UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Les liens de longue date entre le football européen et la France

Alors que la Fédération Française de Football s’apprête à accueillir le Congrès de l’UEFA, à Paris, nous revenons sur la contribution impressionnante du pays au football européen au cours des 70 dernières années.

Le capitaine de l’équipe de France, Didier Deschamps, brandit la coupe Henri Delaunay après avoir mené son équipe à la victoire lors de l’UEFA EURO 2000.
Le capitaine de l’équipe de France, Didier Deschamps, brandit la coupe Henri Delaunay après avoir mené son équipe à la victoire lors de l’UEFA EURO 2000. Icon Sport via Getty Images

Des moments charnières de l’histoire de l’UEFA aux triomphes inoubliables sur le terrain, la France exerce une influence sur le football comme peu d’autres nations.

Nous revenons ici sur quelques contributions et succès clés du pays en 70 ans de football européen.

Le domicile de l’UEFA

Bien qu’elle ait été fondée le 15 juin 1954 à l’occasion d’une réunion à Bâle (Suisse), c’est dans la capitale française que l’UEFA a d’abord établi ses quartiers.

Le premier secrétaire général de l’organisation, Henri Delaunay, travaille pour l’UEFA à titre bénévole, combinant sa fonction européenne avec celle de secrétaire général de la Fédération Française de Football (FFF), basée à Paris.

Le siège de l’UEFA reste dans la capitale française jusqu’à ce que le Comité exécutif décide, en décembre 1959, de le transférer en Suisse. De nouveaux bureaux ouvrent dans les locaux de Berne, la capitale helvétique, en janvier 1960.

Le premier domicile de l’UEFA a été à Paris.
Le premier domicile de l’UEFA a été à Paris.Getty Images/iStockphoto

La naissance de la Champions League

Sur la base d’un projet du quotidien français L’Équipe fin 1954, le Comité exécutif convient, en juin 1955, que l’UEFA organisera une nouvelle compétition interclubs européenne, connue sous le nom de Coupe des clubs champions européens.

Les propositions élaborées par Jacques Ferran, journaliste de L’Équipe, sont approuvées avec quelques modifications. L’UEFA invite ses associations nationales à inscrire leur club champion, tout en donnant aussi la priorité aux clubs invités initialement par L’Équipe, même si certains d’entre eux n’étaient pas champions nationaux.

La première édition est mise en place après plusieurs confirmations, retraits et remplacements. Certains noms vous seront familiers, d’autres moins : AGF Aarhus (Danemark), RSC Anderlecht (Belgique), Djurgårdens IF (Suède), PSV Eindhoven (Pays-Bas), Gwardia Varsovie (Pologne), Hibernian FC (Écosse), AC Milan (Italie), MTK Budapest (Hongrie, alors nommé Vörös Lobogó SE), FK Partizan (Yougoslavie), SK Rapid Vienne (Autriche), Real Madrid CF (Espagne), Sporting CP (Portugal), SC Rot-Weiss Essen (Allemagne de l’Ouest), 1. FC Saarbruck (Allemagne de l’Ouest), Servette FC (Suisse) et Stade de Reims (France).

Le premier match de la Coupe des clubs champions européens a lieu le dimanche 4 septembre 1955. Il se termine sur le score de 3-3 entre le Sporting Clube de Portugal, de Lisbonne, et le FK Partizan, de Belgrade, et donne le ton d’une compétition, aujourd’hui appelée UEFA Champions League, qui continue de passionner joueurs et supporters.

La France s’impose tout naturellement comme pays organisateur de la première finale de la compétition, qui voit le Stade de Reims prendre une avance de deux buts au Parc des Princes, à Paris, avant que le Real Madrid ne réplique pour s’imposer 4-3.

C’est ainsi que commence une longue aventure dans le football européen, qui continue d’écrire sa propre histoire.

  Alfredo Di Stefano, du Real Madrid, célèbre avec le trophée au terme de la première finale de la Coupe des clubs champions européens.
Alfredo Di Stefano, du Real Madrid, célèbre avec le trophée au terme de la première finale de la Coupe des clubs champions européens. Popperfoto via Getty Images

Le Ballon d’Or célèbre l’excellence

Fruit de l’initiative d’un autre journaliste français passionné de football, Gabriel Hanot, le Ballon d’Or est lancé en 1956 par le magazine France Football.

Depuis qu’il a été décerné pour la première fois, à Stanley Matthews, le Ballon d’Or est la distinction la plus prestigieuse qu’un footballeur puisse recevoir. Il récompense des réalisations extraordinaires et un talent exceptionnel.

Lionel Messi (huit fois distingué) et Cristiano Ronaldo (cinq fois) ont dominé le palmarès du Ballon d’Or ces dernières années, même si en 2022, Karim Benzema est devenu le cinquième vainqueur français, après Raymond Kopa (1958), Michel Platini (1983, 1984 et 1985), Jean-Pierre Papin (1991) et Zinédine Zidane (1998).

En 2018, une distinction féminine a été introduite. À partir de cette année, l’UEFA coorganisera le Ballon d’Or aux côtés du Groupe Amaury, propriétaire de France Football et de L’Équipe. Deux nouvelles distinctions viendront s’ajouter au programme : le titre d’Entraîneur·e d’équipe masculine et celui d’Entraîneur·e d’équipe féminine de l’année.

