UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Goessling, plus nerveuse que d'habitude

Malgré son expérience et les nombreux titres, l'Allemande Lena Goessling a reconnu avoir eu du mal à supporter la pression face aux Pays-Bas.

Lena Goessling sait que l'Allemagne se doit de mieux faire
Lena Goessling sait que l'Allemagne se doit de mieux faire ©Getty Images

Quand le coup de sifflet final a retenti jeudi, Lena Goessling a cherché du regard son petit copain et son père parmi le public de la Växjö Arena, espérant trouver une explication à ce qu'il venait de se passer au cours des 90 minutes écoulées durant lesquelles une formation néerlandaise particulièrement bien huilée a bien failli surprendre les championnes d'Europe en titre.

La pensionnaire du VfL Wolfsburg n'a pas été surprise de voir le scepticisme affiché par ses proches et reconnaissait que sa performance, comme celle de son équipe, tenue en échec 0-0 dans le Groupe B, était bien en deçà de son niveau habituel. 

"Nous avons commis de nombreuses erreurs. J'ai souvent perdu le ballon. Il va falloir se ressaisir contre l'Islande, il faudra être plus en mouvement et savoir s'adapter mieux que ça", analysait l'intéressée de retour à l'hôtel. "Nous allons apprendre de nos erreurs. Désormais, seul le prochain match compte. Il faut que l'on continue à croire que nous sommes une grande équipe et que nous pouvons mieux jouer."

Au vu de leur entrée en matière timide dans le tournoi, nul doute que les filles de Silvia Neid ont le potentiel pour proposer un jeu pus fluide et moins brouillon que contre les Pays-Bas.

Seule la gardienne de but Nadine Angerer s'en sort avec les honneurs grâce à ses nombreuses parades qui ont empêché les Allemandes de voir leur série de 58 matches sans défaite en Championnat d'Europe féminin de l'UEFA prendre brusquement fin.

Le fait que la vétérane de la Mannschaft ait brillé n'est peut-être pas si surprenant quand on sait que plusieurs joueuses faisaient leurs débuts dans la compétition face aux Néerlandaises. C'était notamment le cas de Goessling qui, malgré le triplé coupe-championnat-UEFA Women's Champions League la saison passée et une 50e cape honorée le mois dernier, admettait avoir eu du mal à supporter la pression.

"C'était mon tout premier match en Championnat d'Europe. J'étais plus nerveuse que d'habitude car un tournoi c'est quelque chose de très différent. Ça a été le cas pour beaucoup d'autres joueuses", expliquait la milieu défensif en référence aux difficultés rencontrées par la Suède. "Tout le monde a pu se rendre compte que c'était très compliqué de démarrer un EURO. Heureusement, il n'y a pas véritablement eu de conséquences et il nous reste deux matches."

Avant d'affronter la Norvège à Kalmar la semaine prochaine, l'Allemagne espère retrouver le chemin de la victoire dès dimanche contre l'Islande. Malgré une terne performance, la place de Goessling dans le 11 de départ ne devrait pas être compromise. En revanche, sa partenaire à Wolfsburg Nadine Kessler, qui évoluait également au poste de milieu défensif dans le 4-2-3-1 initial aligné par Neid, a dû céder sa place à la mi-temps.

Goessling espère que le binôme aura une chance de se rattraper ce week-end. "Nadine et moi savons que nous n'avons pas effectué notre meilleur match. Nous acceptons les critiques et travaillerons de manière plus concertée lors du prochain match", affirmait-elle.