Reprise du jeu : l'UEFA se prépare pour le retour en toute sécurité de ses compétitions d'élite.
En savoir plus >

Messi, l'homme tranquille

Tous ceux qui connaissent bien Lionel Messi s'accordent à dire que le jeune prodige argentin du FC Barcelona a énormément gagné en confiance et en maturité.

Lionel Messi s'est confié en exclusivité à UEFA.com
Lionel Messi s'est confié en exclusivité à UEFA.com ©Getty Images

Plus mûr et plus fort, Lionel Messi a beaucoup grandi et ses relations avec la presse s'en ressentent. Cependant, une chose en particulier l'irrite toujours un peu : la comparaison avec Diego Maradona.

Il est pourtant évident que le jeune attaquant argentin du FC Barcelona est meilleur que Maradona dans un domaine : le tempérament. Certes, le jeune prodige a connu des sautes d'humeur (y compris un carton rouge 90 secondes après ses débuts internationaux il y a cinq ans), mais aujourd'hui, il a appris à se dominer.

"Quelque chose au fond de moi me permet de relativiser et de continuer à vouloir tout gagner", a déclaré le n°10 catalan à UEFA.com. "J'ai toujours eu cette capacité." Si le combat contre son problème hormonal a été le plus gros défi de la vie de Messi, garder son calme doit l'être tout autant pour un joueur sur lequel une faute est commise toutes les 30 minutes en Liga et en UEFA Champions League cette saison (94 fautes subies en 37 matches jusqu'au mois d'avril).

Lors de cette période, 27 cartons jaunes ont été distribués aux joueurs tentant de l'arrêter irrégulièrement. Mais Messi possède cette discipline qui l'empêche de répondre (en moyenne un carton tous les dix matches en club), et les statistiques font état de moins d'une faute commise par match.

"J'ai réalisé il y a longtemps que le fait qu'on essaie de faire faute sur moi vient de ma manière de jouer", déclare l'Argentin. "Au début du match, quand tu n'es pas complètement chaud, ça fait un peu plus mal. Mais au fil du match, tu es tellement concentré sur la victoire que tu ne remarques même pas ce qui se passe."

Pour ceux qui ont suivi sa carrière depuis son passage au Barcelona B, c'est évident, Messi a gagné en confiance et en maturité. Tous se souviennent de la déception de l'attaquant, absent de la finale de l'UEFA Champions League 2006 face à l'Arsenal FC, alors qu'il pensait être rétabli après une blessure. Après le triomphe des Blaugrana, Messi a refusé de faire la fête avec l'équipe et le trophée sur la pelouse du Stade de France.

Mais Messi n'a plus envie d'en parler. "C'était une erreur. J'ai pris un coup de sang, mais j'ai appris qu'il fallait profiter du moment présent." Et c'est ce qu'il a fait la saison dernière face au Manchester United FC. Non seulement il a marqué son premier but face à une équipe anglaise, mais c'est lui qui a inscrit le but décisif de la tête à Rome.

Et puis, il y a l'immense confiance d'un jeune homme qui autrefois était si timide que Cesc Fàbregas plaisante souvent en disant : "on croyait qu'il était muet". En fin de saison dernière, lors des célébrations du titre au Camp Nou, Messi a pris le micro pour rappeler aux 98 000 spectateurs la souffrance de son collègue Gabriel Milito, gravement blessé. Sa voix était lourde et forte, le message plein de maturité.

Lors de son retour dans ce stade, avec le trophée de l'UEFA Champions League en main, sa voix était un peu plus tremblante après une longue journée juché sur le bus à impériale du Barça. À la télévision, on a pu voir l'étonnement de ses coéquipiers quand Messi a lancé : "On va regagner tous ces trophées." Venant d'un autre joueur, cela aurait été perçu comme une erreur ou un excès de vanité. Mais ce qu'on sait avec ce véritable génie, c'est qu'il est sincère. Et qu'il est capable de le réaliser. Il est aussi bon que ça.

Autres contenus