Les prétendants analysent le tirage

Le tirage au sort de la phase de groupes de l'UEFA Europa League n'a pas fait le bonheur de tous mais les 48 engagés ont promis de tout donner.

Le Ludogorets et le Dinamo Zagreb, dans le Groupe B, se sont rencontrés en UEFA Champions League la saison dernière
Le Ludogorets et le Dinamo Zagreb, dans le Groupe B, se sont rencontrés en UEFA Champions League la saison dernière ©Stoyan Georgiev

Le tirage au sort de la phase de Groupes de l'UEFA Europa League n'a pas fait le bonheur de tous, vendredi à Monaco, mais les 48 engagés ont promis de tout donner.

Groupe A : Valencia CF, Swansea City AFC, FC Kuban Krasnodar, FC St Gallen

Miroslav Djukić, entraîneur de Valence
C'est un groupe compliqué, mais nous sommes Valence et nous avons de grandes ambitions. Si l'on veut gagner ce tournoi, il faut chercher à battre tout le monde. Nous sommes confiants. Nous pensons avoir une équipe assez bonne pour battre n'importe qui ; même si nous n'affrontons aucune équipe contre laquelle nous pourrions nous permettre de nous détendre. Les rencontres face à Swansea seront très attractives. Les fans vont vraiment aimer ces matches.

Groupe B : PSV Eindhoven, GNK Dinamo Zagreb, FC Chornomorets Odesa, PFC Ludogorets Razgrad

Stoicho Stoev, entraîneur du Ludogorets Razgrad
Nous étions dans le chapeau 4 et n'avions pas de souhait particulier ; chaque adversaire aurait été compliqué. Le PSV semble être favori. La saison dernière, nous avons perdu contre le Dinamo Zagreb au deuxième tour de qualification de la Champions League, mais nous ne devons pas aborder ces rencontres avec un désir de revanche. Cette phase de groupes est un défi pour nous et nous ne devons tirer que des points positifs des rencontres.

Groupe C : R. Standard de Liège, FC Salzburg, IF Elfsborg, Esbjerg fB

Florian Klein, défenseur de Salzbourg
On voulait un groupe qui nous permet de croire en nos chances de qualification pour le prochain tour. C'est le cas. Nos adversaires sont de bonnes équipes, mais on a quand même le sentiment de pouvoir passer la phase de groupes.

Groupe D : FC Rubin Kazan, Wigan Athletic FC, NK Maribor, SV Zulte Waregem

Owen Coyle, manager de Wigan
Logistiquement, le Rubin Kazan était l'équipe la plus lointaine et sans doute celle qu'on redoutait le plus en termes de déplacement puisqu'il y avait aussi Séville et Valence (dans le chapeau 1) et des possibilités de rencontres glamour. Il faudra faire avec. Ce seront des matches difficiles qu'on attend avec impatience.

Habib Habibou, attaquant de Zulte Waregem
Rubin Kazan est une équipe très forte dans ce groupe, mais j'espérais tomber contre eux car j'ai deux amis là-bas : Chris Mavinga et Yann M'Vila. Maintenant c'est à nous de nous battre. Je connais aussi quelqu'un à Wigan, qui est une bonne équipe elle aussi.

Groupe E : ACF Fiorentina, FC Dnipro Dnipropetrovsk, FC Paços de Ferreira, CS Pandurii Târgu Jiu

Juande Ramos, entraîneur du Dnipro
Le tirage au sort est satisfaisant pour nous. Même si nous savons que toutes les équipes sont compliquées en Europe et qu'il n'y a pas de victoires faciles. Nous devons prendre nos adversaires très au sérieux, chacun d'entre eux. Mais nous visons à rester dans la compétition après la phase de groupes. C'est notre objectif, c'est notre rêve. Et nous ferons tout pour le réaliser.

