L'UEFA fixe les objectifs

Lutte contre la corruption, fair-play financier, protection des valeurs, telles sont les priorités de l'UEFA et de son président Michel Platini à l'orée de son mandat.

Lutte contre la corruption, fair-play financier, protection des valeurs essentielles du football, telles sont les priorités de l'UEFA et de son président Michel Platini au commencement de son deuxième mandat de quatre ans.

Lutte contre la corruption, fair-play financier, protection des valeurs essentielles du football, telles sont les priorités de l'UEFA et de son président Michel Platini au commencement de son deuxième mandat de quatre ans.

M. Platini s’est exprimé sur ses devoirs et activités à venir, après avoir été réélu par acclamation, mardi, au XXXVe Congrès ordinaire de l'UEFA, à Paris. Dans son discours au Congrès qui a suivi sa réélection, le Français a donné un aperçu complet de ce qu'il ressent comme des préoccupations essentielles pour l’instance dirigeante du football européen dans les années à venir.

La corruption, liée aux paris, est considérées comme une menace importante pour l'âme du football et son intégrité. M. Platini a appelé à aider les autorités dans la lutte contre ce phénomène. "Nous avons des soupçons, mais nous en ferons part autorités judiciaires parce que nous ne sommes pas une police”, a-t-il dit.

"Je lance également un appel aux joueurs, parce que les joueurs sont les protecteurs de ce sport. Ce sont eux qui jouent au football, et ce sont eux qui devraient, le cas échéant, nous informer si des gens les approchent afin d'essayer de les corrompre. Il y a une tolérance zéro. Le jour où ils sont pris – joueurs, arbitres, entraîneurs, officiels – ils seront hors du jeu à vie."

Un autre projet important pour l'avenir sera la commercialisation centralisée des droits médias liés aux matches de qualification des compétitions des équipes nationales. Les 53 associations membres de l'UEFA ont déjà donné mandat à l'UEFA de procéder à cette centralisation. "Le projet est un projet de football plutôt qu’un projet commercial”, a expliqué le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino. "Il s'agit de promouvoir le football des nations et de le porter à la place qu'il mérite. Pour ce faire, vous devez avoir un concept, une marque, un marketing centralisé et des ventes en mesure de mettre en œuvre et de préparer un produit dont l’attractivité est à la hauteur de ce que mérite le football des équipes nationales."

"Notre façon de travailler c'est de consulter tout le monde, et nous avons dit qu'un tel projet ne peut s'accomplir que si les 53 associations nationales le souhaitent. Juste avant la réunion du Comité exécutif de l'UEFA (à Paris), nous avons reçu l'aval de la dernière association. Nous avons donc maintenant l'ensemble des 53 associations nationales à nos côtés." M. Platini a souligné que le soutien des principales associations nationales a été essentiel pour faire progresser le projet rapidement.

Les mesures de l’UEFA en faveur du fair-play financier ont déjà été introduites pour aider à sauvegarder la santé financière du football de clubs en Europe et de encadrer les excès qui ont conduit certains clubs au bord du gouffre. M. Platini a promis des mesures fermes contre ceux qui ne respectent pas ces règlements.

"En 2014 nous allons prendre des décisions", a-t-il dit. "Nous n'allons pas revenir en arrière. Cette année, nous avons déjà exclu cinq clubs des compétitions européennes. Dans l'avenir, les clubs qui ne respectent pas les règles devront faire face aux conséquences de leurs actes. Ils ont été mis en garde, aurons leur avons donné quatre ans pour se préparer."

Enfin, Michel Platini a fait le bilan de ses quatre premières années en tant que président de l'UEFA et s'est exprimé sur sa fonction. "Tout fonctionne par rapport à votre âge", a-t-il dit. "Si j'avais 20 ans, je préfèrerais jouer au football. Si j'avais 35 ans je crois que je préfèrerais être entraîneur de l'équipe nationale française. À mon âge, maintenant, il ne me reste rien d'autre qu'être président ! Il s'agit d'un chemin qui est basé sur le destin, et le football, le sport le plus populaire au monde, m'a permis de grimper tous ces échelons."

"Comment voir mon second mandat ? Le football est un perpétuel renouvellement. De nouveaux problèmes surgissent. Nous avons 53 pays avec leurs caractéristiques très différentes, leur mentalité et leur football. J'essaie d'aider les gens à défendre leur football. Mon rôle est de protéger le jeu et de développer le football des associations nationales afin que les enfants continuent à jouer au football dans l'avenir."

Haut