L’UEFA et le Comité européen des régions promeuvent les investissements régionaux dans le sport

L’UEFA et le Comité européen des régions joignent leurs forces pour promouvoir de futurs investissements consolidés dans le sport octroyés par l’Union européenne. Les deux instances ont signé une déclaration commune définissant leurs objectifs.

Le premier vice-président de l'UEFA, Karl-Erik Nilsson (à droite) et le président du CdR, Karl-Heinz Lambertz
Le premier vice-président de l'UEFA, Karl-Erik Nilsson (à droite) et le président du CdR, Karl-Heinz Lambertz ©European Committee of the Regions

L’UEFA et le Comité européen des régions (CdR) ont joint leurs forces pour promouvoir de futurs investissements de l’Union européenne (UE) consolidés dans le sport, et se sont engagés à travailler ensemble en faveur d’une politique de cohésion solide.

Ces objectifs sont énoncés dans une déclaration signée par le premier vice-président de l’UEFA, Karl-Erik Nilsson, et le président du CdR, Karl-Heinz Lambertz, lors d’une conférence commune qui s’est tenue à Bruxelles mercredi.

Les délégués à l'événement, à Bruxelles
Les délégués à l'événement, à Bruxelles©European Committee of the Regions

Cet événement a réuni des représentants de toutes les associations nationales et des membres de la Commission HatTrick de l’UEFA ainsi que des hauts fonctionnaires d’institutions de l’UE, dont le commissaire européen à l’Éducation, à la culture, à la jeunesse et au sport, Tibor Navracsics.

La conférence avait pour but de mettre en évidence l’importance que les financements octroyés au sport par l’UE revêtent dans le contexte de la politique de cohésion, qui doit rester un des piliers de l’Europe de demain.

Plus tôt dans l’année, l’UEFA a signé la déclaration de l’Alliance pour la cohésion, une initiative lancée par le CdR et par les principales associations de régions et de villes qui a pour objectif la réalisation de la cohésion économique, sociale et territoriale en Europe.

Le CdR est un organe consultatif constitué de représentants élus au niveau local et régional, notamment de régions, de comtés, de provinces, de municipalités et de villes. Le CdR soutient les mesures visant à renforcer les politiques de cohésion de l’UE dans les 28 États membres.

Dans la déclaration commune signée par Messieurs Nilsson et Lambertz, l’UEFA et le CdR conviennent, d’une part, de la nécessité de faciliter l’accès aux financements européens dans le sport et de créer des synergies avec ces fonds et, d’autre part, de renforcer la coopération en faveur d’une politique de cohésion forte, qui promeuve la cohésion économique, sociale et territoriale dans toute l’UE après 2020.

La déclaration souligne le fait que le sport apporte des bénéfices considérables, y compris la revitalisation de zones urbaines, l’intégration sociale de groupes défavorisés, le développement du tourisme et la création d’emplois. 

Karl-Heinz Lambertz, Karl-Erik Nilsson et Tibor Navracsics
Karl-Heinz Lambertz, Karl-Erik Nilsson et Tibor Navracsics©European Committee of the Regions

Par ailleurs, la déclaration affirme que le manque de politiques axées sur le sport et le déficit d’infrastructures pour sa pratique au niveau du citoyen ordinaire constituent deux des principaux obstacles qui s’opposent à ce que toute la population, personnes handicapées comprises, bénéficie de la possibilité de s’adonner à une activité sportive en toute liberté et toute égalité.

Elle précise qu’il est capital que tout un chacun ait l’assurance de pouvoir accéder à l’activité sportive pour ouvrir la voie au développement économique et social et augmenter l’effectif total des personnes engagées dans la pratique du sport. Cette évolution facilitera la promotion des valeurs communes européennes ainsi que de l’éducation, de la formation et des compétences par le biais du sport.

Karl-Erik Nilsson signs the declaration, alongside Karl-Heinz Lambertz
Karl-Erik Nilsson signs the declaration, alongside Karl-Heinz Lambertz©European Committee of the Regions

La déclaration appelle également à une meilleure reconnaissance de la contribution du sport au développement économique et à l’intégration sociale des groupes défavorisés.

« Nous sommes tous conscients que le football n’est pas seulement une activité récréative, mais qu’il est aussi un moteur de croissance économique et d’intégration sociale, a souligné Karl-Erik Nilsson. Non seulement le sport améliore la santé des citoyens européens, mais il a une dimension éducative et joue un rôle social et culturel. 

» Le football et le sport peuvent aussi ouvrir la voie vers une plus grande intégration européenne. Et, aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’utiliser le potentiel unique du sport pour rassembler les gens.

» L’UEFA est convaincue de l’importance du sport et, chaque année, elle y apporte une énorme contribution grâce à son programme d’assistance HatTrick, par lequel elle dispense une aide considérable en faveur des infrastructures et des activités sportives à travers en Europe. Ses efforts ont néanmoins besoin d’être épaulés par un financement spécifique de l’UE, en particulier au niveau du football de base.

« Investir dans le football et dans le sport, c’est investir dans l’avenir de l’Europe. Il convient que les organisations sportives, les pouvoirs publics nationaux et les institutions de l’UE travaillent main dans la main pour exploiter au mieux toutes les filières de financement existantes, dans l’intérêt du sport et, plus largement, de l’UE dans son ensemble. »

« Nous partageons le même but que l’UEFA : renforcer la cohésion et la solidarité en Europe, a déclaré Karl-Heinz Lambertz. Investir dans le sport, c’est obtenir en retour un dividende touchant à la santé, à l’inclusion sociale, au tourisme et au développement économique.

» Il est dès lors crucial que l’UE continue de fournir, au titre de la politique de cohésion, les ressources suffisantes pour que les régions et les villes de chaque État membre offrent des infrastructures sportives décentes. Fervents partisans de l’Alliance pour la cohésion, nous sommes on ne peut mieux placés pour savoir que les fonds structurels peuvent véritablement faire la différence lorsqu’il s’agit d’offrir aux habitants de nos communautés un mode de vie plus sain et de meilleure qualité. »

« Le sport recèle des potentialités exceptionnelles pour nous aider à relever les énormes défis qui se posent à nos sociétés et stimuler le développement des villes et des régions, a déclaré Tibor Navracsics.

» Pour tirer tout le parti possible de ce potentiel, il faut que nous trouvions des moyens d’insérer le sport dans notre action, sur tout le spectre de nos domaines d’intervention. En particulier, nous nous devons de l’incorporer plus efficacement dans les stratégies des villes et des régions, en capitalisant sur les atouts et les ambitions propres à chacune d’entre elles. »

La représentante du Parlement européen et vice-présidente de Sports Intergroup, Tiziana Beghin, a apporté son soutien en soulignant la nécessité de fournir un appui financier pour les activités et les investissements sportifs dans le cadre de la prochaine période de financement européen.

« Le sport devient un aspect qu’il est urgent de prendre en compte au niveau politique, a-t-elle plaidé, et j’espère qu’une place plus importante lui sera accordée dans les programmes de financement après 2020. »

Roberto Pella, rapporteur du CdR, a souligné, dans son intervention, la nécessité d’investir dans les installations sportives et a lui aussi appelé à l’inclusion du sport dans la prochaine période de financement européen.

Haut