Groupe F : FC Girondins de Bordeaux, APOEL FC, Eintracht Frankfurt, Maccabi Tel-Aviv FC

Alain Deveseleere, directeur général de Bordeaux
Avant d’aborder les niveaux sportifs de nos adversaires, il faut voir que nous aurons deux très longs déplacements. Chypre, c’est très loin. Israël, c’est très loin. On a eu l’expérience du Maccabi Haïfa il y a quelques années. Ce sera difficile, à cette époque de l’année, de faire ces deux déplacements. Le groupe est équilibré, Francfort est quand même dans l’un des meilleurs si ce n’est le meilleur des championnats en Europe (l’Allemagne). Ce sera l’équipe à battre. Après le reste, c’est assez équilibré.

Francis Gillot, entraîneur de Bordeaux (sur girondins.com)
C’est le début du championnat en Allemagne. Francfort est en milieu de tableau. Ils ont une victoire et deux défaites en trois matches, même si cela ne veut pas dire grand-chose en début de saison. Il y a deux longs déplacements. C’est plutôt embêtant. Il est compliqué de parler de ces équipes maintenant. L’APOEL Nicosie a été repêché après sa défaite face à Zulte-Waregem. Il faudra voir les vidéos de chaque formation. Il est difficile de faire des pronostics. On ne peut pas vraiment parler de la qualité de ces équipes aujourd’hui. Les deux voyages en Israël et à Chypre m’ennuient un peu car ce sera très long. Tout reste à faire. Je ne connais pas Nicosie et je n’ai pas vu de matches de Tel-Aviv depuis un moment… Il faudra analyser cela à tête reposée.

Heribert Bruchhagen, président de l'Eintracht Frankfurt
Les quatre équipes possèdent de la qualité. C'est un groupe passionnant ; je ne pense qu'il y ait un grand favori, mais il n'y a pas d'outsiders non plus. Les chances d'atteindre le prochain tour sont assez égales et les quatre équipes penseront pouvoir le faire. Je suis heureux d'avoir évité de longs déplacements après avoir joué en Azerbaïdjan en phase de qualification. Nous avons travaillé très dur pour y parvenir et c'est génial d'être de retour en Europe après six ans d'absence.

Groupe G : FC Dynamo Kyiv, KRC Genk, SK Rapid Wien, FC Thun

Mario Been, entraîneur de Genk
Le match contre le Dynamo sera difficile, c'est une grosse équipe avec de très bons joueurs. Le Rapid Wien est un grand club en Autriche qui a toujours été très bon. Thun, on connaît moins bien mais ils se sont qualifiés donc ils doivent être capables de quelque chose. Globalement, on n'est pas mécontents du tirage. Les supporters auraient peut-être voulu des équipes plus prestigieuses, mais c'est bien d'avoir des espoirs de qualification.

Zoran Barisic, entraîneur du Rapid Wien
On attend ces matches avec impatience, contre des adversaires de qualité. Je ne nous vois pas forcément comme favoris. On va prendre les matches les uns après les autres et on verra bien ce qu'on peut faire. Notre objectif principal était de se qualifier pour la phase de groupes où on va pouvoir progresser en tant qu'équipe.

Groupe H : Sevilla FC, SC Freiburg, Estoril Praia, FC Slovan Liberec

Unai Emery, entraîneur du Sevilla FC
C'est un groupe intéressant. Fribourg est une équipe attractive qui est toujours à la hauteur dans les grands matches. Estoril a connu une belle campagne la saison dernière et ce sera un court déplacement pour nous. Nous voulons prouver que nous sommes la meilleure équipe. Nous connaissons le Slovan, c'était l'équipe la plus difficile du dernier chapeau. Ils ont éliminé l'Udinese. Ce sera un groupe attractif et exigeant.

