L’UEFA et Disney lancent un partenariat « indestructible » pour aider davantage de filles à jouer au football

PlayMakers adopte une approche narrative innovante, qui met en scène des personnages de Disney très appréciés, afin que davantage de filles se rendent compte de la satisfaction que des activités sportives régulières telles que le football peuvent leur apporter.

Les séances d'entraînement PlayMakers suivent le scénario des Indestructibles 2.
Les séances d'entraînement PlayMakers suivent le scénario des Indestructibles 2. ©Getty Images

005 - Les premières séances d’entraînement de PlayMakers sont inspirées du scénario de Les Indestructibles 2.

L’UEFA et Disney se sont associés pour développer un programme de football révolutionnaire : les célèbres histoires de Disney seront mises à profit pour encourager plus de filles à pratiquer un exercice physique régulier et à développer une passion pour le football.

Inspiré par des recherches universitaires montrant le rôle positif que revêt la narration dans l’incitation des enfants à faire du sport, le programme PlayMakers vise aussi à augmenter la proportion de filles (16 % à l’heure actuelle) qui satisfont aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière d’activité physique (voir le rapport de cette organisation).

Ciblant les filles de 5 à 8 ans qui ne jouent pas encore au football, sept associations nationales de l’UEFA, l’Écosse, la Norvège, la Belgique, la Pologne, l’Autriche, la Roumanie et la Serbie, développeront PlayMakers dans les écoles, les clubs et les communautés locales. D’autres associations devraient introduire ce programme au cours de l’année.


Mouvements, esprit d’équipe et imagination

Le programme de football PlayMakers n’a rien de traditionnel : chacune des dix premières séances d’entraînement suit l’histoire du dessin animé Les Indestructibles 2, une œuvre à succès de Disney et Pixar qui se chiffre en milliards de dollars au box-office. Équipés de ballons, de cônes et de dossards, les entraîneur(e)s, formé(e)s, encouragent les participantes à jouer le rôle de personnages populaires tels qu’Élastigirl, Violette, M. Indestructible et Flèche, en transposant dans la réalité les scènes d’action du film à l’aide de mouvements, d’esprit d’équipe et d’imagination.

Le président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, et la cheffe Football féminin de l'UEFA, Nadine Kessler, aux côtés des jeunes pour célébrer le programme
Le président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, et la cheffe Football féminin de l'UEFA, Nadine Kessler, aux côtés des jeunes pour célébrer le programme©Getty Images

« Si vous souhaitez enseigner le football grâce aux forces de la narration et du jeu, vous devez le faire en recourant aux meilleures histoires et aux meilleurs personnages du monde, et Disney est un partenaire parfait dans ce cadre », a expliqué Nadine Kessler, cheffe Football féminin de l'UEFA.

« En insufflant la magie de Disney dans la mise en œuvre du tout premier programme de football de base des filles à l'échelle européenne, nous offrirons à chaque fille l’occasion idéale de développer une passion pour le football. »

De nouvelles histoires de Disney seront ajoutées au programme au fur et à mesure.


Créer un environnement pour que les filles s’épanouissent

Les premières séances d’entraînement du programme sont axées sur le renforcement de la confiance en elles des filles par rapport à leurs mouvements, en les encourageant à réfléchir de façon créative et à communiquer avec aisance avec leurs amies. Si les filles découvrent les gestes basiques du football lors des séances suivantes, l’idée reste de montrer que l’on peut s’amuser en faisant du sport.

« Nous offrirons à chaque fille l’occasion idéale de développer une passion pour le football. » (Nadine Kessler)
« Nous offrirons à chaque fille l’occasion idéale de développer une passion pour le football. » (Nadine Kessler)©Getty Images

« En tant que meneuse de jeu sur le terrain, vous avez tout un éventail de possibilités vous permettant de construire le jeu autour de vous et de faire preuve de créativité selon un nombre considérable d’angles, a ajouté Kessler.

» Nous souhaitons que les filles partagent ce sentiment et soient encouragées à créer leur propre jeu ainsi qu’à prendre des décisions personnelles. C’est précisément l’objet de ce programme : créer un environnement permettant à toutes les filles de s’épanouir et de se développer, que ce soit au niveau de leurs mouvements fondamentaux, de leurs compétences footballistiques de base, ou de leurs valeurs et compétences de vie. Nous sommes convaincus que ce programme unique peut jouer le rôle d’une étincelle auprès des filles en suscitant en elles une passion pour le football afin qu’elles deviennent plus actives. »


L’UEFA a financé une étude sur l’apprentissage par le jeu

Une initiative formidable pour présenter le football aux filles
Une initiative formidable pour présenter le football aux filles©Getty Images

L’apprentissage par le jeu, une approche unique qui constitue les fondations du programme PlayMakers, suit les résultats d’une étude de la littérature réalisée par l’Université Leeds Beckett (Angleterre) et commandée par l’UEFA. Cette étude a analysé les recherches académiques ayant porté sur les motivations des jeunes filles à réaliser une activité sportive, en identifiant les meilleures méthodes d’entraînement pour créer un environnement d’apprentissage sûr. Les résultats de l’étude mettent en exergue les avantages de l’apprentissage par le jeu.

