l'Union soviétique est devenue le premier champion d'Europe. Mon but à la 113e minute a été le plus important de toute ma carrière. J'ai marqué beaucoup pour mes clubs et pour l'équipe nationale, mais il y a des matches et des buts qui sont vraiment spéciaux, des points d'orgue dans une carrière. C'était le meilleur moment de ma vie.

À DOMICILE : Luis Suárez (Espagne, 1964) 
 Santiago Bernabéu était plein. Les fans se sont identifiés à nous, peut-être parce que nous étions une très jeune équipe. Même si une erreur était commise - et le risque était élevé - les fans nous ont soutenus. Nous avons bien joué - l'URSS avait une très bonne équipe - et je pense que nous méritions de gagner. Les autres équipes espagnoles ont joué mieux que 1964, mais nous n’avons jamais rien fait.

L'INVENTEUR : Antonín Panenka (Tchécoslovaquie, 1976) 
J'avais l'habitude de rester après l'entraînement avec notre gardien de but et la pratique des pénalités - nous jouions pour une barre de chocolat ou un verre de bière – était une coutume. Il était très bon alors ça m'a coûté cher. J'ai pensé que si je retardais le tir et que je l'assurais le gardien qui avait plongé ne pourrait pas la prendre. J'ai testé et j'ai gagné beaucoup de paris avec ça !

LE MAGICIEN : Marco van Basten (Pays-Bas, 1988) 
Le ballon venait d'Arnold Mühren et j'ai pensé: "OK, je peux contrôler, mais il y a du monde devant', alors j'ai frappé (sur sa reprise d'anthologie en finale). Vous avez besoin de beaucoup de chance et j'en ai eu. C'était un sentiment fantastique. Mais avec l’enthousiasme suscité par le but, je n’ai pas réalisé ce que j’avais fait. Vous pouvez le voir dans ma réaction. Je demande : "Qu'est-ce qui se passe?".

BUTEUR EN OR : David Trezeguet (France, 2000) 
Marquer le but égalisateur à la 90e+4 minute (par Sylvain Wiltord) nous a donné encore plus de volonté de gagner - et nous avons tenté notre chance. Cela a commencé avec un très bon débordement de Robert Pirès, et il a mis un centre assez difficile, mais je frappe le ballon en tombant. Toute ma force était dans cette frappe - cela avait été un championnat difficile pour moi parce que j'avais espéré jouer un plus grand rôle.Mais nou avion réalisé notre rêve, être champions du monde, puis d'Europe.

CONTRE TOUTE ATTENTE : Theodoros Zagorakis (Grèce, 2004) 
Une fois que nous avions marqué, il était difficile pour le Portugal de tromper 11 joueurs qui défendaient avec autant de passion. Nous nous sommes tous battus comme des fous pour l’équipe et au lieu de nous fatiguer, nous avons commencé à couvrir plus de terrain ; nous voulions cette coupe et quand l'arbitre a sifflé la fin ce fut comme si les lumières s'éteignaient... On ne pense à rien. J'ai gardé un sourire idiot sur le visage car je ne sais pas combien de minutes. C'étaient des moments incroyables

STYLISTE: Xavi Hernández (Espagne 2008)
Le football que nous avons joué en 2008 était magnifique. Pas seulement le plan offensif, mais aussi pour notre occupation du terrain. Nous avons été couronnés champions sans avoir à faire appel à la légendaire "furia española" (fureur espagnole).

L'ABSENT : Cristiano Ronaldo (Portugal, 2016)
Depuis (la dernière défaite du Portugal à l'EURO en finale) en 2004, j'ai demandé à Dieu de me donner une autre chance. Malheureusement, les choses ne se sont pas bien passées pour moi. Je me suis blessé dans les premières minutes (de la finale 2016). Nous avons cru dès le début. Nous avons eu des moments difficiles, mais c'est comme je le dis toujours: mieux vaut commencer mal et avoir une fin positive

Haut