L'Europe tournée vers l'orient

Milan et Liverpool ont rendez-vous mercredi à Istanbul pour le dénouement de la Champions League.

With ten days to go until Juventus meet FC Barcelona in Berlin, watch highlights of the ten European Cup finals that have been settled by a penalty shoot-out.

Par Adam Szreter à Istanbul

La Coupe des clubs champions européens n'aurait pu trouver plus grand écrin que la métropole d'Istanbul ni que son vaste et neuf stade olympique Atatürk. Sa cinquantième finale rassemblera plus de titres que toutes les autres mercredi soir, pour un sommet aux parfums orientaux entre l'AC Milan et le Liverpool FC.

L'expérience des grands matches
Milan, six fois vainqueur, regorgeant d'expérience, s'avance en favori. Sa défense sortie du "Who's Who" du football présente Cafu, Alessandro Nesta, Jaap Stam et Paolo Maldini, 36 ans, quatre fois vainqueur. Au milieu de terrain, Clarence Seedorf a remporté la compétition avec trois clubs différents. Le Néerlandais est, avec Gennaro Gattuso et Andrea Pirlo, l'un des Milanais couronnés il y a deux ans. Les deux Italiens verrouilleront le jeu devant la défense. Seedorf se joindra au jeune Brésilien Kaká pour mener le jeu.

La menace Shevchenko
Devant eux, Andriy Shevchenko représente la valeur la plus sûre. Le Ballon d'Or 2004 a inscrit le dernier tir au but face à la Juventus en 2003. Liverpool ne peut se permettre de ne surveiller que lui. "Ce serait une grave erreur", selon le manager merseysider Rafael Benítez.

Qui avec Shevchenko ?
Son homologue Carlo Ancelotti n'a qu'un souci : qui associer à l'Ukrainien ? Filippo Inzaghi et Jon Dahl Tomasson talonnent Hernán Crespo, double buteur contre le Manchester United FC en 8e de finale. "Je ne dis pas que Crespo débutera le match, mais il est certain qu'il jouera", a assuré Ancelotti.

Les outsiders
Milan a peiné en demi-finale contre le PSV Eindhoven et vient de perdre le Scudetto. Las, Liverpool et ses fans endossent le costume d'outsiders et donnent l'impression de se contenter de leur première finale depuis 20 ans. Mais il serait naïf de penser que les Reds n'ont aucune chance de décrocher leur cinquième titre et de garder ce trophée tant convoité que les Italiens, six fois vainqueurs, ont déjà. "Milan est peut-être favori", déclare Benítez, "mais nous avons confiance en nous, et nous pouvons gagner."

Les clés du match
Pour cela, il faudrait que Steven Gerrard, le capitaine et maître à jouer des Reds, domine la paire Pirlo-Gattuso et que les offrandes de Xabi Alonso ne souffrent pas d'une putative nervosité. Luis García est un joker à droite. John Arne Riise jouera de sa puissance à gauche. Dietmar Hamann devrait obtenir la préférence de l'entraîneur par rapport à Igor Biscan pour le cinquième poste du milieu de terrain.

Les options offensives
En attaque, le meilleur buteur de l'EURO 2004j Milan Baroš sera-t-il seul ou associé d'entrée au revenant Djibril Cissé ? "Ils sont tous les deux très bons", commente Benítez, imitant Ancelotti. "Peut-être que les deux pourront jouer. Pourquoi pas ?"

Révélation
La défense a été le point fort de Liverpool, qui a éliminé la Juventus et le Chelsea FC sur la route de la finale d'Istanbul. Le Finlandais Sami Hyypiä a retrouvé sa meilleure forme au milieu de la défense, avec à ses côtés Jamie Carragher, véritable révélation de la saison. Est-ce que ce sera assez pour contrecarrer la force milanaise ? Difficile à dire. Mais le football est parfois fait de curieux évènements.

Les équipes probables :

AC Milan : Dida, Cafu, Stam, Nesta, Maldini, Gattuso, Pirlo, Seedorf, Kaká, Shevchenko, Crespo.

Liverpool FC : Dudek, Finnan, Carragher, Hyypiä, Traoré, Hamann, Alonso, García, Gerrard, Riise, Baroš.

Arbitre : M. González (Espagne)

Haut