Football féminin : la stratégie de l'UEFA en passe d’atteindre ses objectifs ambitieux

Alors que l’UEFA Women’s Champions League atteint son apogée à Saint-Sébastien, l’heure est au bilan de la première année impressionnante de « Time for Action », la stratégie à long terme de l’UEFA pour développer le football féminin en Europe.

La finale de l’UEFA Women’s Champions League entre Lyon et Wolfsburg de dimanche marque non seulement le terme d’une des premières compétitions sportives féminines à avoir repris après le confinement, mais également la fin de la première année de « Time for Action », la stratégie de l’UEFA visant à assurer l’avenir du football féminin sur le long terme, lancée à l’occasion de la finale 2019 à Budapest.

Malgré l’arrêt temporaire du football dû à la pandémie de COVID-19, l’UEFA est déjà bien engagée pour atteindre les objectifs et les indicateurs clés permettant de mesurer les progrès en temps réel pour chacune de ses priorités stratégiques.

  • Par rapport au moment du lancement de la stratégie, 300 000 filles et femmes supplémentaires jouent au football.
  • Le regard que le grand public porte sur le jeu féminin est en profond changement partout en Europe, et les trois quarts de la population décrivent les filles et les femmes qui jouent au football comme « fortes et sûres d’elles ».
  • Le nombre de femmes siégeant au sein des instances dirigeantes de l’UEFA a augmenté de plus de 50 % depuis 2019.

De tels chiffres, couplés aux efforts conséquents fournis en vue d’assurer avec succès la conclusion de la saison 2019/20 des compétitions féminines, attestent de l’engagement ferme de l’UEFA à mettre en œuvre ses priorités ambitieuses pour développer le football féminin à tous les niveaux.

« Aujourd’hui plus que jamais, notre stratégie est essentielle pour garantir non seulement que le football féminin se redresse avec aplomb, mais aussi qu’il prospère du football de base au niveau élite », a déclaré Nadine Kessler, responsable en chef Football féminin à l’UEFA.

Priorité n° 1 : stimuler la participation

Actuellement, le nombre de joueuses inscrites s'élève à 1,6 million.
Actuellement, le nombre de joueuses inscrites s'élève à 1,6 million.Source : enquête GRASS 2019/20 de l'UEFA auprès des associations nationales

Accroître le nombre de filles et de femmes jouant au football est l’une des pierres angulaires de la stratégie. L’un des grands objectifs stratégiques est de doubler le nombre de filles et de femmes jouant au football d’ici à 2024. Des facteurs comme le rayonnement accru du football féminin d’élite ont assurément contribué à ces premiers résultats encourageants. L’UEFA s’attend néanmoins à ce qu’un partenariat innovant annoncé en février 2020 ait un effet significatif à long terme sur le football de base.

Principales réalisations en 2019/20 : PlayMakers

  • S’agissant de stimuler l’imagination des jeunes, il n’y a pas plus grand nom que Disney. L’UEFA et Disney se sont associés pour créer PlayMakers, un programme de football de base destiné aux filles âgées de 5 à 8 ans qui s’appuie sur des personnages Disney pour encourager les filles à pratiquer régulièrement une activité physique et à jouer au football.
  • Grâce à cette approche novatrice, 120 entraîneurs formés sont déployés dans sept pays pour mener à bien ce programme, et seize autres pays sont prêts à suivre la même voie.

Priorité n° 2 : développer le jeu

Alors que PlayMakers a ouvert une nouvelle voie pour permettre aux jeunes filles de découvrir le plaisir de jouer au football, l’UEFA a également renforcé son soutien à des méthodes de développement du football plus traditionnelles.

Les fonds à la disposition des associations nationales grâce au Programme de développement du football féminin de l’UEFA vont passer de EUR 22 millions sur quatre ans à EUR 33 millions, ce qui représente une hausse de 50 %. Ces paiements incitatifs ont non seulement permis de lancer de nouveaux projets, mais aussi encouragé 31 associations nationales à développer leur propre stratégie à long terme en matière de football féminin. L’année passée, plus de 900 membres du personnel des associations ont bénéficié d’une formation portant sur des thèmes propres au football féminin.

Principales réalisations en 2019/20 : ouvrir la voie aux jeunes entraîneures et joueuses

  • Le Programme de développement des entraîneures de football de l’UEFA joue un rôle essentiel pour accroître le nombre d’entraîneures de football et renforcer leurs compétences partout en Europe. L’année passée, 238 femmes ont décroché une bourse d’études en vue d’obtenir une licence d’entraîneure de l’UEFA. Par ailleurs, neuf entraîneures prometteuses suivent le programme de mentorat de l’UEFA.
  • L’UEFA a également révisé les règlements de ses compétitions pour équipes nationales afin de garantir que chaque équipe comprenne une femme au poste d’entraîneure principale ou d’entraîneure assistante, et ce dès cette saison.

L’UEFA a par ailleurs collaboré avec les associations nationales de Hongrie, de République tchèque et de Slovaquie à l’échelle régionale pour s’assurer que les joueuses talentueuses de moins de 14 ans aient la possibilité de développer à la fois leurs compétences et leur carrière footballistiques.

Priorité n° 3 : transformer les compétitions

Difficile de trouver meilleure illustration de l’ascension rapide du football féminin que la déclaration de l’UEFA, en février 2020, annonçant que deux des stades les plus renommés du monde, Wembley et Old Trafford, accueilleront des matches du prochain EURO féminin en Angleterre.

