Briefing sur l’intégrité lors de la Coupe du monde féminine

L’UEFA et les neuf associations nationales européennes qui disputeront la prochaine phase finale de la Coupe du monde féminine de la FIFA ont été informées des activités relatives à l’intégrité menées lors de ce tournoi.

Les délégués présents au workshop de Madrid.
Les délégués présents au workshop de Madrid. ©RFEF

L’UEFA et les neuf associations nationales européennes qui participeront à la phase finale de la Coupe du monde féminine de la FIFA, cet été en France, ont été informées des activités relatives à l’intégrité qui seront mises en œuvre lors de ce tournoi.

Un workshop, à Madrid, organisé par l’instance dirigeante du football mondial, la FIFA, et accueilli par la Fédération espagnole de football (RFEF), a réuni l’organisateur du tournoi, la France, ainsi que l’Allemagne, l’Angleterre, l’Écosse, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède, à savoir les neuf associations participantes du continent, qui tenteront de remporter le titre mondial pour équipes nationales féminines lors de la phase finale, qui se jouera du 7 juin au 7 juillet.

Il s’agissait du dernier d’une série de trois workshops organisés ce mois-ci, au cours desquels la FIFA, les 24 associations nationales participant au tournoi et leurs confédérations respectives se sont unies pour transmettre des informations complètes sur les activités relatives à l’intégrité qui seront menées lors de ce tournoi, offrant ainsi aux participants une plateforme pour partager leurs compétences et leurs expériences en matière d’initiatives visant à protéger les matches et les compétitions de football.

Les responsables de l'intégrité des neuf associations européennes qualifiées ont rejoint les représentants de l'UEFA à Madrid.
Les responsables de l'intégrité des neuf associations européennes qualifiées ont rejoint les représentants de l'UEFA à Madrid.©RFEF

À Madrid, les neuf responsables de l’intégrité des associations européennes ont reçu des informations essentielles sur les activités opérationnelles en matière d’intégrité qui se dérouleront lors du tournoi pour équipes nationales féminines le plus important au monde.

L'UEFA a mis en place un réseau de responsables de l'intégrité au sein de ses 55 associations membres, qui sont en relation avec les autorités exécutives locales et sont également chargés de la réalisation de programmes de formation et de prévention dans leur pays.

L’ordre du jour de la réunion européenne de Madrid comprenait de nombreuses activités interactives, des exercices individuels et collectifs, et l’étude de cas – y compris des présentations de l’UEFA et de la Fédération Française de Football (FFF) –, dans le but de prévenir toute méthode, qu’il s’agisse de trucage de matches ou de corruption, pouvant mettre en péril l’intégrité des matches.

« Ces trois workshops ont remporté un franc succès et contribueront assurément à protéger l’intégrité de la compétition », a déclaré Vincent Ven, chef du département Intégrité de la FIFA.

« L’UEFA est heureuse d’apporter son soutien et de partager ses compétences dans le cadre de la mise en œuvre d’un programme global et collaboratif autour de la Coupe du monde féminine de la FIFA », a ajouté Angelo Rigopoulos, sous-directeur Intégrité et réglementation de l’UEFA.

Pendant de nombreuses années, l’UEFA a mené des activités étendues visant à débarrasser le football des fléaux que représentent le trucage de matches et la corruption, et a développé et financé plusieurs initiatives destinées à protéger l’intégrité du football européen.

Ces activités comprennent un système de détection des fraudes liées aux paris couvrant plus de 30 000 matches européens par année ; des programmes de formation en ligne pour les joueurs, les arbitres et les entraîneurs des clubs ; un code de conduite établi en collaboration avec les parties prenantes du football ; un cadre réglementaire de grande envergure ; des accords formels de coopération avec les organismes européens chargés de l’application des lois ; un groupe de travail permanent sur le trucage de matches ; et une plateforme de reporting confidentielle permettant aux particuliers de transmettre des informations à l’UEFA sur le trucage de matches ou la corruption.

« La coopération entre les associations de football est tout aussi importante que les actions. Dire "Ensemble, nous sommes plus forts" a une importance spéciale quand on parle de protéger le football », a déclaré Alfredo Lorenzo Mena, responsable de l’intégrité à la RFEF. « Cet événement [à Madrid] est un exemple concret de la détermination des instances dirigeantes du football à assurer un sport propre, sans aucune interférence illégale. »

Cliquez ici pour en savoir plus sur les activités de l’UEFA en matière d’intégrité.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le travail de la FIFA dans le domaine de l’intégrité du football.

Haut