Un partenariat avec l’Association anglaise de football, qui réalise actuellement le programme « Shooting Stars » en collaboration avec Disney, est aussi à l’origine de PlayMakers.


#Time for Action

PlayMakers est le premier pas vers l’un des principaux objectifs de la Stratégie de l’UEFA en matière de football féminin Time for Action (Il est temps d’agir), à savoir doubler le nombre de femmes et de filles participant au football d’ici à 2024.

« Il incombe à l’UEFA, l’instance dirigeante du football européen, de donner des ailes au football des filles », a pour sa part déclaré le président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, « et grâce à ce partenariat avec Disney, nous ferons découvrir le football à un public qui ne pratique pas encore notre sport. »


L’engagement de Disney pour un mode de vie sain

Les célèbres personnages de Disney Minnie et Mickey étaient présents pour lancer le programme.
Les célèbres personnages de Disney Minnie et Mickey étaient présents pour lancer le programme.©Getty Images

En Europe, au Proche-Orient et en Afrique, Disney s’engage depuis longtemps en faveur d’un mode de vie sain, en utilisant ses histoires pour rendre les familles plus actives et en incitant les enfants à se nourrir de façon saine. Cet engagement a conduit à différents partenariats pour des campagnes de prévention, telle que « 10 Minute Shake Up » (Se secouer pendant dix minutes), une campagne menée par le département anglais de la Santé publique qui a incité deux millions d’enfants à être actifs et a recensé plus de 100 millions de minutes supplémentaires d’activité physique.

En Pologne, Disney a lancé l’initiative #GetMovingWithDisneyJunior (Bougez avec Disney Junior), une campagne conduite par des champions sportifs nationaux qui a atteint 30 000 jeunes. Dans le cadre de cette initiative, une trentaine de films ont été créés mettant en scène des enfants qui font de l’exercice aux côtés de personnages de la chaîne Disney Junior.


« Le brillant programme PlayMakers est un vibrant exemple de l’engagement de longue date de Disney pour aider les générations futures à adopter un style de vie plus sain », a ajouté Nicole Morse, vice-présidente Marketing intégré chez Disney pour l’Europe, le Proche-Orient et l’Afrique. « En utilisant nos histoires et nos personnages tant appréciés comme force positive, nous pouvons vraiment faire la différence et inspirer les familles et les enfants à être plus actifs. Nous sommes donc très fiers de notre partenariat avec l’UEFA dans le cadre du premier programme de football des filles à l’échelle européenne ; nous encouragerons ainsi davantage de filles à devenir actives, à prendre confiance en elles et à jouer au football, et ce dans un environnement conçu spécialement pour elles. »

Les parents qui veulent en savoir plus sur PlayMakers peuvent se rendre sur www.uefa.com/playmakers.

Le matériel de recherche ainsi que des éléments visuels sont téléchargeables ici.


Note aux rédacteurs :
 De grands footballeurs et footballeuses d’Europe soutiennent le programme PlayMakers.

Nemanja Matić, joueur de l’équipe nationale serbe et du Manchester United FC, qui a deux filles et un garçon :

« Quand je vois "football" et "Disney" dans la même phrase, je suis heureux. Quand j’étais petit, souvent, mon temps libre consistait à jouer au football et à regarder des Disney, et aujourd’hui, je fais pareil avec mes enfants. J’espère que ce projet encouragera les jeunes filles à jouer au football, et en tant que père et sportif professionnel, je le soutiendrai pleinement. »

Erin Cuthbert, attaquante de l’équipe nationale écossaise et du Chelsea FC :

« L’initiative de Disney et de l’UEFA est fantastique ! Elle offre aux enfants une nouvelle façon de commencer à jouer au football. J’aime Disney, même si j’ai 21 ans ! J’aurais adoré participer à ce programme, s’il avait existé quand j’étais enfant.

» Quand je regarde le nombre de jeunes filles qui jouent au football, je constate une énorme différence par rapport à quand j’étais plus jeune et que je jouais dans une équipe de garçons.

» Utiliser Disney permettra non seulement de rendre le football plus attractif aux yeux des jeunes filles, mais surtout contribuera à accroître encore la participation. Je me réjouis de voir les retombées positives de ce programme. »

Haut