UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Viktor Goncharenko : "La peur au ventre"

Les déclarations de Josep Guardiola et de Viktor Goncharenko, entraîneur du FC BATE Borisov, après la déroute des Belarus face à Barcelone (5-0).

Viktor Goncharenko : "La peur au ventre"
Viktor Goncharenko : "La peur au ventre" ©Getty Images

Viktor Goncharenko, entraîneur du BATE
On a joué contre la meilleure équipe du monde. On a un peu joué avec la peur au ventre, on a fait des erreurs stupides mais c'était une superbe expérience. On a vu comment jouer en première intention.

Je ne peux pas en vouloir à mon équipe malgré le résultat qui n'est pas joli à voir. La réputation de l'adversaire a beaucoup joué sur le mental de mes joueurs, qui sont restés en dedans. Avec plusieurs matches comme celui-ci dans la saison on aurait pu mieux faire. Barcelone joue trop vite, on n'a pas pu suivre.

Josep Guardiola, entraîneur de Barcelone
On avait bien étudié nos adversaires à l'avance, c'est la clé de notre réussite. On s'est également appuyés sur notre expérience passée, comme le match au Rubin Kazan (en 2009). On savait que les choses pouvaient mal tourner.

Si Messi en est là à 24 ans (à égalité avec László Kubala à la seconde place du classement des meilleurs buteurs du club de tous les temps avec 194 en compétition), imaginez ce qu'il peut encore accomplir. Quand il dépassera César Rodríguez (premier avec 235 buts) j'espère qu'il ne pensera pas de suite à la retraite. Je n'ai jamais vu jouer Kubala mais je sais que sur la base d'une réputation comme la sienne, le Camp Nou a été construit (en premier lieu) parce aue Les Corts étaient jugés trop petits – ce aui veut tout dire.

On a joué merveilleusement nos trois dernières Champions Leagues, avec deux victoires et une demi-finale mais on a toujours un peu peiné à l'extérieur. J'accorde beaucoup d'importance à la victoire de ce soir parce que nous sommes en tête du groupe et qu'après le nul de Milan on ne savait pas à quoi s'attendre.

Autres contenus