UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Les Verts abonnés au nul

AS Saint-Étienne 1-1 Qarabağ FK
Cinquième match nul en cinq sorties pour les Verts qui restent en course pour la qualif.

Ricky van Wolfswinkel célèbre l'égalisation
Ricky van Wolfswinkel célèbre l'égalisation ©AFP/Getty Images

L'AS Saint-Étienne a concédé un cinquième match nul en cinq matches, dans le Groupe F de l'UEFA Europa League, devant le Qarabağ FK (1-1), mais reste en course pour la qualification.

Les Verts ont peut-être laissé passer une chance immense de se qualifier pour les seizièmes de finale de l'UEFA Europa League face à la modeste, mais non moins valeureuse, équipe de Qarabağ FK. Avec ce nouveau nul, ils n'ont plus leur destin entre leurs pieds et ils devront, lors de la dernière journée, gagner sur le terrain de Dnipro, tout en espérant que leur adversaire du soir ne fasse pas de même face à l'Inter Milan.

D'entrée de match, les Verts ont imprimé une grosse pression pour tenter de prendre l'avantage le plus rapidement possible. Le pressing a duré dix minutes, sans réussite. Ce dont a profité Qarabağ pour prendre les Stéphanois en contre à peine le premier quart d'heure de jeu passé. Remarquablement lancé par Maksim Medvedev, Vüqar Nadirov a conclu d'un lob tout en subtilité qui a laissé Stéphane Ruffier pantois.

Sonnés, les hommes de Christophe Galtier ont su se relever très vite néanmoins et sur un tir puissant de Romain Hamouma, Ricky van Wolfswinkel s'est trouvé à point nommé pour reprendre du pied gauche et égaliser. En toute fin de ce premier acte, l'attaquant néerlandais aurait pu réussir un doublé d'une somptueuse talonnade mais son but a été refusé pour un hors-jeu.

En deuxième période, l'ASSE s'est créée une grosse quantité de situations dangereuses dont quelques occasions nettes de prendre l'avantage. Mais ni van Wolfswinkel (50e minute), ni Fabien Lemoine (58e), ni Kévin Théophile-Catherine (59e), ni Yohan Mollo (70e), ni enfin Max-Alain Gradel (90e) n'ont réussi à tromper le dernier rempart, le gardien Ibrahim Šehić, impériale.