UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Un Paris "trop tranquille" selon Sirigu

Paris a fini le travail en éliminant le Bayer Leverkusen au Parc des Princes mais l'ouverture du score allemande gâche un peu la fête.

Salvatore Sirigu a arrêté un penalty de Leverkusen en première période
Salvatore Sirigu a arrêté un penalty de Leverkusen en première période ©AFP/Getty Images

Paris a fini le travail en éliminant le Bayer Leverkusen au Parc des Princes, en 8es de finale retour de l'UEFA Champions League, mais l'ouverture du score allemande gâche un peu la fête.

Yohan Cabaye, milieu de terrain de Paris
L'objectif est rempli, même si tout n'a pas été parfait, notamment en première période. Il y a eu beaucoup de déchets et on a eu du mal à déployer notre jeu. Au final, on gagne quand même le match, grâce à une meilleure seconde période. Le premier but allemand a eu le mérite de nous réveiller car nous étions mal entrés dans la partie. Au milieu, on s'est un peu marché sur les pieds, il fallait trouver nos repères. Il faut continuer à travailler. Le plus important ce soir était de gagner, et c'est ce qu'on a fait. On est toujours en lice, c'est l'objectif. Attendons le tirage. On attend l'identité de notre prochain adversaire avec impatience. Il ne reste que des grosses équipes, très compliquées à jouer, avec une grande expérience dans cette compétition. On sera prêt à relever le défi. Je me sens bien dans cette équipe. Je prends du plaisir tous les jours.

Salvatore Sirigu, gardien de Paris
C'était un match difficile. C'est pas parce qu'on gagne 4-0 à l'aller que le retour est facile. Ça nous sert de leçon pour la prochaine fois où il faudra éviter certains comportements. On a parfois été trop tranquilles. Il faut prendre tous les matches sérieusement. On ne peut pas se permettre de se relâcher dans cette compétition et on l'a vu aujourd'hui. Face à Anderlecht, on avait fait un peu la même chose. En Championnat, on a plusieurs fois démontré que malgré plusieurs changements dans l'équipe, on parvenait à obtenir des résultats et faire de bonnes performances. Pour les quarts de finale, on n'a pas de préférence, car toutes les équipes sont très fortes. Ce sera difficile mais excitant. Le penalty ? J'avais parlé avant le match avec le coach des gardiens Nicolas Dehon et j'ai deviné qu'il allait frapper fort à gauche. Aujourd'hui, ça a marché pour moi, j'ai eu la chance de pouvoir l'arrêter.

Laurent Blanc, entraîneur de Paris
Si je dis ce que je pense de ce match, je vais faire une analyse un peu dure. Dans la première mi-temps notre entame était très mauvaise. Les conseils de bien attaquer ce match, de produire du jeu n’ont pas été mis en pratique. On a attaqué de manière moins agressive que ce qu’on avait prévu. On a laissé trop jouer cette équipe du Bayer. Elle a ouvert le score fort logiquement. Cela nous a réveillés, on a égalisé mais si je me remémore la première mi-temps, c’est Salvatore (Sirigu) qui nous maintient à flot.

En deuxième mi-temps, ce fut un peu mieux. Mais ce soir Paris n’a pas fait une prestation mémorable. C’est difficile de dire votre équipe de faire abstraction du résultat du premier match. C’est compliqué. On a toujours cette idée-là, on a quand même quatre buts d’avance. Un match de Champions League, ça reste un match de très, très niveau. Aujourd’hui, on n’a pas fait un grand match, mais on a quand même été suffisamment performants pour gagner le match. Bravo aux joueurs mais je m’attendais à une meilleure prestation.