UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Deschamps : "Heureux d'être en quarts"

Les réactions des deux entraîneurs, Claudio Ranieri et Didier Deschamps, après la vaine victoire de l'Inter sur Marseille en 8es de finale retour.

Deschamps : "Heureux d'être en quarts"
Deschamps : "Heureux d'être en quarts" ©UEFA.com

Les réactions des deux entraîneurs, Claudio Ranieri et Didier Deschamps, après la vaine victoire du FC Internazionale Milano sur l'Olympique de  Marseille en 8es de finale retour de l'UEFA Champions League (2-1, tot. 2-2). Marseille est en quarts de finale pour la première fois depuis 1993.

Claudio Ranieri, entraîneur de l'Inter
Le match de ce soir reflète notre saison. Comme à Marseille on était meilleur mais on a gâché deux ou trois grosses occasions. Sur les 180 minutes nous ne leur avons laissé que trois tirs cadrés, mais il n'y a que les équipes qui sont capables de marquer qui remportent les matches de football. Je dis bravo à Marseille ; le football est ainsi fait il faut accepter le résultat.

En ce moment, nous ne pouvons pas donner plus sur la pelouse. Nous avons bien commencé ce soir, mais après les 20 premières minutes on a commencé à pécher. Ils faisaient bien circuler le ballon et nous n'avons pas trouvé l'espace suffisant pour alimenter nos attaquants. Puis (Wesley) Sneijder a été blessé.

C'est dommage de sortir ainsi de cette compétition mais je crois que nous avons tout donné. Maintenant il faut trouver la motivation pour revenir vers le sommet du championnat.

Didier Deschamps, entraîneur de Marseille
Il y a eu des moments difficiles. Quand je l'ai fait entrer (Brandão), il m'a dit "Coach, je vais marquer". C'est fabuleux. Je pense qu'on a fait un gros match. Il y a eu des occasions des deux côtés. On était peut-être un petit peu timides offensivement. Mais on leur fait mal comme au match aller, un peu à l'italienne. On est heureux d'être en quarts de la Champions League aujourd'hui.

C'est fabuleux car il y a tout notre public qui est venu. Ça va être un peu la folie à Marseille après une période très difficile en championnat. La seule chose que je ne savais pas c'est qu'un journaliste italien m'a dit que j'étais invaincu à San Siro. Et pourtant, je suis venu souvent en tant que joueur pendant cinq ans. Aujourd'hui je ne suis pas invaincu mais on est qualifié et c'est ça le plus important.

Face à nous, on a une équipe de grande qualité. Steve Mandanda nous a maintenus à flot en première période. L’Inter a marqué à 15 minutes de la fin et on pouvait prendre le second mais il fallait aller chercher ce but. On a connu des moments difficiles ces dernières semaines, c’est donc une immense fierté. Il faut y croire jusqu’au bout. Dans le football, il ne faut rien lâcher. Tant que l’arbitre n’a pas sifflé, tout est possible.