L'EURO a reflété les valeurs clé du football

L'EURO 2012, en Pologne et en Ukraine, a fait une publicité positive au football affirme l'UEFA dans un rapport présenté à son Congrès à Londres.

©AFP/Getty Images

L'UEFA EURO 2012, en Pologne et en Ukraine, fut le lumineux point d'orgue d'une année chagée, affirment le président de l'UEFA Michel Platini et le Comité exécutif de l'UEFA dans le rapport présenté au XXXVIIe Congrès ordinaire de l'UEFA, vendredi à Londres.

Le rapport indique que l'instance européenne ses efforts pour remplir sa mission et fournir une base saine au football européen tout en se battant contre les fléaux que sont le racisme, le trucage de matches et la violence dans les stades. "Le Comité exécutif a pu travailler dans la continuité et la concertation, gardant toujours pour guide les onze valeurs fondamentales approuvées au Congrès de Copenhague en 2009", rappelle le rapport.

"L'EURO 2012 symbolise à lui seul plusieurs de ces valeurs : il a notamment rappelé que le football est avant tout un sport et que ses tournois majeurs sont en premier lieu d’authentiques fêtes", poursuit le rapport. "Il a également prouvé que, si les supporters ont des intérêts divergents, ils partagent tous la même passion du jeu et savent faire preuve de respect les uns à l’égard des autres. L’EURO 2012 a aussi permis de voir à l’œuvre des joueurs que l’importance de l’enjeu n’a pas empêché d’adopter une attitude de fair-play exemplaire et des dispositions offensives encouragées par les systèmes de jeu prônés par leurs entraîneurs."

"D’une manière générale, le tournoi a parfaitement incarné l’esprit de la campagne «RESPECT» lancée par l’UEFA avant l’EURO 2008. Le tournoi en Pologne et en Ukraine a également donné un signal fort sur l’évolution de notre continent : de nouvelles nations sont dorénavant capables d’organiser brillamment des événements de grande envergure; des stades sont construits dans toutes les parties de l’Europe, d’autres sont rénovés et offrent maintenant de meilleures conditions de sécurité et de confort aux spectateurs. La transformation de la Super Coupe de l’UEFA en compétition itinérante, dès 2013, va procurer à de nouvelles associations membres la possibilité d’entrer elles aussi dans le cercle des organisateurs des grands événements de l’UEFA."

L'UEFA EURO 2012 a donné un coup de pouce a football de nations et "les efforts de l’UEFA vont se poursuivre dans ce sens, notamment par l’instauration de «semaines du football» pour les équipes nationales – avec des matches du jeudi au mardi suivant – et la commercialisation centralisée des droits médias des  rencontres de qualification des sélections nationales européennes à partir de la phase de qualification de l’EURO 2016."

"Le niveau de jeu est, d’autre part, d’une qualité très élevée et a progressé dans toutes les associations nationales, si bien que rien ne devrait susciter la crainte d’une baisse de qualité quand l’EURO va passer à 24 équipes, dès le prochain tour final en France, en 2016. Au contraire, cet élargissement va contribuer à augmenter encore le rayonnement de la compétition phare du football des équipes nationales européennes."

Le rapport dit aussi que la période 2011-12 a également marqué une étape importante dans le processus de dialogue qui régit le football européen et les rapports entre ses composantes. "Le Congrès ordinaire d’Istanbul, en mars 2012, a ainsi pu se placer sous le signe de l’unité avec la signature de protocoles d’accord engageant toutes les parties prenantes du football européen." C’est également le dialogue qui a prévalu dans les relations avec les associations nationales et, dans ce sens, "la rencontre stratégique des présidents et secrétaires généraux, qui s’est tenue en septembre 2011 à Chypre, a largement influencé les orientations prises par la suite dans le domaine des compétitions", soutient le rapport.

Le programme HatTrick de soutien aux associations nationales s’étendra de 2012 à 2016. Chaque association pourra disposer, dans la nouvelle phase, de 3 millions d’euros pour des projets d’investissement dans le football de base ou le domaine social. De plus, une contribution annuelle d’un maximum de 1 625 000 euros sera mise à la disposition de chacune des associations et comprendra un versement de solidarité de 600 000 euros comme contribution aux frais courants de fonctionnement ainsi qu’un montant incitatif de 1,025 million d’euros pour la participation aux compétitions juniors et féminines et aux compétitions de futsal de l’UEFA, pour l’amélioration de la bonne gouvernance au sein de l’association ainsi que pour la mise en place de la procé- dure d’octroi de licences aux clubs et son application et pour la participation aux chartes et conventions de l’UEFA dans les domaines du football de base, de la formation des entraîneurs et de l’arbitrage.

L’UEFA a également poursuivi, dans cette  période, ses efforts pour assurer une base saine et solide au football européen: l’introduction des principes du fair-play financier pour les clubs engagés dans les compétitions européennes, la lutte contre la corruption et le trucage des matches ainsi que la volonté d’éradiquer des stades le racisme et la discrimination  sont restées au cœur des préoccupations de l’UEFA. "La corruption liée aux trucages des matches constitue une menace existentielle pour le football mais ses autorités ne peuvent éradiquer le  fléau sans l’aide des autorités publiques", indique le rapport.

Pour favoriser la croissance du football féminin en général, l’UEFA a pris des mesures supplémentaires pour le valoriser, en ancrant notamment dans ses statuts, au Congrès d’Istanbul, la participation d’une femme au Comité exécutif, avec les mêmes droits et devoirs que les autres membres. D’autre part, le programme de développement du football féminin bénéficie du soutien de HatTrick III qui met à disposition des associations quelque 21,2 millions d’euros pour la période entre 2012 et 2016. D’autre part, le Comité exécutif a donné son feu vert pour deux ans à une compétition juniors interclubs. Un bilan sera tiré après ces deux années d’essai pour voir s’il y a lieu de prolonger cette expérience portant sur des joueurs de moins de 19 ans. L’exécutif a, en outre, formé un groupe de travail chargé de se pencher sur la question des ligues et des compétitions transfrontalières. Dans ce domaine, tout en rappelant que le principe de nationalité doit rester fondamental, il a autorisé pour trois ans, à titre de projet pilote, la formation de la Ligue féminine BeNe, regroupant des équipes de Belgique et des Pays-Bas.

Concernant le fair-play, le mesures mises en place pour aider à protéger le football de clubs européen, qui avaient gagné le large soutien de football, de ses parties prenantes et des autorités européennes, le rapport établit : "Dans une période de troubles économiques généralisés, le football continue à passionner les foules et à attirer les investisseurs, ce qui ne signifie malheureusement pas que sa santé financière soit toujours garantie, particulièrement au niveau des clubs. Si les recettes n’ont cessé de progresser, les dépenses se sont accrues encore davantage, les rubriques salaires et transferts absorbant la majeure partie des revenus et, dans les pires cas, les excédant."

“Les mesures de fair-play financier seront pleinement appliquées dès la saison 2014-15 et l’UEFA et son Président ont confirmé à plusieurs reprises leur ferme volonté d’appliquer strictement et sans exception les éventuelles sanctions, y compris celles qui peuvent conduire à l’exclusion des compétitions interclubs.”

Haut