UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

À la mémoire de Luis Suárez, icône du football espagnol

Le football espagnol et mondial pleure la perte de Luis Suárez Miramontes, qui était âgé de 88 ans. Il fut l’un des footballeurs les plus acclamés du pays et reste le seul joueur espagnol à avoir remporté le Ballon d’Or.

Luis Suárez, légende du football espagnol.
Luis Suárez, légende du football espagnol. AFP via Getty Images

Suárez a été l’une des légendes du football espagnol les plus vénérées, et il était très aimé tant dans son pays d’origine qu’en Italie, où il a passé une grande partie de sa carrière, d’abord comme joueur, puis comme entraîneur.

Surnommé l’« Architecte », le milieu de terrain habile et inspirant a remporté de nombreuses distinctions au cours de sa prestigieuse carrière de joueur, qui a atteint son apogée dans les années 1960, avec une victoire en 1964 sous le maillot de la Roja lors de la phase finale à domicile du Championnat d’Europe de football et deux titres consécutifs en Coupe des clubs champions européens avec l’Inter Milan, en 1964 et 1965.

Doublé de l’Inter en Coupe d’Europe dans les années 1960

« Un talent unique »

Dans un hommage au joueur espagnol, la Fédération espagnole de football (RFEF) a décrit Suárez comme « l’une des plus grandes légendes de notre football ». « Repose en paix, Luisito », a-t-elle ajouté. L’Inter a parlé d’un « talent unique : le numéro 10 de la Grande Inter qui a fait flotter nos couleurs aux sommets de l’Italie, de l’Europe et du monde. »

Le président de la Fédération italienne de football (FIGC), Gabriele Gravina, a déclaré de Suárez qu’il était « un monument du football italien et mondial. Il a offert de véritables perles à tous les supporters et a inspiré plusieurs générations de footballeurs. »

Les héros européens de l’Inter Milan, avec Luis Suárez accroupi au centre.
Les héros européens de l’Inter Milan, avec Luis Suárez accroupi au centre.AFP via Getty Images

Né le 2 mai 1935 à La Corogne, Suárez a commencé sa carrière de joueur dans sa ville natale au cours de la saison 1953/54, au RC Deportivo La Corogne, avant de signer avec le FC Barcelone en 1954. Au cours de sept saisons avec le Barça, il remportera deux titres en championnat, deux Coupes des villes de foires et deux Coupes d’Espagne.

En 1960, il reçoit le Ballon d’Or, devenant ainsi le premier joueur espagnol, et le seul à ce jour, à bénéficier de ce prix.

Des années 1960 glorieuses

Après ce titre important, la carrière de Suárez progresse à un autre niveau puisqu’il rejoint l’Inter Milan, en 1961. Avec le club italien, il remportera notamment deux Coupes des clubs champions européens (en 1964 et 1965), trois Championnats d’Italie et deux Coupes intercontinentales.

Suárez deviendra également un pilier de l’équipe nationale espagnole, avec 32 sélections et treize buts à son actif. En 1964, il aide son pays à atteindre la gloire : l’Espagne remporte le titre européen en battant l’URSS, tenante du titre, 2-1 à Madrid.

Les champions d’Europe espagnols de 1964, avec Luis Suárez accroupi à la deuxième position depuis la droite.
Les champions d’Europe espagnols de 1964, avec Luis Suárez accroupi à la deuxième position depuis la droite.

Luis Suárez : première superstar espagnole de l’EURO

Quittant l’Inter en 1970, Suárez termine sa carrière de joueur au sein d’un autre club italien, la Sampdoria, en 1973.

Après avoir raccroché les crampons, Suárez commence sa carrière d’entraîneur en Italie ; il travaille avec l’Inter, la Sampdoria, Côme et Cagliari. Retournant chez lui pour entraîner le Deportivo pour une saison, il sera ensuite désigné entraîneur de l’équipe nationale espagnole des M21, en 1980, une sélection qu’il mènera au titre dans sa catégorie en 1986.

Il prendra ensuite les rênes de l’équipe nationale senior, de 1988 à 1990, et la conduira à la Coupe du monde de la FIFA, en Italie. Il se verra ensuite confier des missions plus brèves, dirigeant l’Inter à deux reprises, en 1992 et en 1995, et l’Albacete Balompié, en Espagne, en 1994, avant de prendre sa retraite d’entraîneur et d’assumer occasionnellement des fonctions de commentateur radio.