Déclaration du président de l’UEFA, Aleksander Čeferin

Aleksander Čeferin, président de l'UEFA, réitère l’engagement de l’instance dirigeante du football européen en matière de lutte contre le racisme.

©UEFA.com

Il n’y a pas si longtemps, la famille du football pensait que le fléau du racisme n’était plus qu’un lointain souvenir. Ces deux dernières années nous ont montré qu’une telle attitude relevait au mieux de la complaisance. La montée du nationalisme dans tout le continent a exacerbé des comportements inacceptables, et certains individus estiment de toute évidence qu’un stade de football est un terrain propice pour faire entendre leurs opinions déplorables.

Je sais qu’en tant qu’instance dirigeante, l’UEFA ne gagnera aucun concours de popularité. Mais certaines opinions concernant l’approche de l’UEFA en matière de lutte contre le racisme sont bien loin de la réalité. L’UEFA, qui travaille en collaboration étroite avec le réseau Fare (Football contre le racisme en Europe), a institué une procedure en trois étapes visant à repérer et à combattre les comportements racistes pendant les matches.

L’UEFA prévoit, à l’encontre des clubs et des associations dont les supporters ont des comportements racistes lors de ses matches, les sanctions parmi les plus sévères dans le domaine du sport. La sanction minimale est la fermeture partielle du stade, qui coûte à l’hôte des centaines de milliers d’euros en pertes de recettes et qui ternit durablement la réputation des supporters.

L’UEFA est la seule organisation sportive à suspendre un joueur pour dix matches en raison d’un comportement raciste. Il s’agit du niveau de sanction le plus sévère dans le football. Croyez bien que l’UEFA s’engage à faire tout son possible pour éradiquer ce fléau dans les stades. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de la situation actuelle ; au contraire, il nous faut continuellement renforcer notre détermination.

Plus largement, la famille du football, des administrateurs aux joueurs, en passant par les entraîneurs et les supporters, doit œuvrer avec les gouvernements et les ONG pour lutter contre les actes racistes et proscrire ces comportements détestables de la société. Les associations de football ne peuvent pas régler ce problème à elles seules. Les gouvernements aussi doivent en faire davantage. Ce n'est qu’en travaillant ensemble au service du respect et de la dignité que nous pourrons progresser.

Haut