UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

L'analyse technique, Juventus 4-2 Zenit

Les observateurs techniques de l'UEFA reviennent sur la victoire qui a propulsé la Juventus en huitièmes de finale.

Regardez comment le mouvement de la Juventus a conduit à l'ouverture du score face au Zenit.
La Juventus a travaillé ses corners

La Juventus s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de l'UEFA Champions League à deux journées de la fin grâce à sa victoire 4-2 contre le FC Zenit, mercredi. Les observateurs techniques de l'UEFA dissèquent ici les détails d'une quatrième victoire consécutive pour les Bianconeri dans le Groupe H.

C'est la première fois qu'ils enchaînent quatre succès depuis l'UEFA Champions League depuis 2004/05.

Systèmes

Juventus

L'équipe italienne a entamé le match dans un 4-4-2 avec deux attaquants et une menace constante sur le côté droit avec le très énergique ailier Chiesa (22). Lorsqu'ils n'exerçaient pas un pressing haut, les Piémontais se repliaient parfois dans leur propre moitié de terrain, passant en 5-3-2. De Ligt (4) était solide derrière remportant presque tous les duels, mais il faut souligner la performance défensive d'ensemble de la Juve, restant compacte et récupérant le ballon aux bons moments.

Le 4-4-2 de la Juventus
Le 4-4-2 de la Juventus

Zenit

Les joueurs de Sergei Semak s'alignaient 3-4-2-1. En défense, ils passaient en 5-2-3, les ailiers Aleksey Sutormin (19) et Karavaev (15) étant repliés aux côtés des défenseurs centraux. Bien que le Zenit s'efforçât de conserver un système compact, la capacité de la Juventus à effectuer des passes rapides et précises lui permettait de se créer des occasions, même dans les espaces restreints. Le principal créateur du Zenit était Claudinho (11), qui opérait juste derrière l'avant-centre Azmoun (7). Grâce à sa vision du jeu et à sa technique, le Brésilien cherchait à prendre l'initiative avec le ballon – et était visiblement le joueur vers lequel ses coéquipiers se tournaient pour trouver une étincelle.

Pour le dernier quart d'heure, le Zenit a adopté un 4-4-2 avec Dzyuba, qui assurait une présence physique en attaque aux côtés d'Azmoun, et un autre remplaçant, l'ancien Bordelais et Marseillais Malcom (10), qui ajoutait un poids offensif sur l'aile droite.

Le Zenit  en 3-4-2-1 formation
Le Zenit en 3-4-2-1 formation

Points clé

La Juventus avait un plan de jeu clair et a été impressionnante tant dans le jeu que sur les coups de pied arrêtés. Elle a rebondi de manière impressionnante après deux défaites en Serie A. Elle a été vive, forte et énergique, dictant le jeu avec et sans le ballon.

Les Italiens étaient clairement concentrés dès le début du match, comme en témoigne la pression instantanée qui leur a permis de gagner le ballon dans les 30 derniers mètres et d'adresser un centre vers Danilo en 60 secondes.

Avant le but de Dybala à la 11e minute, Bernardeschi était déjà passé tout près et Weston McKennie avait heurté un poteau. Le tir de McKennie, une frappe à ras de terre de loin, était l'aboutissement d'une autre séquence de jeu à haute intensité qui mettait en évidence la capacité technique de la Juventus à faire circuler le ballon dans l'axe du terrain – un avant-goût des combinaisons rapides qui allaient suivre.

Dans l'ensemble, le pressing de la Juventus était excellent, de même que son jeu de transition, ce qui a permis de marquer deux buts au cours d'une soirée où, au total, les hommes de Massimiliano Allegri ont adressé 26 tirs, dont 11 cadrés.

Ils étaient également menaçants sur les ballons arrêtés, comme en témoigne l'ouverture du score qui faisait suite à un corner que De Ligt reprenait de la tête pour Dybala.

Les corners étaient particulièrement aboutis. Certains étaient joués court, un autre en arrière pour qu'un troisième homme fournisse le centre, et un autre frappé sur un joueur à l'extrême limite de la surface qui pouvait frapper au but avec du temps.

Quant au Zenit, il offrait moins de variations dans son jeu sur coups de pied arrêtés, sa seule menace venant du premier de ses cinq corners de la soirée, lorsque Dejan Lovren plaçait une tête hors du cadre sur un corner de Rakitskyy après seulement quatre minutes.

S'il y a un point positif pour le Zenit dans cette troisième défaite en quatre matches du Groupe H, c'est que les joueurs n'ont pas baissé la tête et que sa persévérance a été récompensée par le but d'Azmoun à la fin de la rencontre.