L'UEFA coorganisera le Ballon d'Or à partir de 2024

Le père français de l’EURO

Le nom d’Henri Delaunay peut vous sembler familier. En effet, il orne la coupe brandie tous les quatre ans par le vainqueur du Championnat d’Europe de football de l’UEFA.

Delaunay avait lancé l’idée d’une compétition européenne pour équipes nationales en 1927, mais il faudra attendre plus de 30 ans avant qu’elle ne se concrétise.

Malheureusement, Delaunay n’a pas vécu assez longtemps pour voir son rêve devenir réalité. Des propositions sont soumises au Congrès inaugural de l’UEFA, en mars 1955, mais il décédera dans la même année, et c’est son fils, Pierre, qui lui succédera au poste de secrétaire général et continuera à défendre l’idée de son père jusqu’à ce qu’elle reçoive le feu vert.

Le premier match de compétition officiel de la Coupe d’Europe des Nations, comme elle a d’abord été appelée, a lieu le 28 septembre 1958 : l’URSS bat la Hongrie 3-1 devant 100 572 supporters au Stade Luzhniki, à Moscou.

En reconnaissance du rôle joué par Henri Delaunay dans la création de la nouvelle compétition, le trophée porte son nom.

La première édition de la compétition s’achève par un tournoi final à quatre équipes, en juillet 1960 en France, auquel participent le pays organisateur, la Tchécoslovaquie, l’URSS et la Yougoslavie. L’URSS s’impose 2-1 après prolongation lors de la finale contre la Yougoslavie, au Parc des Princes.

Les conditions étaient réunies pour le développement d’une compétition qui est devenue l’un des événements sportifs les plus importants et les plus populaires au monde.

Le premier secrétaire général de l'UEFA, Henri Delaunay.
Le premier secrétaire général de l'UEFA, Henri Delaunay.©Getty Images

L’EURO 1984 et le goût des trophées

Cet été, 40 ans se seront écoulés depuis que la France est devenue le troisième pays organisateur à remporter l’EURO masculin et a décroché, par la même occasion, son premier titre majeur. Le capitaine, Michel Platini, a inscrit neuf buts, un record, dont un lors de la victoire 2-0 sur l’Espagne en finale.

Depuis, les Français ont nourri de grandes attentes et ont régulièrement tenu leurs promesses sur la scène internationale. Les Bleus ont remporté la Coupe du monde de la FIFA 1998, une fois encore à domicile, avant de s’imposer dans un deuxième EURO, en 2000, en battant l’Italie 2-1 grâce au but en or. Ils sont passés près d’un nouveau triomphe en Coupe du monde en 2006, en s’inclinant lors de la séance de tirs au but, tandis qu’un seul but du Portugal les a privés de la victoire à Paris lors de l’EURO 2016. Néanmoins, ils ont pu célébrer un nouveau titre de champion du monde grâce à une victoire 4-2 sur la Croatie en 2018.

Regardez les neuf buts de Platini lors de l’EURO 1984

La domination de Lyon sur l’Europe

À ce jour, les Françaises n’ont pas obtenu de titre international, mais au niveau interclubs, les équipes sont loin d’égaler les exploits de l’Olympique Lyonnais Féminin, huit fois vainqueur de l’UEFA Women’s Champions League. Le trio français Wendie Renard, Sarah Bouhaddi et Eugénie Le Sommer a pris part à toutes ces victoires, et Renard, qui détient le record du nombre de sélections dans la compétition, a participé à dix finales en tout.

L’OL a également dominé le championnat national féminin, remportant le titre lors de seize des dix-sept dernières saisons. Le Paris Saint-Germain a mis fin à une série de quatorze titres consécutifs pour l’OL en 2020/21 et commence aussi à compter sur la scène européenne. Cette saison, une troisième équipe française a participé à la phase de groupe de la Women’s Champions League, le Paris FC, qui a battu les anciens champions Arsenal et Wolfsburg lors de la phase de qualification.

Temps forts de la finale 2022 de l’UEFA Women’s Champions League : Barcelone 1-3 OL

L’avenir sera futsal

Après des années de succès dans le football à onze, la France est-elle prête à devenir une force incontournable du futsal ?

En 2024, l’équipe de France masculine disputera sa première phase finale de la Coupe du monde de futsal de la FIFA, après avoir décroché sa place à la fin de l’année dernière en qualification, en restant invaincue dans un groupe du tour Élite comprenant la Croatie, l’Allemagne et la Slovaquie.

Ce succès intervient quelques mois seulement après que la FFF a dévoilé sa première stratégie en matière de futsal et précède l’entrée des Françaises, plus tard dans l’année, dans la phase de qualification en vue de la première Coupe du monde féminine de futsal de la FIFA. L’équipe de France féminine a disputé ses premiers matches amicaux en 2023.

« Le futsal est un sport fantastique, qui suscite un fort engouement auprès de la jeunesse depuis de nombreuses années », a déclaré Philippe Diallo, président de la FFF. « Cela se traduit par un nombre de licenciés important et porteur d’avenir. C’est le premier sport scolaire chez les filles et les garçons, avec près de 200 000 jeunes pratiquants. »

Concernant l’avenir, Philippe Diallo a confirmé que la FFF introduira également des équipes juniors dans les compétitions internationales de futsal, et cherchera à améliorer ses structures afin de développer l’entraînement et les performances en compétition à tous les niveaux.