Christian Streich, entraîneur de Fribourg
Pour l'instant, je ne connais pas suffisamment nos adversaires pour juger leurs forces et leurs faiblesses. Je ne vais pas me laisser distraire par le fait que deux équipes de notre groupe, Liberec et Estoril, ne sont pas des plus prestigieuses. Mes joueurs sont très heureux de participer à cette compétition. Si j'étais joueur, j'aurais été content aussi.

Groupe I : Olympique Lyonnais, Real Betis Balompié, Vitória SC, HNK Rijeka

Pepe Mel, entraîneur du Betis
C'est un groupe comme un autre, la seule différence c'est qu'il comprend une équipe qui vient (des barrages) de l'UEFA Champions League, ce qui complique les choses. On ne portait pas trop d'importance au tirage au sort, c'était déjà bien d'être présent. Il faudra pouvoir emmener nos espoirs, nos attentes et notre motivation partout où l'on va. On veut être performants en UEFA Europa League, donc il faudra prendre les six matches au sérieux.

Bernard Lacombe, conseiller du président de l’Olympique Lyonnais
C’est compliqué. On connaît maintenant le championnat d’Espagne pour avoir vu comment ça s’est passé avec la Real Sociedad. On avait vu des matches de la Real contre Séville. C’est une équipe qui est costaud même si actuellement elle a quelques problèmes. La Croatie, Rijeka, le football yougoslave, c’est toujours compliqué. Très technique. Mais ce ne sont pas des équipes qu’on connaît très bien pour l’instant. On va le découvrir. Notre équipe est très jeune aujourd’hui, elle manque d’expérience mais on est confiant pour être dans les deux premiers. Ce serait une bonne chose pour le club.

Groupe J : SS Lazio, Trabzonspor AŞ, Legia Warszawa, Apollon Limassol FC

Jan Urban, entraîneur du Legia
Il y a un adversaire très intéressant dans ce groupe, c'est la Lazio bien sûr. Le Trabzonspor est un peu exotique pour nous, mais aussi très exigeant. La Lazio est favorite et je pense qu'on va se battre avec le Trabzonspor pour la deuxième place, mais ce n'est qu'une théorie. On en saura plus après deux ou trois matches. Je ne pense pas que la Lazio soit plus forte que le Steaua qui nous a battus en barrages de la Champions League. Si on joue comme contre le Steaua, je pense qu'on pourra se qualifier. Ce sera une bonne expérience pour mes joueurs qui vont se mesurer à des grands joueurs comme Miroslav Klose, Florent Malouda ou encore Hernanes.

Groupe K : Tottenham Hotspur FC, FC Anji Makhachkala, FC Sheriff, Tromsø IL

Groupe L : AZ Alkmaar, PAOK FC, Maccabi Haifa FC, FC Shakhter Karagandy

Gertjan Verbeek, entraîneur de l'AZ
On est contents de pouvoir se déplacer, mais ce sont des voyages très longs vers Israël et le Kazakhstan. Mais ne nous plaignons pas, soyons heureux d'être en phase de groupes.

Miroslav Stoch, ailier du PAOK
Nous avons évité des adversaires plus coriaces et il semblerait que nous et l'AZ soyons favoris pour atteindre le prochain tour. Mais c'est le terrain qui décidera s'il s'agit d'un bon ou mauvais tirage. Nous devons être très concentrés sur notre tâche afin de nous qualifier. Nous avons le potentiel pour bien figurer, surtout si nous jouons comme nous l'avons fait face à Schalke en barrages de l'UEFA Champions League.

Andrei Finonchenko, attaquant du Shakhter Karagandy
Pour nous, n'importe quel groupe aurait été compliqué et passionnant car c'est notre première apparition en phase de groupes d'une compétition de clubs européenne. Nous aurions aimé tomber contre de grandes équipes comme la Lazio, Tottenham ou Lyon mais ce sera intéressant. Nous gagnerons de l'expérience. L'AZ et le Maccabi ont affronté Aktobe il y a plusieurs années, mais le PAOK nous est relativement inconnu.