En 2020, 77 % de la population qualifient les filles et les femmes qui jouent au football de « fortes ».
En 2020, 77 % de la population qualifient les filles et les femmes qui jouent au football de « fortes ».Source : enquête de Future Thinking auprès du grand public sur dix marchés

L’UEFA a en outre approuvé l’utilisation de l’assistance vidéo à l’arbitrage tout au long de la phase finale, et un programme d’héritage veillera à ce que les villes hôtes de l’EURO tirent profit du statut et de la visibilité accrus du jeu afin de transformer l’engouement de courte durée suscité par le jeu féminin en une passion indéfectible.

En revalorisant de façon systématique toutes ses compétitions féminines, l’UEFA cherche à changer la perception que le public a du football féminin en Europe. À titre d’exemple, l’introduction dès 2021/22 de nouvelles formules dans les compétitions juniors féminines des moins de 17 ans et des moins de 19 ans assurera des matches plus compétitifs, tout en donnant à toutes les équipes la possibilité de se qualifier pour la phase finale.

Cette approche a d’ores et déjà porté ses fruits, puisque 77 % de la population qualifient à présent les filles et les femmes qui jouent au football de « fortes ».

Mais la plus grande transformation d’une compétition féminine de l’UEFA aura lieu l’année prochaine.

Second Spectrum a mis en œuvre sa technologie de pointe pour l'analyse de la performance lors de la finale 2020
Second Spectrum a mis en œuvre sa technologie de pointe pour l'analyse de la performance lors de la finale 2020

Principales réalisations en 2019/20 : annonce d’une nouvelle formule pour l’UEFA Women’s Champions League

  • En 2019, l’UEFA a dévoilé une nouvelle formule pour l’édition 2021/22 de l’UEFA Women’s Champions League. Celle-ci aura pour effet de centraliser la commercialisation de la compétition et de maximiser ainsi sa valeur. Les grands matches seront désormais disputés sur des sites d’élite. Le Juventus Stadium et le stade du PSV Eindhoven accueilleront les deux premières finales de ce nouveau cycle. En outre, une procédure d’octroi de licence aux clubs féminins a aussi été introduite en vue de la saison 2020/21.
  • Marquant ses efforts pour repousser sans cesse les limites du football féminin, l’UEFA a collaboré avec Second Spectrum, fournisseur de services de suivi et d’analyse de la performance, à l’occasion de la finale 2020 de l’UEFA Women’s Champions League en Espagne. « Second Spectrum nous aide à relever la barre quand il s’agit de comprendre et d’améliorer le jeu féminin au plus haut niveau, explique Nadine Kessler. Leur technologie et leur expertise de pointe nous soutiendront dans la poursuite de la professionnalisation du football féminin d’élite, en fournissant des éclairages de qualité sur les données du terrain. »

Priorité n° 4 : améliorer les structures de gouvernance

Le nombre de femmes au sein d'une instance dirigeante de l’UEFA a augmenté de 58 % depuis 2019.
Le nombre de femmes au sein d'une instance dirigeante de l’UEFA a augmenté de 58 % depuis 2019.Source : UEFA

Une année après le lancement de la stratégie, le nombre de femmes occupant un poste décisionnel clé dans le football européen est en augmentation, mais il reste une grande marge de progression.

L’UEFA a octroyé trois bourses à des femmes s’inscrivant à son programme de Master exécutif pour les joueurs internationaux (MIP), et le Programme pour la promotion des femmes aux postes de direction du football a été mené en collaboration avec la FIFA.

Principales réalisations en 2019/20 : représentation des femmes dans les instances dirigeantes de l’UEFA

  • Doubler la représentation des femmes dans toutes les instances dirigeantes de l’UEFA figure parmi les principaux objectifs de la stratégie « Time for Action ». Depuis son lancement, le nombre de femmes occupant un poste de gouvernance de haut niveau a augmenté de 58 %.

Priorité n° 5 : renforcer la visibilité et la valeur commerciale

Le développement commercial des compétitions féminines de l’UEFA joue un rôle crucial dans les progrès réalisés sur le terrain et dans la perception du jeu hors du terrain.

La valeur de l'EURO féminin a été multipliée par quatre depuis la dernière édition, et il reste une marge de progression.
La valeur de l'EURO féminin a été multipliée par quatre depuis la dernière édition, et il reste une marge de progression.Source : UEFA

Dissocier les droits du football féminin de son pendant masculin a changé la donne, puisque cinq partenaires sont désormais dédiés aux compétitions féminines de l’UEFA : VISA, Esprit, PepsiCo, Hublot et Nike.

Des progrès considérables ont été réalisés dans la vente des droits médias grâce à la commercialisation centralisée des droits de l’UEFA Women’s Champions League mentionnée plus haut et aux ventes record de l’EURO féminin, qui ont contribué à une avancée majeure en vue de la réalisation de l’objectif visant à doubler la portée et la valeur de ces deux compétitions d’ici à 2024.

Principales réalisations en 2019/2020 : vif succès de #WePlayStrong

  • La campagne #WePlayStrong, lancée en 2017, a doublé son public en 2019/20, et la série « Strong Is... » (« La force, c’est... »), issue de la campagne, a remporté un franc succès en atteignant un public international de plus d’un milliard de personnes.