UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Exclu. Romelu Lukaku : « À un moment, j'ai arrêté de compter »

Romelu Lukaku, le meilleur buteur de l'Histoire de la Belgique, se confie à UEFA.com avant la phase finale de la Nations League.

Romelu Lukaku à l'EURO 2020
Romelu Lukaku à l'EURO 2020 Getty Images

C'est en meilleur buteur de l'Histoire de la Belgique (67) que Romelu Lukaku aborde la demi-finale de l'UEFA Nations League contre la France et après avoir atteint les 100 sélections les Diables rouges depuis l'élimination de son équipe de l'UEFA EURO 2020 au stade des quarts de finale.

L'attaquant de Chelsea explique à UEFA.com qu'il espère qu'une bonne performance lors de la phase finale de l'UEFA Nations League servira à la Belgique de tremplin vers la Coupe du Monde 2022. Il évoque aussi sa réussite devant le but.

Phase finale de Nations League, Lukaku / Mbappé
Phase finale de Nations League, Lukaku / Mbappé

Lukaku sur ses 100 sélections

J'ai eu la chance de commencer très tôt. J'ai 28 ans aujourd'hui et 12 ans se sont écoulés depuis mes débuts avec beaucoup de hauts et de bas, mais j'ai toujours connu un collectif qui a grandi.

Au final, l'objectif ultime reste de gagner et c'est ce qui me motive. Chaque fois que je joue pour l'équipe nationale, je veux gagner. Et gagner un tournoi. Ces dernières années, nous avons toujours réussi à avoir un bon départ dans les grandes phases finales et les attentes étaient toujours élevées.

En 2016 (à l'EURO), nous n'avons pas tenu nos promesses, c'était très dur. Pendant la Coupe du Monde (2018) en Russie, nous nous sommes plutôt bien débrouillés, mais je pense que maintenant, en Nations League, nous devons faire vraiment quelque chose de bien, afin de pouvoir viser le sommet lors de la prochaine Coupe du Monde.

Lukaku sur son record de buts avec la Belgique

Je n'ai pas vraiment commencé à marquer des buts tout de suite en équipe nationale. Il m'a fallu un peu de temps. Mais une fois que j'ai pris mes marques, je savais que j'aurais des occasions de marquer et que les autres joueurs me permettraient de le faire. D'ailleurs, tout le monde a commencé à marquer des buts aussi, pas seulement moi : Eden (Hazard), Kevin (De Bruyne), Dries (Mertens). Cela m'a fait penser qu'en attaque, nous avons vraiment de la qualité.

Pour moi, c'est devenu un régal, je marquais constamment des buts. À un moment donné, j'ai arrêté de compter et j'ai continué à jouer. Et nous avons aussi gagné nos matches. C'était la grande réussite, vous savez : marquer et gagner. Je déteste vraiment perdre, mais marquer et perdre quand même, c'est horrible aussi. Je suis heureux que nous ayons réussi à gagner autant de matches, mais au bout du compte, l'important c'est de remporter un trophée et c'est ce qui me motive vraiment.

Romelu Lukaku fête son but face à la Russie à l'EURO 2020
Romelu Lukaku fête son but face à la Russie à l'EURO 2020Photonews via Getty Images

Lukaku sur sa célébration en soutien à son ex-coéquipier Christian à l'EURO 2020

Contre la Russie, c'était vraiment difficile. Pendant mon séjour à l'Inter, j'ai passé plus de temps avec Christian qu'avec ma mère, mon fils ou mon frère, car en Italie, avec l'entraînement, vous êtes au club toute la journée. Sa chambre était à côté de la mienne, il jouait à Call of Duty et à d'autres jeux. Donc, quand (il s'est effondré sur le terrain), je l'ai appris pendant la causerie et j'ai commencé à pleurer. Sur le chemin du stade de Saint-Pétersbourg, j'avais besoin de quelque chose pour me remonter le moral, alors j'ai décidé de jouer pour lui pendant tout le tournoi. Je voulais lui montrer que j'étais avec lui. Je lui ai également envoyé un message et j'ai été soulagé qu'il me réponde.

Temps forts : Belgique 4-2 Danemark
Temps forts : Belgique 4-2 Danemark

Lukaku sur la manière dont il aime jouer

Vu mon gabarit – je suis assez grand – tout le monde pense que je suis un point d'ancrage, que je me contente de garder le ballon et de marquer des buts, mais je n'ai jamais joué de cette façon et je déteste ça. Ma plus grande force est que je suis dangereux lorsque je suis face au but, car c'est là que je fais rarement de mauvais choix.

Après avoir passé le ballon, je sais où je dois me positionner dans la surface. Je peux faire un peu de tout et dans certains matches, lorsque je sais qu'il y a beaucoup d'espace derrière la défense, je joue différemment. Si je suis si productif (devant le but), c'est parce que je suis polyvalent.

Téléchargez l'appli de la Nations League