UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

L'Espagne va savoir dimanche

L'Espagne tenante du titre atted avec impatience le tirage des groupes de qualification de l'UEFA EURO 2012 qui aura lieu dimanche. UEFA.com revient sur le triomphe des hommes de Luis Aragonés en 2008, en Autriche et en Suisse.

L'Espagne va savoir dimanche
L'Espagne va savoir dimanche ©Getty Images

 

L'Espagne a mis fin à 44 ans d'attente en remportant l'UEFA EURO 2008. À Vienne, les joueurs de Luis Aragonés ont couronné une compétition tournée vers l'attaque avec une victoire 1-0 sur l'Allemagne.

Fernando Torres a marqué le dernier but d'une compétition mémorable en Autriche et en Suisse, battant de près Jens Lehmann. La Roja parvenait à faire ce que l'on attendait d'elle depuis de nombreuses années : exploiter pleinement son potentiel technique. Pour cela, grâce doit être rendue au vénérable sélectionneur qui est parvenu à installer une osmose nécessaire entre les joueurs pour que ceux-ci puissent s'exprimer et offrir un premier grand trophée à l'Espagne depuis le Championnat d'Europe de l'UEFA 1964.

Les milieux de terrain Xavi Hernández et Andrés Iniesta ont travaillé dans l'ombre pour que puisse briller le duo d'attaquants David Villa-Fernando Torres. Dès son entrée en matière, l'Espagne frappait fort avec une victoire 4-1 sur la Russie. Villa, qui allait terminer meilleur buteur de la compétition, marquait un triplé. Torres et lui frappaient encore contre la Suède, qui s'inclinait 2-1 avant que la Grèce ne s'incline sur le même score. L'Italie fut la seule équipe à créer des problèmes à l'Espagne, avec un 0-0 en quarts de finale et une qualification aux tirs au but.

L'Espagne n'était pas la seule équipe à impressionner en phase de groupes. Les Pays-Bas atomisaient l'Italie championne du monde 3-0 puis le finaliste de la dernière Coupe du Monde de la FIFA, la France (4-1), envoyant Lilian Thuram à la retraite. Mais les Néerlandais tombaient à leur tour devant la Russie de Guus Hiddink (3-1 a.p.). Andrei Arshavin et ses coéquipiers, malheureusement, manquaient complètement leur demi-finale contre l'Espagne et s'inclinaient 3-0.

La Suisse, qui perdait son leader Alexander Frei dès son premier match (genou) était aussi la première éliminée. L'Autriche ne faisait pas beaucoup mieux et quittait elle aussi le tournoi à l'issue de la phase de groupes, s'inclinant notamment devant l'Allemagne. Les hommes de Joachim Löw démarraient bien avec une victoire 2-0 contre la Pologne mais perdait contre la Croatie avant de triompher de l'Autriche dans un derby brûlant à Vienne (1-0). L'Allemagne se défaisait ensuite du Portugal en quarts de finale (3-2). Au tour suivant, la Turquie s'inclinait sur le même score.

L'équipe de Fatih Terim avait pourtant électrisé la compétition avec des buts de dernière minute synonymes de victoire contre la Suisse, la République tchèque et la Croatie pour accéder aux demies. Mais la chance a tourné à Bâle, quand Phillipp Lahm marquait à la 90e minute pour qualifier l'Allemagne. Quelques jours plus tard, à la 33e minute de la finale, l'arrière gauche, laissait filer Torres vers le seul but de la rencontre.