Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Moller et la Juve assomment Dortmund

Moller et la Juve assomment Dortmund
Moller et la Juve assomment Dortmund ©UEFA.com

Le Juventus FC s'est imposé là où ses voisins du Torino Calcio ont échoué l'année précédente, remportant la Coupe UEFA pour la troisième fois en 1993. L'homme clé de la victoire fut l'international allemand Andreas Möller. De quoi attiser l'amertume du BV Borussia Dortmund. Cependant, la victoire 6-1 au total des deux rencontres démontrait la supériorité des hommes du Giovanni Trapattoni face à ceux d'Ottmar Hitzfeld.

Une classe au-dessus
Les Turinois infligeaient dix buts à l'Anorthosis Famagusta FC au premier tour. Hormis un accroc avec la défaite 2-1 face au SL Benfica en quart de finale, les Italiens n'étaient jamais réellement inquiétés. Les Portugais, écrasés 3-0 au retour, rejoignaient donc le Panathinaikos FC, le SK Sigma Olomouc et le Paris Saint-Germain FC, victimes du rouleau compresseur piémontais.

Un Baggio peut en cacher un autre
Si les Bianconeri semblaient prêts à engranger de nouveaux succès à domicile et à l'extérieur, Dortmund ne semblait pourtant pas bien loin. Il méritait sa place en finale, après s'être débarrassé de poids lourds de la scène européenne - Celtic FC, Real Zaragoza et AS Roma - les Allemands venaient à bout de l'AJ Auxerre en demi-finale grâce aux tirs au but. Leurs ambitions étaient toutefois réduites à néant après le match aller de la finale au Westfalenstadion. Le but inscrit à la deuxième minute par Michael Rummenigge n'était qu'un soubresaut et la Juventus répliquait par deux buts de Roberto Baggio et un autre de son homonyme Dino. Le 3-0 infligé par les Italiens au match retour n'était alors que pure formalité.

Haut