« Il y a une réelle volonté de trouver des compromis »

Le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, explique dans quelle mesure la solidarité et le sens du sacrifice dont font preuve les différentes parties prenantes du football constituent une leçon positive pour l’avenir.

Aleksander Čeferin
Aleksander Čeferin UEFA

Le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, a un rôle important en guidant le football européen et son instance dirigeante à travers la crise de la COVID-19.

Dans cet entretien avec UEFA Direct, il parle du leadership de l’UEFA durant cette période extraordinaire, et explique pourquoi l’esprit de solidarité et de sacrifice démontré par les différentes parties prenantes du football constitue une leçon positive pour l’avenir.

Quelle a été votre expérience personnelle de la crise de la COVID-19 ?

Ces derniers mois ont évidemment été une période de grande incertitude pour tout le monde. Pour moi et ma famille, cette situation nous a même rapprochés…

En tant que président de l’UEFA, vous avez été en première ligne pendant la plus longue période d’inactivité du football depuis la Seconde Guerre mondiale. Comment avez-vous vécu cette situation ?

En fait, la Seconde Guerre mondiale n’a pas arrêté complètement le football, contrairement à la pandémie de COVID-19... Sur le plan professionnel, il y a eu beaucoup de pression et un gros volume de travail, mais je suis heureux et soulagé que le football reprenne à travers l’Europe.

L’UEFA a adapté son calendrier des matches afin de garantir que ses compétitions puissent reprendre, tout en réduisant au minimum les risques liés à la santé et à la sécurité de toutes les personnes concernées. Comment y est-on arrivé ?

Les principales parties prenantes ont toutes dû faire des sacrifices. L’UEFA a sacrifié une partie de sa saison pour permettre la conclusion des championnats nationaux jusqu’à la fin juillet, et la reprise et la conclusion de ses propres compétitions interclubs 2019/20 en août. Les ligues ont donné leur accord, et la solidarité des clubs sera tout aussi importante pour la période internationale de septembre.

Comment la réaction face aux défis liés à la pandémie de COVID-19 a-t-elle rapproché la communauté du football en Europe ?

Nous avons constaté une forte unité et une grande solidarité entre l’UEFA, les associations nationales, les clubs et les ligues. Cette qualité de relations a permis d’aboutir aux décisions qui ont été prises. Il y a eu une réelle volonté de toutes les parties de trouver des compromis.

Le président de l’UEFA s’adresse aux parties prenantes lors de la dernière séance du Comité exécutif, qui s’est tenue en visioconférence.
Le président de l’UEFA s’adresse aux parties prenantes lors de la dernière séance du Comité exécutif, qui s’est tenue en visioconférence.UEFA

Vous êtes en contact constant avec les 55 associations membres de l’UEFA à travers l’Europe. Comment l’UEFA les aide-t-elle à faire face à la crise ?

Les associations doivent toutes relever divers défis. Les relations entre l’UEFA et les associations sont un élément essentiel de nos activités. Les associations nous ont toujours soutenus dans ce que nous faisons, et nous les soutenons toujours. Nous leur avons fait un versement anticipé de 236,5 millions d’euros sur les fonds du programme HatTrick* de l’UEFA, qu’elles peuvent utiliser pour compenser les conséquences des pertes financières causées par la crise de la COVID-19. De plus, les associations peuvent naturellement être assurées qu’elles pourront compter sur notre soutien indéfectible à l’avenir.

Avez-vous toujours su que les compétitions de l’UEFA 2019/20 pourraient être menées à leur terme en 2020 ?

Je l’ai su depuis le début. Il faut toujours être optimiste, et si quelque chose comme cette crise arrive, il faut avoir un plan prêt à être appliqué. À l’heure actuelle, nous jouerons les matches sans spectateurs jusqu’à nouvel ordre. Nous ne prendrons aucun risque.

Pensez-vous que l’UEFA a pris les bonnes décisions au bon moment pendant ces mois ?

En tant qu’instance dirigeante, nous devions garder à l’esprit que nous devons veiller au bien du football dans son ensemble, et pas seulement à nos compétitions. Nous avons donc essayé de montrer la voie en Europe et, selon moi, nous l’avons fait avec succès. Je pense que la décision de reporter l’EURO 2020 à l’année prochaine a constitué un moment clé, parce qu'elle a été prise assez tôt. Tout le monde a compris que nous le faisions pour aider les autres parties prenantes, et je dois souligner une fois de plus le grand esprit d’unité et de solidarité qui nous a animés.

Quelles sont les mesures que l’UEFA peut prendre pour protéger le football de base européen des répercussions économiques de la crise de la COVID-19 ?

L’accent principal a bien sûr été mis sur les compétitions d’élite. Mais il est clair que le football de base sera toujours une partie essentielle de notre mission. Vu les dispositions et les protocoles médicaux qui seront en vigueur, il sera avant tout important que personne ne prenne de risques inutiles. Et nous devons être particulièrement prudents lorsque des enfants sont concernés.

Le numéro 191 d’UEFA Direct, dans lequel figure notamment cette interview d’Aleksander Čeferin et un aperçu complet des principes de l’UEFA pour la « reprise du jeu », sera disponible prochainement.
Le numéro 191 d’UEFA Direct, dans lequel figure notamment cette interview d’Aleksander Čeferin et un aperçu complet des principes de l’UEFA pour la « reprise du jeu », sera disponible prochainement.UEFA

Qu’avez-vous appris sur la solidité du football européen pendant cette période ? Quels enseignements peut-on en tirer pour l’avenir ?

C’est difficile de dire à ce stade ce que l’UEFA et ce que le monde apprendront de cette crise. Nous aurons tous réalisé que nous sommes très fragiles, et qu’un virus peut réellement mettre le monde à l’arrêt… y compris le monde du football. Mais nous surmonterons tous cette crise, et je suis sûr que nous en sortirons plus forts et plus sages qu'avant. La communauté du football n’a pas seulement fait preuve d’unité et de solidarité, mais également d’amitié et de respect. Nous communiquons entre nous au quotidien, et nous devons continuer à le faire. Il peut y avoir des désaccords, bien sûr, mais aussi longtemps que la communication sera maintenue et que nous serons prêts à faire des sacrifices, nous serons sur la bonne voie.

En tant que supporter de football, quel sentiment pensez-vous avoir lorsque vous assisterez à votre prochain match de l’UEFA dans un stade ?

Je suis sûr que ce sera un sentiment merveilleux… Comme tout le monde, je serais encore plus heureux si les supporters étaient là. Mais je suis optimiste, et j’espère vivement que les spectateurs pourront assister à nos matches aussi vite que la situation le permettra.

* Depuis 2004, le programme HatTrick de l’UEFA a canalisé les recettes du Championnat d’Europe vers les associations nationales pour soutenir les projets de développement du football. Malgré le report de l’EURO 2020, l’UEFA honorera son cinquième cycle de financement HatTrick, investissant un total de 775,5 millions d’euros dans le football européen au cours des quatre prochaines années.