Dudelange pour partir en beauté !

Dudelange quitte la compétition après un dernier match face au Betis, en lutte pour la première place.

Dominik Stolz et Dudelange ont réussi un match mémorable lors de la 5e journée
Dominik Stolz et Dudelange ont réussi un match mémorable lors de la 5e journée ©AFP/Getty Images

Les Luxembourgeois du F91 Dudelange disent adieu à l’UEFA Europa League alors que leur sixième match de groupe fait suite à cinq défaites. Ils espèrent un baroud d’honneur contre un Real Betis, invaincu et déjà qualifié, qui espère sceller la première place du Groupe F.

• Dudelange a failli causer la surprise lors de la cinquième journée alors qu’il menait deux buts à un sur le terrain du septuple champion d’Europe de l’AC Milan à San Siro, en milieu de seconde période, mais une baisse de régime lui a coûté cher et le faisait s’incliner 5-2 et récolter une cinquième défaite en cinq matches. C’était aussi la deuxième rencontre de rang où le club du Grand-Duché concédait cinq buts. Avec 16 buts encaissés, il s’agit aussi de la plus mauvaise défense de cette phase de groupes.

• Le Betis a déjà réservé sa place pour les seizièmes de finale en battant l’Olympiacos 1-0 lors de sa dernière sortie. Le club andalou a remporté quatre points face au club grec et face au Milan. Il remportera le groupe en cas de victoire face à Dudelange ou si les Rossoneri ne s’imposent pas en Grèce.

Antécédents
• Le Betis n’avait jamais affronté une équipe luxembourgeoise, pas plus que Dudelange n’avait rencontré une opposition espagnole avant la deuxième journée et la rencontre à Séville, que les Espagnols ont remportée 3-0 avec trois buts en deuxième mi-temps.

Repères
Dudelange
• Plus gros club du Luxembourg depuis près de deux décennies, Dudelange a remporté son 14e sacre national l’an passé. Ils ont perdu de peu contre les Hongrois de Vidi au premier tour qualificatif de l’UEFA Champions League mais ont ensuite battu Drita, le Legia Varsovie et le CFR Cluj (barrages) pour se qualifier en phase de groupes.

• Dudelange avait réalisé son meilleur parcours européen en 2012/13 en atteignant le troisième tour préliminaire de l’UEFA Champions League avant de s’incliner contre l’Hapoel Tel Aviv en barrages de l’UEFA Europa League (1-3 domicile, 0-4 extérieur).

• Depuis, Dudelange n’a perdu que trois de ses 11 matches européens (3 victoires, 5 nuls) et malgré sa stérilité contre Milan (0-1) et l'Olympiacos (0-2), il a trouvé deux fois le chemin des filets dans chacun de ses matches de qualification (2 victoires, 1 nul).

Betis
• Le Betis a fini une place devant Séville (deux points en plus) en Liga la saison passée, ce qui lui a permis de se qualifier automatiquement pour la phase de groupes de l’UEFA Europa League aux dépens de son rival.

• Avant cette saison, le dernier adversaire du Betis sur la scène européenne restait Séville. Ce fut une expérience douloureuse, car il s’était incliné aux tirs au but en 8es de finale de l’UEFA Europa League contre un rival qui remporterait la compétition quelques semaines plus tard.

• C’était la première saison européenne du club en huit ans. Les six matches de groupe ne donnaient que cinq buts au total, mais les trois buts marqués se sont avérés suffisants pour se qualifier en 16es et y battre le Rubin Kazan (tot. 3-1).

• Le Betis n’a perdu qu’un seul de ses neuf derniers matches européens à l’extérieur et compte cinq victoires, dont le 2-1 sur le terrain de l’AC Milan, lors de la 3e journée. Le club espagnol n’a pas concédé plus d’un but dans un match et compte, sur cette série, cinq matches sans prendre de but.

On se connaît ?
• Dudelange est l’un des cinq clubs qui disputent leur première UEFA Europa League, mais aussi le premier représentant du Luxembourg, en faisant la 39e nation représentée dans l’histoire de la phase de groupes.

• Dudelange est aussi l’un des trois clubs qui n’a pas encore marqué un point dans les groupes de l’UEFA Europa League avec Rosenborg (Groupe B) et les autres débutants à ce niveau d’Akhisar (J). Seules quatre équipes ont quitté la compétition avec un compteur à zéro : Shamrock Rovers (2011/12), Metalist Kharkiv (2014/15), Slovan Bratislava (2014/15) et Gabala (2016/17).

Les entraîneurs
• Ancien milieu ayant connu trois sélections avec l’Espagne, Quique Setién, né à Santander, a passé la plupart de sa carrière au Real Racing Club, club de sa ville natale. Il y a fait deux passages, passant, entre deux, par l’Atlético Madrid et Logroñés. Il a également commencé sa carrière de coach au Racing avant de filer à Las Palmas. Il est revenu sur le continent pour coacher le Betis en mai 2017, conduisant le club andalou à la sixième place du championnat pour sa première saison.

• Fils de Klaus Toppmöller, coach qui a conduit le Bayer Leverkusen à la finale de l’UEFA Champions League 2002, Dino a passé un moment dans les divisions inférieures du championnat allemand en tant que joueur avant de finir comme entraîneur-joueur au Hamm Benfica, club luxembourgeois. Après avoir fait monter le club, il a rejoint Dudelange en 2016 et a vite fait le doublé Coupe-championnat. Il a décroché un second titre de champion en 2017/18 avant de mener le club, contre toute attente, en phase de groupes de l’UEFA Europa League.

Haut