Popp et l'euphorie allemande des M17

Alexandra Popp, buteuse allemande qu'il n'est plus besoin de présenter, se rappelle la victoire allemande de 2008 avec les M17, point tournant de sa carrière.

Popp et l'euphorie allemande des M17
Popp et l'euphorie allemande des M17 ©UEFA.com

Alexandra Popp risque de mal vivre le Championnat d'Europe féminin de l'UEFA, le mois prochain, qu'elle manquera pour cause de blessure mais ses souvenirs de Championnat d'Europe des moins de 17 ans de l'UEFA, dont la prochaine édition démarre mardi, pourrait bien lui remonter le moral.

Popp, passée récemment de l'arrière gauche à l'aile, avait largement contribué à la victoire allemande pour la première édition à Nyon, il y a cinq ans. Elle avait marqué lors du 3-0 infligé en finale à la France (11 buts cette saison).

"Ce fut fantastique de s’imposer avec cette équipe et ce merveilleux staff technique, et avec toutes mes coéquipières, en particulier parce que c’était le premier titre de ma carrière, le premier grand titre", s'est enthousiasmé Popp aux micros d'UEFA.com. "Il y a eu énormément de plaisir."

"Le stade était à guichets fermés lorsque nous avons joué contre la France. Ce fut un match très équilibré jusqu’à ce que nous parvenions inscrire le premier but, il nous a facilité les choses. À partir de cet instant tout a été plus facile et nous avons maîtrisé cette rencontre. C’était un grand moment, il y avait de l’euphorie, de la passion et c’est en principe avec ces sentiments la que vous allez au bout."

Bientôt attaquante confirmée, elle enlevait le titre de Soulier d'Or lors de la Coupe du Monde féminine FIFA 2010 FIFA U-20 pour la première victoire allemande avant d'être alignée en coupe du monde l'année suivante avec l'équipe A. Popp a également remporté L'UEFA Women's Cup 2009 avec le FCR 2001 Duisburg puis l'UEFA Women's Champions League le mois dernier avec le VfL Wolfsburg. Son succès chez les M17 a marqué pour elle un tournant décisif dans sa carrière.

"Il est clair que c’est très important", estime-t-elle. "Après le championnat d’Europe des moins de 17 ans nous avons disputé la coupe du monde en Nouvelle-Zélande, il y avait également une super mentalité au sein de notre équipe, cela a très bien fonctionné même si, au final, nous n’avons terminé qu’à la troisième place. Mais il est important, pour progresser, d’emmagasiner cette expérience, d’être exigeant avec soi-même, et d’apporter tout son travail pour le mettre au service d’une équipe, on se donne les unes pour les autres, on agit ensemble, avec solidarité. Et si cet ensemble fonctionne bien, des pieds à la tête, alors s’imposer devient possible."

Que Popp ait été la seule fille au centre de formation du FC Schalke 04 y a fait pour beaucoup. "J’avais déjà joué au football avec des garçons depuis une dizaine d’années, et cela a eu une influence positive, rappelle-t-elle. Je n’avais pas peur, j’ai pris part à chaque duel sans avoir peur de me faire mal ou de perdre le ballon, mais souvent je le gagnais. C’est ce que j’ai appris en jouant avec les garçons, à être dure alors lorsque je suis revenue à Schalke j’ai commencé à progresser, en particulier au niveau de mon dynamisme : je suis devenue plus rapide, et je suis parvenue à enchaîner davantage de courses."

Grande première, l'Allemagne ne participera pas, pour la première fois, à la phase finale des M17 féminines, mais Popp a un message à délivrer à la Belgique, la Pologne, la Suède et l'Espagne : "Je pense que toutes les joueuses devraient attendre avec impatience un tel événement parce que ça peut aller très vite à partir de ce moment-là, plus vite qu’on ne pense."