UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Entraîneur et Entraîneure d’équipe féminine de l’année, les finalistes

Lluís Cortés, Peter Gerhardsson et Emma Hayes sont les trois finalistes pour le prix d'Entraîneur ou Entraîneure d'équipe féminine de l'année de l'UEFA.

Entraîneur et Entraîneure d'une équipe féminine de l'année, les finalistes
Entraîneur et Entraîneure d'une équipe féminine de l'année, les finalistes

Lluís Cortés, qui a conduit Barcelone au titre la saison dernière, Peter Gerhardsson qui dirigeait la Suède et Emma Hayes de Chelsea sont les trois finalistes pour le prix de l'Entraîneur ou Entraîneure d'équipe féminine de l'année 2020/21.

Le nom du lauréat ou la lauréate sera connu – tout comme celui de l'Entraîneur d'une équipe masculine de l'année, du Joueur et de la Joueuse de l'année de l'UEFA et les lauréates et des lauréats de Prix par poste de l'UEFA Women's Champions League et de l'UEFA Champions League – au cours de la cérémonie du tirage au sort des groupes de l'UEFA Champions League 2021/22, à Istanbul (Turquie), le vendredi 26 août. Le Joueur de l'UEFA Europa League 2020/21 sera dévoilé le lendemain.

Les finalistes

Lluís Cortés (Barcelone, libre)

Promu entraîneur principal en janvier 2019, il a conduit Barcelone à la finale de l'UEFA Women's Champions League cette saison-là. La saison passée, Cortés a fait mieux, le Barça écrasant Chelsea en finale à Göteborg pour ajouter ce titre à son doublé domestique au terme d'une saison qui a vu le club inscrit 208 buts en 47 matches de compétition. Troisième des votes en 2019/20, il a quitté son poste en juin 2021.

Peter Gerhardsson (Suède)

Nommé sélectionneur de la Suède en 2017 après avoir dirigé l'équipe masculine de Häcken, Gerhardsson a dirigé la sélection lors de sa campagne surprise lors de la Coupe du Monde féminine de la FIFA 2019, décrochant une demi-finale qui a qualifié la Suède pour les Jeux Olympiques. Au Japon, la Suède a sans doute été l'équipe qui a le plus marqué les esprits, battant notamment les États-Unis 3-0, avant de s'incliner en finale aux tirs au but face au Canada. Gerhardsson a également mené sa sélection à la phase finale de l'UEFA EURO féminin 2022, pour lequel la Suède sera l'une des favorites.

Emma Hayes (Chelsea)

À la tête de Chelsea depuis 2012, Hayes a fait de son équipes une championne d'Angleterre pour la quatrième fois depuis sa prise de fonction la saison dernière, conservé la Coupe de la Ligue et atteint sa première finale d'UEFA Women's Champions League. La seule fois qu'une formation anglaise avait atteint la finale de cette épreuve était lors du titre d'Arsenal en 2007, Hayes faisant partie du staff. Elle s'est classée quatrième, derrière Cortés, l'an passé, lors de la première édition du Prix de l'entraîneur d'une équipe féminine de l'UEFA.

La suite du top 10

4 Olivier Echouafni (Paris Saint-Germain, libre) – 24 points
5 Jens Scheuer (Bayern München) – 17 points
6 Rita Guarino (Juventus, aujourd'hui Internazionale Milano) – 10 points
= Anna Signeul (Finlande) – 10 points
8 Sarina Wiegman (Pays-Bas, aujourd'hui Angleterre) – 7 points
9 Gareth Taylor (Manchester City) – 5 points
10 Jorge Vilda (Espagne) – 3 points

Sur le prix

Le classement porte sur les entraîneurs et entraîneures évoluant en Europe, quelle que soit leur nationalité, au regard de leurs performances durant la saison dans les compétitions auxquelles elles et ils participent – à la fois locales et internationales – au niveau des clubs ou des sélections. Jean-Luc Vasseur (Lyon) avait été le premier lauréat de ce prix en 2019/20.

Les choix

La liste des finalistes a été établie par un jury composé d'entraîneurs et d'entraîneures qui ont participé aux huitièmes de finale de l'UEFA Women’s Champions League 2020/21. Vingt journalistes de football féminin de l'ESM participent aussi au jury.

Les membres du jury ont choisi leur top 3, le premier ou la première recevant cinq points, le ou la deuxième trois et le ou la troisième un seul point. Les entraîneurs et entraîneures ne pouvaient pas voter pour elles et eux-mêmes.