Technicien victorieux

Le site officiel du football européen

Technicien victorieux

Sélectionneur vainqueur : Pedro López
Pedro López après la victoire en finale ©Sportsfile

Technicien victorieux

Pedro López a qualifié son succès à Belfast de profonde satisfaction : "un pas en avant" dans la progression de ses joueuses vers les A et pour l'avenir du football féminin dans le pays. "Ce succès, nous le devons à tous les gens qui donnent de leur temps et de leur énergie pour nos équipes féminines, et j'espère que cela va aider à faire prendre conscience que nous avons de grandes joueuses en Espagne."

"Ce succès, nous le devons à tous les gens qui donnent de leur temps et de leur énergie pour nos équipes féminines, et j'espère que cela va aider à faire prendre conscience que nous avons de grandes joueuses en Espagne
Pedro López

Sa capacité à voir loin vient peut-être des nombreuses années qu'il a passées au service des équipes de jeunes dans son pays, se consacrant pendant près d'une décennie aux moins de 16 ans, avant de franchir un cap et de participer au tournoi UEFA avec les moins de 17 ans. Il a remporté le titre européen en 2015 dans cette catégorie, jetant les bases de son succès à Belfast, où dix des championnes couronnées en Islande – dont la moitié présentes dans l'équipe du tournoi UEFA – ont brandi un deuxième trophée. Présent à la Coupe du Monde 2015 en tant qu'adjoint, puis à la tête de l'Espagne pour la Coupe du Monde U20 en Papouasie-Nouvelle-Guinée, un an plus tard, il fait partie des entraîneurs de jeunes et féminins figurant parmi les plus expérimentés.

©Sportsfile

Pedro López, le sélectionneur de l'Espagne

Progression a bien été son mot-clé. Il se souvient de ses débuts, quand l'ambition principale était de réduire le fossé qui séparait les meilleures nations européennes de celles qui aspiraient à le devenir. Il a accompli cette tâche sans attendre et portant une attention particulière à tous les détails. "Nous avons une la chance", concède-t-il, "non seulement de nous qualifier pour autant de phases finales, mais aussi d'avoir atteint les demi-finales ou la finale dans la plupart d'entre elles. Nous avons pu noter une grande différence entre le développement des joueuses ayant une expérience internationale et celles qui n'ont pas eu cette opportunité."

Sa capacité à entraîner les jeunes joueuses vers les sommets repose sur les petits dossiers qu'il crée pour chacune d’elles et sur la vidéo dont il se sert même à l’entraînement, souvent filmé par des drones. Pour lui, "cela donne une meilleure perspective concernant des aspects tels que le jugement des distances entre les joueuses ou entre les lignes". Dans son travail d'avant-match, les séances vidéo ont pour but d'encourager les joueuses à comprendre ce qu'on leur demande de faire à l'entraînement et la philosophie se cachant derrière les schémas de jeu. Même si trois coups de pied arrêtés lui ont permis de remporter la finale à Belfast, il regrette de ne pas avoir plus de temps pour les travailler lors de stages plus nombreux. Le travail sur les coups de pied arrêtés, c'est l'objet de deux séances par semaine. "Les matins", ajoute-t-il, "quand les joueuses sont plus alertes."

©Sportsfile

L'Espagne a régalé avec ses coups de pied arrêtés

L'un des facteurs clés des cinq titres remportés chez les jeunes par l'Espagne et des nombreuses finales disputées par cette famille d'entraîneur a sans aucun doute rapport avec leur fraternité. "Nous sommes un groupe de cinq entraîneurs", explique-t-il, "qui travaille avec les équipes féminines au sein de notre centre technique de Las Rozas. Cela veut dire que nous connaissons toutes les joueuses et que nous pouvons mettre en place et modifier nos stratégies de progression ensemble." Dans la pratique, cela se traduit par des rotations dans les postes. En Irlande du Nord, par exemple, son adjoint était la sélectionneuse espagnole des moins de 17 ans, Toña Is, qui fut juste avant incorporée dans le staff technique de Jorge Vilda pour l'EURO senior aux Pays-Bas.

Le succès à Belfast a généré une énorme satisfaction après trois défaites d'affilée en finale. Mais ce moment d'intense jubilation n'a pas effacé des questions sur le long terme. "Notre objectif était de nous qualifier pour la Coupe du Monde", a-t-il admis. "La différence après les U19 est élevée et il va falloir encore un an de travail avec ce groupe pour lui donner plus d'expérience et le faire aller un peu plus loin sur la route d'une sélection dans l'équipe A.”

https://fr.uefa.com/womensunder19/season=2017/technical-report/winning-coach/index.html#selectionneur+vainqueur+pedro+lopez