Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

L'analyse de Desailly

Deux fois vainqueur de la Champions League en tant que joueur, Marcel Desailly livre à UEFA.com ses pronostics pour les 8es et revient sur ses beaux jours dans la compétition.

Marcel Desailly rend visite à un ami de longue date
Marcel Desailly rend visite à un ami de longue date ©UEFA.com

À le voir en parler, pas de doute : Marcel Desailly aime l'UEFA Champions League. Pas étonnant pour un homme qui l'a remportée deux fois en trois finales.

Vainqueur de la première édition de la compétition avec l'Olympique de Marseille en 1993, Desailly marquera et soulèvera le trophée l'année suivante avec l'AC Milan, que l'OM avait défait précédemment en finale. 12 mois plus tard, il laissera cette joie aux hommes de l'AFC Ajax et à Patrick Kluivert, seul buteur à Vienne.

S'exprimant au lancement de la tournée du trophée 2011 de l'UEFA Champions League, Desailly a comparé la coupe de 73,5 cm de haut à un "ami que vous n'avez pas revu depuis longtemps", ajoutant : "Elle m'a apporté beaucoup de joie et, oui, c'était une consécration. Vous ne pouvez la comparer à aucune autre compétition de clubs".

De ses expériences dans le tournoi, l'international français retiendra la victoire de l'OM - opposé au Manchester United FC ce mercredi en 8e de finale de la compétition - comme particulièrement spéciale, car elle représentait "le premier trophée (de club européen) pour la France". "L'année d'avant, l'AC Milan l'avait remportée, et cette fois c'était Marseille. La saison suivante, je change de club et je la gagne à nouveau contre un grand Barcelone, avec tous ces grands joueurs et Johann Cruyff à leur tête", se souvient-il.

S'il garde de son passage à Milan d'excellents souvenirs, Desailly estime que l'équipe actuelle doit se renforcer dans plusieurs compartiments du jeu si elle veut espérer inverser le 1-0 subi à la maison face au Tottenham Hotspur FC, le 9 mars à Londres. "Ils doivent mieux s'organiser, ils n'ont pas suffisamment bloqué les ailiers", analyse l'ancien défenseur central de 42 ans.

Passé par Chelsea, Desailly gardera également un œil sur les Blues, qui se rendront dans la capitale danoise mardi pour y affronter les outsiders du FC København. Malgré l'arrivée de Fernando Torres, l'étiquette de favoris peut leur jouer de mauvais tours : "En face, ils n'ont rien à perdre", explique-t-il. "(Carlo) Ancelotti doit réorganiser la formation de l'équipe et s'ils ne sont pas prêts à temps, le FCK København peut en profiter. Ils vont foncer et attendre de voir ce que ça donne."

Haut