Copenhague: Une ville festive

Ville parmi les plus appréciées d’Europe, Copenhague sera une destination complète pour les visiteurs l’été prochain, avec les souvenirs des grands succès footballistiques du Danemark en toile de fond.

Copenhague
Copenhague ©iStock

John Jensen. Kim Vilfort. Peter Schmeichel. Les noms roulent sur la langue et renvoient immanquablement aux heures les plus glorieuses du football danois. Car si le Danemark n’était à l’origine pas qualifié pour l’EURO 92, il a quand même remporté le titre. Or voici que le tournoi, si solidement ancré dans l’imaginaire national, débarque à Copenhague.

Le président de l’Union danoise de football (DBU), Jesper Möller Christensen, ne cache pas sa fierté de voir la capitale danoise apporter sa pierre à l’édifice de l’EURO 2020. « Le football danois a une chance extraordinaire, celle d’inscrire son empreinte dans quelque chose qui le dépasse. » Et de voir dans l’engagement de Copenhague des bénéfices aussi bien à brève qu’à longue échéance. « Pour nous, c’est une immense chance que d’accueillir l’EURO. Cela peut aider le football danois à se développer sur le long terme – tant à l’échelle des clubs amateurs que des clubs professionnels – et permettre aux supporters danois et étrangers de vivre une expérience footballistique essaimant largement au-delà de la ville pour gagner tout le pays. »

Au cœur de l’action
Le président de la DBU se réjouit de voir Copenhague faire partie des douze villes hôtes de l’EURO 2020, qui se démarque par sa nature unique. « Pour de nombreux pays et de nombreuses villes du Vieux Continent, Copenhague comprise, il s’agit d’une occasion en or d’accueillir des matches de l’EURO. L’UEFA a fait montre d’ouverture d’esprit et d’innovation en répartissant les rencontres entre plus de pays, et nous sommes à la fois heureux et fiers d’être une des villes accueillant les manifestations sportives et les célébrations entourant le 60e anniversaire du tournoi. »

Jesper Möller Christensen, Président de la DBU
Jesper Möller Christensen, Président de la DBU©DBU

La capitale danoise est assurément parée pour les festivités. Le village du football d’Ofelia Plads et la zone des supporters viendront compléter les nombreuses attractions existantes qu’offre la ville, qui compte parmi les destinations touristiques les plus variées de la planète. Et Jesper Möller Christensen d’ajouter : « Copenhague a été élue plusieurs fois ville où il fait le mieux vivre au monde, que ce soit pour les locaux que pour les touristes, et ce n’est pas sans raison que les Danois sont depuis des années considérés comme les gens les plus heureux sur Terre. Combinée avec le village d’Ofelia, qui peut accueillir jusqu’à 12 000 visiteurs par jour, cette fête urbaine du football va permettre à Copenhague de s’afficher en tant que capitale durable dotée de bateaux, de vélos et de bus fluviaux et disposant d’un port si propre qu’il est possible de s’y baigner. »

Des balades sur l’animée Ströget, la rue piétonne la plus longue d’Europe, aux promenades dans Tivoli Gardens, les visiteurs ne seront jamais à court d’activités. « Copenhague est une ville chaleureuse et inclusive, poursuit Jesper Möller Christensen, président de la DBU depuis 2014. Pour tous, ce sera un mois de fête du football. La capitale danoise est une ville accessible du fait de sa culture cycliste et de ses infrastructures réservées à la petite reine. Le stade, la zone destinée aux supporters et tous les centres d’intérêt de la ville peuvent ainsi être rejoints à vélo. Sans oublier la scène culinaire, un des autres incontournables de Copenhague. La fête s’annonce inoubliable. »

L’été ‘92
De par sa position géographique, Copenhague est très facile d’accès. Elle est même connectée à la Suède depuis que le pont de l’Öresund, inauguré en 1999, permet de rejoindre Malmö, ville qui lui fait face et où, sept ans auparavant, le Danemark a remporté une victoire inoubliable contre la France et entamé sa marche vers la gloire. Presque 30 ans plus tard, deux des héros d’alors sont de retour aux manettes pour l’édition 2020.

Brian Laudrup et Peter Schmeichel vont en effet être ambassadeurs du prochain tournoi, ce qui remplit de joie le président de la DBU. « Le Danemark et les Danois sont fiers de leur passé footballistique, et l’EURO 92 en est bien sûr le point d’orgue. Et le fait que de telles personnalités de cette époque nous représentent est, à l’évidence, un motif de fierté. Cela montre à quel point tous, des footballeurs danois les plus adulés aux enfants découvrant les joies du ballon rond, vont participer à ce qui, nous l’espérons, sera le plus grand événement sportif organisé au Danemark de tous les temps. »

Parken Stadium (Copenhague)
Parken Stadium (Copenhague)©Getty Images

Jesper Möller Christensen en est persuadé : il s’agit là de l’occasion rêvée d’assurer un avenir footballistique radieux au pays. « Le football danois a toutes les cartes en main pour capitaliser sur les relations importantes que nous bâtissons en amont de la phase finale du Championnat d’Europe. Il nous faut en profiter pour poursuivre notre développement et le travail magnifique inlassablement réalisé par les clubs aux quatre coins du pays, sur le terrain et en dehors. »

Pour Jesper Möller Christensen, c’est une évidence : avec la réussite qu’elle connaîtra dans l’organisation de l’événement l’été prochain, Copenhague déclenchera une vague de passion pour le football. Et de conclure : « Le football est une communauté, et nous voulons que les supporters, les passionnés de culture et les touristes étrangers voient le Danemark et Copenhague comme les meilleurs hôtes, et que tous aient le sentiment de participer à une magnifique fête du football. »

Copenhague
Propre, verdoyante et naturellement élégante, la progressiste Copenhague est souvent présentée comme l’une des villes du monde où il fait le mieux vivre. La capitale danoise favorise les déplacements à vélo. Elle est reliée à la Suède par le pont de l’Öresund. Sur le plan de la culture scandinave, elle constitue un centre animé connu pour ses créateurs de talent et ses nombreux restaurants étoilés. Son port, son jardin botanique et sa statue représentant la célèbre Petite sirène concourent aux attraits de la ville, dont la scène du football est dominée par le géant local le FC Copenhague. C’est d’ailleurs la pelouse du club danois qui accueillera des matches de l’EURO 2020, elle qui avait également été foulée par Arsenal et Parme (1-0) à ’occasion de la finale 1994 de la Coupe des vainqueurs de coupe européenne et par Galatasaray et le club londonien (0-0, 4-1 après tirs au but) en 2000 lors de la finale de la Coupe UEFA.

Parken Stadium
Capacité : 38 000

Matches
13 juin : match du groupe B
18 juin : match du groupe B
22 juin : match du groupe B
29 juin : huitième de finale

Article publié à l'origine dans UEFA Direct n°187

Haut