UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Protection des joueuses et des joueurs : charte de l’UEFA sur les commotions cérébrales à l’intention des clubs et des équipes nationales

L’UEFA a franchi une nouvelle étape importante en matière de protection de la santé et de garantie de la sécurité des joueuses et des joueurs en élaborant une charte sur les commotions cérébrales à l’intention des équipes qui prennent part à ses compétitions masculines et féminines interclubs et pour équipes nationales.

Campagne de sensibilisation sur les commotions cérébrales
Campagne de sensibilisation sur les commotions cérébrales

Donnant suite à la campagne de sensibilisation sur les commotions cérébrales lancée en 2019 par l’UEFA, cette mesure permet à l’instance dirigeante du football européen de franchir une nouvelle étape dans ses efforts visant à informer les joueuses et les joueurs, les entraîneurs, les arbitres, les médecins et le grand public sur les dangers des commotions cérébrales dans le football.

La charte sur les commotions cérébrales a été rédigée par la Commission médicale de l’UEFA. Elle vise à souligner l’importance des bonnes pratiques en matière de gestion des commotions cérébrales et met en évidence les procédures à suivre en cas de présomption de commotion cérébrale lors des matches masculins et féminins interclubs et pour équipes nationales de l’UEFA.

La charte encourage aussi à informer les joueuses et les joueurs, les entraîneurs et le staff technique sur les procédures en vigueur lors des matches de l’UEFA en cas de présomption de commotion cérébrale.

Protection de la santé des joueuses et des joueurs

Les clubs et les équipes nationales sont invités à ratifier la charte non seulement pour soutenir la campagne de sensibilisation de l’UEFA, mais également pour souligner leur engagement à protéger la santé de leurs joueuses et de leurs joueurs.

Les signataires s’engagent à soutenir pleinement les directives de l’UEFA sur la manière de reconnaître et de gérer une blessure à la tête, du moment de la blessure à la reprise du jeu en toute sécurité.

Séances d'information

Dans le cadre des dispositions de la charte, les médecins des clubs et des équipes nationales sont invités à organiser des séances d’information spécifiques pour communiquer aux joueuses et aux joueurs, aux entraîneurs et au staff technique la procédure à suivre en cas de présomption de commotion cérébrale lors des matches de l’UEFA.

Procédure de l’UEFA en cas de blessure à la tête

• Dans les cas de commotion cérébrale présumée, l’arbitre doit interrompre le jeu afin de permettre l’évaluation, par le médecin d’équipe, de la joueuse ou du joueur blessé(e). Les joueuses ou les joueurs doivent rester calmes pendant cette phase d’évaluation et ne pas perturber cette dernière.

• En principe, cette évaluation ne devrait pas prendre plus de trois minutes, sauf si la gravité de l’incident nécessite le traitement de la joueuse ou du joueur sur le terrain de jeu ou son immobilisation sur le terrain de jeu en vue de son transfert en urgence à l’hôpital.

• Si, à l’issue de ces trois minutes, l’évaluation de la blessure n’a pas pu être réalisée et/ou si la présomption de commotion cérébrale subsiste, la joueuse ou le joueur ne devrait pas être autorisé(e) à reprendre le jeu.

• Une joueuse ou un joueur souffrant d’une blessure à la tête qui nécessite une évaluation en raison d’une commotion cérébrale présumée sera autorisé(e) à reprendre le jeu à l’issue de cette évaluation uniquement si le médecin d’équipe confirme expressément à l’arbitre qu’elle ou il est en état de le faire.

La décision appartient entièrement au médecin d’équipe. Les entraîneurs, les arbitres et les joueuses ou les joueurs n’ont pas le droit d’interférer dans l’évaluation et la décision du médecin.

Pendant les séances d’information, les médecins d’équipe devraient présenter et expliquer aux joueuses et aux joueurs, aux entraîneurs et au staff technique la vidéo conçue par l’UEFA dans le cadre de sa campagne de sensibilisation sur les commotions cérébrales. Ils peuvent également présenter une affiche (versions masculine et féminine) produite par l’instance européenne dans ce même cadre.

Examen médical par vidéo

Dans sa charte, l’UEFA encourage vivement ses 55 associations membres, dans la mesure du possible, à déployer dans leurs stades un système permettant un examen médical par vidéo lors des compétitions de l’UEFA, afin qu’une évaluation immédiate et éclairée des blessures puisse être réalisée.

L’UEFA facilitera l’installation de ce système avec le diffuseur hôte. L’équipe recevante qui utilise un tel système devrait offrir le même service à l’équipe visiteuse.

« Chacune et chacun devrait savoir comment réagir et quoi faire. » – Tim Meyer, président de la Commission médicale de l’UEFA

« Une commotion cérébrale est indubitablement une blessure sérieuse qui doit être prise en charge et traitée correctement. La santé et la sécurité de toutes les joueuses et de tous les joueurs qui participent aux compétitions interclubs et pour équipes nationales européennes sont d’une importance capitale non seulement pour l’UEFA, mais également pour les associations nationales de tout le continent.

» Bien que les études fassent état d’une faible incidence des commotions cérébrales dans le football, tout le monde devrait savoir comment réagir et quoi faire en cas de présomption de commotion cérébrale sur le terrain.

» En signant cette charte, les clubs et les équipes nationales afficheront leur soutien aux activités de sensibilisation aux commotions cérébrales menées par l’UEFA, et, surtout, franchiront une étape déterminante dans la protection de leurs joueuses et de leurs joueurs. »

Approche proactive de l’UEFA en matière de commotion cérébrale

L’UEFA a lancé sa campagne de sensibilisation sur les commotions cérébrales en octobre 2019, dans le principal but d’améliorer la prise en charge des commotions cérébrales dans le football.

Cette campagne fait suite aux analyses médicales réalisées dans les compétitions d’élite de l’UEFA et vise à mieux faire connaître les problèmes liés aux commotions cérébrales.

Sur cette base, le Comité exécutif de l’UEFA a décidé d’aborder la question avec la FIFA, l’instance dirigeante du football mondial, et avec l’IFAB, le législateur du football, en leur demandant de réviser les Lois du Jeu afin d’introduire des mesures appropriées, telles que des remplacements temporaires, qui contribueraient à alléger la pression exercée sur le personnel médical et laisseraient plus de temps aux médecins pour évaluer la possibilité d’une commotion cérébrale hors du terrain, afin qu’aucune joueuse ni aucun joueur commotionné(e) ne retourne sur le terrain.

En décembre 2020, l’IFAB avait approuvé une période d’essai – qui court jusqu’à fin juillet 2022 – pour l’introduction de « remplaçant(e)s pour commotion cérébrale » permanent(e)s, une décision qu’elle a confirmée en mars dernier.