Džeko : "Totti, Monsieur Roma"

"Totti, c'est Monsieur Roma", explique son coéquipier Edin Džeko au cours d'une interview accordée en exclusivité à UEFA.com.

Džeko : "Totti, Monsieur Roma"
Džeko : "Totti, Monsieur Roma" ©Getty Images

"Totti, c'est Monsieur Roma", explique Edin Džeko, son coéquipier dans la ville éternelle, au cours d'une interview accordée en exclusivité à UEFA.com.

 L'ambiance monte...

"Quand il n'est pas titulaire, les fans deviennent fous dès qu'ils le voient partir à l'échauffement", poursuit le Bosnien, auteur de 11 buts sur ses neuf derniers matches toutes compétitions confondues. "L'ambiance monte tout de suite d'un cran !"

Cinq buts signés Edin Džeko
Cinq buts signés Edin Džeko

"C'est une légende non seulement de la Roma, mais aussi de la ville de Rome, mais c'est dur à dire quand vous lui parlez. Il a vraiment la tête sur les épaules, il est très relax au quotidien. C'est tout simplement un honneur que de pouvoir jouer avec lui."

Pourquoi Totti est tant aimé ?

Il est fidèle
Après avoir fait ses premiers pas sous les ordres de Vujadin Boškov en 1993, Totti a passé l'intégralité de sa carrière à la Roma. "La Roma, c'est tout pour moi : passion, amour, joie. L'équipe que j'ai toujours supportée et que je soutiendrai pour toujours", a-t-il déclaré sur UEFA.com. Totti s'est donc créé sa légende malgré son palmarès modeste (un Scudetto, deux Coppa Italia).

Sa générosité et son sens de l'humour
Ambassadeur de bonne volonté pour l'UNICEF depuis 2003, Totti prend son rôle au sérieux. En plus d'avoir publié un livre de blagues, il chante et a récemment disputé un match de tennis de gala avec Novak Djoković pour la bonne cause. Il a même mis le maillot envoyé par Messi cet été aux enchères pour une œuvre caritative plutôt que de le garder pour lui.

Il ne compte pas non plus que le maillot n° 10 de la Roma soit retiré après sa retraite. "Le n°10 est une deuxième peau pour moi, mais tout le monde devrait avoir l'opportunité de le porter et de lui rendre honneur en atteignant les objectifs les plus fous", a-t-il dit alors que des supporters s'étaient plaints de voir le jeune Brésilien Gerson poser avec le n° 10 de la Roma à son arrivée l'an dernier.

Totti, De Rossi, l'amour d'un club
Totti, De Rossi, l'amour d'un club

Il ne s'arrête pas
"J'ai 38 ans, mais je ne les ressens pas", affirmait le buteur le plus âgé de l'histoire de l'UEFA Champions League en 2014, trois jours avant son 38e anniversaire. Deux ans et demi plus tard, il semble toujours en pleine forme.

Daniele De Rossi, l'autre Romaniste au long cours de l'effectif, avait reçu le surnom de "Capitaine Futur" peu après ses débuts, en 2001, car il apparaissait comme le successeur naturel de Totti. Quinze années plus tard, il se réjouit d'être encore dans l'ombre du "Capitano". "Quand j'étais petit, j'étais super heureux d'aller le voir jouer," a-t-il déclaré. "Il fait encore des choses incroyables sur le terrain. Je pense que je resterai à jamais le "Capitaine Futur", car c'est lui, l'éternel capitaine."

Même ses penalties sont spéciaux
Des reprises de volée en angle impossibles aux lobs en finesse, Totti a inscrit tant de perles qu'il serait aussi difficile de classer les cinq plus beaux que de citer les cinq monuments les plus magnifiques de la Ville éternelle. Même ses penalties sont superbes, comme en témoigne sa panenka contre les Pays-Bas, en demi-finale de l'UEFA EURO 2000. Selon lui, "pour tirer un penalty comme ça, dans un match aussi important, il faut être fou, ou sacrément bon. Personnellement, je ne pense pas être fou."

Les merveilles de Totti
Les merveilles de Totti

Ses célébrations rendent unique chacun de ses buts
Totti a beau avoir marqué de nombreux buts, il ne se lasse jamais de les fêter. Et c'est surtout lors du derby contre la Lazio qu'il se montre le plus inspiré. En 2012, après un but sur penalty, il a pris la place d'un cameraman pour filmer la liesse de la Curva Sud.

En 2015, pour célébrer son 40e but contre le rival (qui faisait de lui le meilleur buteur du Derby della Capitale) il s'est offert un selfie avec, en toile de fond, les tifosi de la Louve. "Je ne prends jamais de selfies, mais là, je venais de battre un record, et je voulais rendre ce moment inoubliable," avait-il expliqué. "C'était un superbe but. La photo, elle, n'était pas si belle, mais ça allait."

Et, lorsqu'il a dépassé Roberto Baggio à la deuxième place du classement des meilleurs buteurs de l'histoire de la Serie A, lors du succès 3-2 contre Bari, en 2011, Totti a soulevé son maillot pour dévoiler un t-shirt sur lequel était écrit : "Le roi de Rome n'est pas mort." Cinq années ont passé, mais la monarchie n'a jamais semblé aussi peu menacée.