Anglaises et Serbes relèvent le défi

L'Angleterre calme les attentes avant d'affronter les poids lourds du Groupe B, Espagne et Suède, alors que la Serbie est ravie d'être à Antalya.

Les sélectionneurs du Groupe B sont prêts
Les sélectionneurs du Groupe B sont prêts ©Sportsfile

Si l'Espagne est considérée comme le favori du Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans de l'UEFA, son sélectionneur Ángel Vilda reste prudente mais optimiste au moment de d'ouvrir ce soir le Groupe B avec la Suède, l'Angleterre et la Serbie.

Les Anglaises auront à cœur de réussir un bon tournoi : sacrées en 2009, elles ne s'étaient pas qualifiées pour l'édition de l'été dernier. Son sélectionneur Mo Marley ne se fait cependant aucune illusion sur ce qui les attend en Turquie. "Nous ne pouvons pas définir nos objectifs en nous basant sur les tournois passés", indiquait-elle. "Les joueuses savent combien ce sera difficile. Il nous faudra apprendre et nous adapter."

De son côté, la Suède arrive à Antalya auréolée du statut de première équipe de l'histoire de la compétition à avoir empêché l'Allemagne d'accéder à la phase finale. "Il est très important que les joueuses soient ouvertes et qu'elles aient envie d'apprendre", tempérait le sélectionneur Calle Barrling. "Elles doivent être curieuses : nous allons affronter trois adversaires redoutables, à nous d'apprendre à leur contact."

Vainqueur du Championnat d'Europe féminin des moins de 17 ans de l'UEFA en 2010 et 2011, la belle génération de l'Espagne sera attendue à ce tournoi. "Nous avons une tradition de succès, et nous sommes bien sûr ici pour gagner", déclarait Vilda. "Nous allons tout donner, mais nous respecterons tous nos adversaires, car nous réalisons qu'il faudra travailler dur. À nous d'émuler le succès de l'équipe masculine senior."

La Serbie s'apprête à découvrir la phase finale pour la première fois, une perspective qui semblait bien lointaine lorsqu'elle a débuté les éliminatoires par une défaite 7-0 face à la Suède, avant de rebondir et d'assurer sa qualification. "Nous n'avons aucune pression", annonçait le sélectionneur Milan Rastavac. "Notre objectif est de continuer à progresser. Essayons de proposer le même jeu qu'en qualification, et bâtissons là-dessus. Pour nous, c'est un véritable privilège d'affronter les équipes qui forment ce groupe."