Le site officiel du football européen

La Mannschaft met le turbo d'entrée

Publié: Dimanche, 12 juin 2016, 21.52HEC
Un énorme premier quart d'heure a suffi aux Allemands pour bien lancer leur EURO 2016. Mais les Ukrainiens ont longtemps entretenu le doute chez les champions du monde.
par Benoît Dequevauviller
de Lille

rate galleryrate photo
1/0
counter
  • loading...

Statistiques des matches

AllemagneUkraine

Buts marqués2
 
0
Possession (%)63
 
37
Nombre de tirs 18
 
7
cadrés9
 
3
non cadrés5
 
2
Tirs contrés4
 
2
sur le poteau1
 
0
Corners6
 
12
Hors-jeu2
 
2
Cartons jaunes0
1
Cartons rouges0
 
0
Fautes commises10
 
9
Fautes subies9
 
10

Classements

Légende :

J: Joués   
pts: Points   
Mis à jour le: 17/11/2017 10:11 HEC
SSI Err
Publié: Dimanche, 12 juin 2016, 21.52HEC

La Mannschaft met le turbo d'entrée

Un énorme premier quart d'heure a suffi aux Allemands pour bien lancer leur EURO 2016. Mais les Ukrainiens ont longtemps entretenu le doute chez les champions du monde.

Les Ukrainiens ont-ils nourri un léger complexe d'infériorité au moment de débuter cette rencontre face aux champions du Monde en titre ? En tout cas, leur premier quart d'heure indigne d'un premier match de phase finale d'un EURO le laisse à penser. Bousculés, débordés, asphyxiés même parfois, les partenaires de Vyacheslav Shevchuk ont logiquement concédé l'ouverture du score après seulement un gros quart d'heure de jeu. Shkodran Mustafi s'élevait plus haut que Yaroslav Raktskly et propulsait le ballon au fond des filets de Andriy Pyatov (1-0, 19e).

Et ce n'était que la logique des choses. Car durant les 15 premières minutes, Jonas Hector (9e) avait déjà incroyablement manqué le cadre, avant que Sami Khedira, seul face à Pyatov, ne tire sur le portier ukrainien (17e). On pensait même alors que la soirée ukrainienne allait virer au cauchemar. Eh bien non ! Comme si le but allemand avait enfin décomplexé leurs adversaires. Dès lors, la machine Mykhailo Fomenko se mettait en ordre de bataille. Et le coach ukrainien transpirait à plusieurs reprises face aux nombreuses occasions de ses joueurs.

Débordements, centres, frappes, décalages, rien ne manquait à la panoplie d'une équipe enfin dans son match. Ça commençait par une frappe de 20 mètres de Yevhen Konoplanka détournée du bout des doigts en corner par Neuer (25e). Le milieu de terrain ukrainien récidivait quelques minutes plus tard, cette fois de la tête. Neuer, impérial, réalisait un nouveau miracle du poing là (30e). La seule fois où le dernier rempart allemand était battu, Jérôme Boateng le suppléait en sauvant sur sa ligne (40e), suite à une frappe de Shevchuk étrangement seul au second poteau.

Les Ukrainiens avaient-ils laissé passer leur chance de revenir dans cette rencontre? Le début de la seconde période le faisait penser. Les Allemands, ternes en fin de première période, revenaient avec d'autres intentions. Löw était certainement passé par là. Sans pour autant être incisifs, les champions du Monde en titre reprenaient le contrôle des opérations.

Les Ukrainiens, qui avaient obtenu un nombre incroyable de corners avant la pause, peinaient de plus en plus à passer la ligne médiane. On finissait donc par entrer dans un scénario de match classique. Les Allemands menant au score tentaient juste d'enfoncer définitivement le clou mais ne prenaient pas non plus tous les risques. En face, les Ukrainiens poussaient mais semblaient émoussés. Et ils cherchaient aussi à ne pas trop se découvrir. Et comme Neuer et Pyatov faisaient le boulot, on restait sur un statu quo.

Il fallait attendre les derniers instants pour que Mesut Özil file sur le côté gauche et centre parfaitement pour Bastian Schweinsteiger, entré deux minutes plus tôt (2-0, 90e+2). L'Allemagne tenait enfin une victoire logique mais si longue à se dessiner. À revoir pour connaître la véritable puissance de la Mannschaft 2016.

Mis à jour le: 14/07/16 20.20HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2016/matches/round=2000448/match=2017881/postmatch/report/index.html#la+mannschaft+turbo+dentree