UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Santos Tartu, le Brésil version Estonie

Inspiré par le premier club de Pelé et composé d'amateurs, le FC Santos Tartu représentera la samba estonienne en Europa League.

Le Santos Tartu est l'une des 18 équipes qui découvrira la scène européenne cette saison en UEFA Europa League
Le Santos Tartu est l'une des 18 équipes qui découvrira la scène européenne cette saison en UEFA Europa League ©Tartu FC Santos

Un club amateur estonien composé d'un docteur, un agent immobilier, plusieurs étudiants et un gardien de prison fait ses grands débuts en UEFA Europa League jeudi soir. Baptisé en l'honneur du club brésilien qu'a fréquenté Pelé pendant 18 ans, le Tartu FC Santos s'apprête à rencontrer le Tromsø IL.

Levadia a remporté la Coupe d'Estonie
Levadia a remporté la Coupe d'Estonie©Hendrik Osula

Fondé en 2006, le Tartu Santos évolue en troisième division estonienne et doit sa présence sur la scène européenne à son incroyable parcours en Coupe d'Estonie, où il ne s'inclinait qu'en finale, face au FC Levadia Tallinn, par ailleurs sacré champion. 

Ce club revendique ouvertement son inspiration brésilienne, jusque dans son jeu, fait de passes courtes et de dribbles. Si son effectif est éclectique, il pourra compter sur l'expérience de Timo Teniste, un milieu de terrain de 28 ans qui compte 68 matches dans l'élite pour l'illustre rival local, le JK Tammeka Tartu.

"J'ai décidé de mettre un terme à ma carrière professionnelle il y a deux ans, et c'est comme ça que je me suis retrouvé à jouer pour Santos", explique Teniste. "On a gagné plusieurs promotions, puis avec un peu de chance en Coupe d'Estonie, on se retrouve en Europa League.

"On ne peut malheureusement pas s'entraîner au complet en général, car nous avons des boulots : il faut bien vivre", poursuit-il. "Mais on est plus nombreux ces derniers mois, entre 18 et 24 joueurs. C'est parfois moins, mais on est toujours au moins 14. Dans l'équipe, il y a des musiciens, un docteur, un spécialiste de la logistique... mais le plus inhabituel, c'est sûrement notre gardien de prison. On s'entend bien, mais notre meilleur atout, c'est notre technique."

Le président du club Meelis Eelmäe est ambitieux : "Nous n'avons pas peur : un match européen est une super expérience, et c'est bien le plus important pour nous. Notre objectif est de monter en Première division dans deux ans et de retrouver l'Europe dans trois ou quatre saisons."