UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Manchester passe, Lille repassera

Man. United FC - LOSC Lille Métr. 1-0 (tot. 2-0)
Les Lillois ont espéré avant de céder sur une accélération de Ronaldo, ponctuée par Larsson.

Le Manchester United FC a assuré sa place au tirage au sort des quarts de finale de l'UEFA Champions League (vendredi), en venant à bout du LOSC Lille Métropole, grâce à un but d'Henrik Larsson en fin de match, après un exploit de Cristiano Ronaldo.

Trop dur pour Lille
Dernière équipe française en C1 après l'élimination surprise de l'Olympique Lyonnais, mardi, Lille s'est montré à la hauteur du défi diabolique qui lui était proposé pour son premier 8e de finale retour : battre dans le Théâtre des Rêves le club qui a gagné deux fois ce trophée (1968 et 1999).

Des regrets à l'aller
Après 180 minutes de haute tenue, les joueurs de Claude Puel, qui ont franchi un nouveau cap cette saison, s'inclinent deux fois en fin de match. Une grande partie du sort de cette rencontre s'est joué sur le but malicieux de Ryan Giggs, à Bollaert, le 20 février (0-1).

Silvestre "in", Giggs out
Le Gallois était pourtant laissé sur le banc des leaders de la Premiership, ainsi que Gabriel Heinze, remplacé à l'arrière gauche par Mikaël Silvestre. Côté lillois, les défections de Mathieu Bodmer et Yohan Cabaye étaient palliées par Stéphane Dumont et Ludovic Obraniak, ce qui avait pas mal réussi au LOSC, le week-end dernier.

La barre sauve Sylva
Il apparaissait toutefois rapidement que l'opposition de l'ES Troyes Aube-Champagne n'était pas du même tonneau que celle des Red Devils. Poussés par 75 000 spectateurs (moins 1200 Ch'tis), les coéquipiers de Gary Neville se rendaient maîtres du ballon et des initiatives les plus tranchantes. Au point que Matthieu Chalmé était obligé de se jeter devant Wayne Rooney quand ce dernier armait une volée (14e). Sur le corner, Tony Sylva loupait sa sortie et John O'Shea plaçait une tête sur la barre (15e). Old Trafford murmurait de plaisir.

Lille s'enhardit
Tendus durant toute la première demi-heure et parfois au bord de la rupture (échappée de Paul Scholes qui butait sur Sylva, 27e), les Français obtenaient deux vraies occasions avant la pause. Jean II Makoun, complètement oublié par Nemanja Vidić, délivrait une tête sur un coup franc axial d'Obraniak. Edwin van der Sar bloquait le ballon piqué du Camerounais (22e). L'échalas néerlandais aimantait encore la balle sur un centre au cordeau de Chalmé que Peter Odemwingie ne parvenait pas à couper (45e+1).

Odemwingie touche le poteau
Arrivée au repos indemne et un peu plus à l'aise dans son jeu, l'équipe qui occupe actuellement la 3e place du Championnat se mettait à y croire quand Odemwingie concluait un nouveau coup franc en profondeur par une tête excentrée qui bondissait sur le poteau (47e). Cette alerte rappelait aux Diables Rouges qu'ils n'ont perdu qu'un seul match sur leur pelouse cette saison (face à l'Arsenal FC). le rythme s'élevait. La tension aussi. Renforcé par Debuchy dans l'axe, qui poussait Obraniak à gauche et Michel Bastos sur le banc, Lille pliait et finissait par rompre.

Ronaldo se fait la belle, Larsson conclut
Alors que le doute commençait à s'installer dans les têtes anglaises, Cristiano Ronaldo, dans son exercice de soliste favori, semait Chalmé et Efstathios Tavlaridis dans le couloir gauche pour centrer à destination d'Henrik Larsson. Seul au point de penalty, le pigiste suédois ajustait Sylva avec l'expérience de ses 35 ans (1-0, 72e). Pour son avant-dernier match avant de regagner son pays, Larsson était fou de joie.

Pas de miracle
Vingt minutes pour marquer deux buts, c'était trop peu pour les Dogues qui ne désarmaient pas. Malgré les entrées de Nicolas Fauvergue, premier buteur de Lille dans la compétition, et du jeune Belge Kevin Mirallas, le miracle qui prenait forme avant le but s'évanouissait dans le ciel britannique. Manchester accède aux quarts de finale pour la première fois depuis 2002/03. Il grossit le contingent anglais dans le top 8. Jamais la Champions League n'avait autant eu l'accent de la puissante Premier League.