Le site officiel du football européen

Introduction

Introduction
Rapport technique

Introduction

Le Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans de l'UEFA retrouvait la Suisse 12 ans après que le pays avait organisé le même évènement, tandis qu'il s'agissait de la première phase finale féminine chez les jeunes depuis que le passage du Championnat d'Europe féminin des moins de 17 ans de quatre à huit équipes a vu l'évènement quitter Nyon après les six premières éditions, en 2014.

Bienne, Yverdon-les-Bains, Wohlen et Zoug étaient les villes hôtes, les demi-finales et la finale de cette 17e édition du tournoi étant organisées à l'Arena Biel/Bienne, d'une capacité de 3 261 places. Quinze rencontres étaient disputées, avec la traditionnelle phase à deux groupes dont les vainqueurs et les deuxièmes se qualifiaient pour les demi-finales. Les deux premières journées voyaient des doubles confrontations être organisées dans les mêmes stades, Bienne et Wohlen lors de la première journée, Yverdon-les-Bains et Zug lors de la deuxième journée, tandis que les dernières rencontres de groupes décisives étaient jouées simultanément, une dans chacune des quatre enceintes.

Les nations tirées dans le Groupe A – le pays hôte, la Norvège, l'Epagne tenante du titre et la France, finaliste en 2017 – ont élu domicile à Zoug, leurs rencontres se disputant à Wohlen, ville située à 45 minutes de route, ou dans ce au Stade Herti Allmend de leur ville hôte. Les nations du Groupe B – l'Italie, le Danemark, les Pays-Bas et l'Allemagne – ont dû voyager pendant 40 et 53 minutes respectivement pour se rendre à Bienne et Yverdon à partir de leur camp de base situé à Berne. Sur les huit qualifiés pour la phase finale, seul le Danemark n'avait encore jamais atteint la finale, les sept autres pays, sauf la Norvège – finaliste à trois reprises – ayant remporté la compétition au moins une fois dans leur Histoire.

©Sportsfile

Allemagne et Espagne se sont affrontées en finale

Alors que la Coupe du Monde féminine U20 de la FIFA 2018 en France devait débuter moins d'une semaine après la finale organisée à Bienne, les quatre nations qualifiées pour ce Mondial – la France en tant que pays hôte, l'Allemagne, l'Espagne et le Pays-Bas grâce à leur parcours en Irlande du Nord en 2017 – étaient toutes forcées de se séparer de certaines joueuses et certains membres du staff technique pour l'une des deux compétitions. Les problèmes créés par cette "double qualification" sont débatus dans ce rapport, où l'on retrouve les commentaires des observatrices techniques de l'UEFA Béatrice von Siebenthal et Monika Staab.

Six arbitres et sept arbitres assistantes provenant de nations ne s'étant pas qualifiées pour la phase finale ont été rejointe par deux quatrièmes arbitres locales.

Les anciennes internationales suisses Caroline Abbé et Martina Moser, plus de 120 sélections chacunes, étaient nommées ambassadrices du tournoi, les deux joueuses ayant déjà pris part à cette compétition avant d'intégrer les A suisses, et ont aidé à promouvoir le football féminin lors d'évènements fêtant le football de base organisés autour des stades les jours de matches, populaires notamment auprès des jeunes filles de la région.

La campagne "Together #WePlayStrong" de l'UEFA s'est poursuivie durant le tournoi par le biais d'évènements incitant filles et femmes à pratiquer le football.

Les observations du tournoi ont été rassemblées dans ce rapport technique qui, en plus de fournir un enregistrement permanent de l’événement, vise à offrir des informations utiles aux entraîneurs travaillant aux niveaux de développement du football féminin.

https://fr.uefa.com/womensunder19/season=2018/technical-report/index.html#introduction