UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Analyse technique, Paris 1-0 Real Madrid

Les observateurs techniques de l'UEFA reviennent sur la victoire parisienne.

Analyse des déplacements de Kylian Mbappé lors du match du Paris Saint-Germain contre le Real Madrid.
Les mouvements de Mbappé

Kylian Mbappé brillé pour son exploit individuel qui a permis à Paris de prendre un léger avantage lors du match aller des huitièmes de finale de l'UEFA Champions League contre le Real Madrid.

Dans cet article présenté par FedEx, le panel d'observateurs techniques de l'UEFA met en lumière le collectif de l'équipe de Mauricio Pochettino, qui a posé les bases de sa victoire – et laissé à Madrid peu d'espoir.

La feuille de match et les stats


Le résumé du match

En deux minutes, Paris 1-0 Real Madrid
En deux minutes, Paris 1-0 Real Madrid

L'un des observateurs techniques de l'UEFA s'est exprimé sur l'action de Mbappé. « C'était une action directe typique de Mbappé, de son style de jeu et de son calibre. Capable de faire bascule un match. »

Analyse des systèmes

Paris avec le ballon
Paris avec le ballon

Paris
Le 4-3-3 parisien mettait en avant Mbappé (7) dans sa position la plus forte sur la gauche de l'attaque, tandis que Messi (30) était libre de trouver des espaces au centre. Ángel Di María (11), théoriquement à droite, se positionnait à l'intérieur lorsque les latéraux locaux avançaient.

Le rôle de Danilo (15) était important. De sa position de départ à droite du milieu de terrain, il est descendu pour soutenir ses défenseurs centraux lorsque Paris avait le ballon et que les défenseurs latéraux montaient. Cela a permis à Achraf Hakimi (2) d'être libre mais sans empêcher l'équipe de se prémunir de la menace de Vinícius Júnior (20) en contre-attaque. Sans le ballon, Danilo s'est servi de ses qualités défensives pour bloquer Toni Kroos (8) et aider Hakimi à neutraliser Vinícius Júnior. Dans l'ensemble, il a été rapide à mettre la pression et toujours attentif à tout joueur arrivant dans sa zone de terrain, y compris Karim Benzema (9), un avant-centre qui a tendance à trouver de bons espaces dans cette poche.

Comme Danilo lui-même l'a fait remarquer après le match, Paris « a de grands joueurs, avec Messi et Hakimi, qui sont plutôt offensifs ». « Je suis là pour faire contrepoids en quelque sorte ».

Paris était solide et compact en sans le ballon lorsqu'il passait en 4-5-1. Et il est révélateur que sa discipline et sa concentration défensive aient même concerné les talents les plus créatifs de l'équipe. Par exemple, sur les coups de pied de but madrilènes, les Parisiens ont réussi à exercer une pression élevée, Messi rejoignant Marco Verratti (6) et Leandro Paredes (8) pour former un triangle au milieu et priver d'espace le trio de milieux de terrain des visiteurs.

Madrid avec le ballon
Madrid avec le ballon

Real Madrid
Comme leurs hôtes, les Madrilènes se sont installés dans un 4-3-3. Cependant, leurs difficultés à conserver le ballon, alors qu'ils avaient 43% de possession de balle, leur ont fait passer de longs moments à défendre en profondeur autour de leur propre surface dans un 4-5-1 avec seulement Benzema (9) posté plus haut sur le terrain.

Dans leur meilleure période – les dix dernières minutes de la première mi-temps – Dani Carvajal (2) restait le plus bas que les deux latéraux tandis que Ferland Mendy (23) poussait et essayait de pénétrer à l'intérieur, laissant la ligne de touche à Vinícius Júnior (20). Pourtant, la plus grosse menace venait d'un tir de Kroos (8) qui passait au-dessus de la barre transversale neuf minutes après la reprise.

Faits marquants

Dès la première minute, le club français donnait le tempo et dictait l'intensité. Un observateur de l'UEFA a noté comment les Parisiens cherchaient à mettre Madrid sur le reculoir à chaque occasion, en jouant les coups francs rapidement, par exemple, pour hausser le rythme.

Madrid n'était pas en mesure de conserver le ballon assez longtemps pour que ses joueurs offensifs aient une influence sur le match, Kroos et Luka Modrić n'ayant pas pu avoir l'incidence qu'ils auraient normalement eue et Benzema ayant eu du mal à avoir le ballon pour son retour après une blessure aux ischio-jambiers.

L'aspect le plus impressionnant de la performance de Paris a sans doute été sa réaction défensive lorsqu'il perdait le ballon. L'équipe qui a défendu haut sur le terrain a effectué plus de récupérations (61) que lors de n'importe quel autre match de la Ligue des champions cette saison.

Madrid sans le ballon
Madrid sans le ballon

En conséquence, les Madrilènes ont eu du mal à trouver un moyen de déjouer le pressing agressif de leurs hôtes. Courtois venait parfois au secours d'Éder Militão qui ne trouvait pas de passes sûres. En première mi-temps, une ou deux fois Benzema a dû lui aussi redescendre.

En deuxième mi-temps, Courtois a essayé de trouver Vinícius Júnior dans l'espace avec des passes plus longues, mais là encore sans grand effet. Ainsi, si les Madrilènes étaient bien organisés en défense, ils ont eu du mal à avoir la possession du ballon du début à la fin. Ancelotti a effectué cinq remplacements, mais n'a pas réussi à changer la dynamique du match. Il est d'ailleurs révélateur que le but de la victoire ait été inscrit après que Madrid a perdu le ballon une dernière fois, au milieu du terrain.

Ce qu'en pensent les coaches

Mauricio Pochettino, Paris, entraîneur
Nous avons coupé leurs circuits de passes en pressant leurs milieux de terrain. Nous avons fait beaucoup d'effort pour les arrêter et récupérer le ballon le plus haut possible, tout en contrôlant bien le jeu pendant 90 minutes. Nous avons concédé très peu d'occasions.

Carlo Ancelotti, Real Madrid, entraîneur
Nous n'avons pas pu sortir avec le ballon et nous avons raté beaucoup de passes à cause de leur pressing intense. Ils l'ont bien fait et nous ont mis en difficulté dans ce sens. Nous devons presser davantage au match retour. Nous sommes en retard au tableau d'affichage et nous devons être meilleurs avec le ballon, ce que nous n'avons pas bien fait à l'aller.