Dix nouveaux talents chez les M19F

Les correspondants d'UEFA.com ont sélectionné les dix joueuses qui les ont impressionnés à l'EURO M19F 2013. Les finalistes sont bien représentées.

Les Gallois ont pu assister à un Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans de l'UEFA spectaculaire, avec certaines joueuses qui se sont révélées. Les correspondants d'UEFA.com ont choisi les plus beaux talents.

Elizabeth Durack (Angleterre)
"Très souvent excellente", résume sa capitaine Sherry McCue. La gardienne de l'Everton LFC a commencé par arrêter un penalty contre la France en match d'ouverture et a dégagé du bout des doigts une frappe de la Finlandaise Iina Salmi sur la barre en demi-finale. La native d'Australie est arrivée en Angleterre, la terre natale de sa mère, au mois de janvier seulement. Invaincue jusqu'en finale, elle semble à l'aise chez elle.

Vera Varis (Finlande)
La gardienne du FC Honka Espoo était inconsolable après le revers 4-0 contre l'Angleterre en demi-finales, mais rien que le fait que la Finlande y soit était en grande partie grâce à elle. Elle a été sensationnelle contre la Norvège et l'Allemagne, montrant l'agilité d'une gymnaste. Sur les 17 tirs cadrés contre elle dans ces deux matches du Groupe B, un seul est passé.

Griedge M'Bock Bathy (France)
"Notre capitaine, notre meilleure joueuse, notre leader", selon la gardienne française Solène Durand. M'Bock Bathy a été exceptionnelle tout au long du tournoi, une présence rassurante au cœur de la défense : physique et aussi à l'aise avec que sans le ballon. La joueuse de l'EA Guingamp a été félicitée par son sélectionneur Gilles Eyquem malgré son absence en finale en raison d'un carton rouge contre l'Allemagne en demi-finales.

Paige Williams (Angleterre)
La défenseuse d'Everton a été l'une des raisons de la qualification de l'Angleterre en finale. Solide à l'arrière, elle a été formidable en attaque en plus de servir merveilleusement bien ses coéquipières avec son pied gauche. Elle a aussi transformé des penalties contre le Danemark et la Finlande.

Aminata Diallo (France)
Petite pile électrique devant la défense française, Diallo dispose d'une excellente lecture du jeu et d'une très bonne anticipation. Elle répond toujours présent pour intercepter les passes adverses à un poste où une joueuse moins technique aurait montré ses lacunes. La milieu de l'Arras FCF est excellente dans les tacles et semble toujours trouver la bonne passe. Elle a marqué le deuxième but des Bleuettes de la tête en finale.

Guro Reiten (Norvège)
Rapide, intelligente et dotée d'un superbe pied gauche, la capitaine norvégienne est devenue le leader de son équipe avec sa bonne lecture du jeu et son excellence sur coups de pied arrêtés. Après une première défaite 5-0 contre l'Allemagne, la milieu du SK Trondheims-Ørn a brillé dans le revers malheureux 1-0 contre la Finlande avant une prestation sensationnelle pour une victoire 5-0 contre la Suède, tenante du titre.

Lina Magull (Allemagne)
Certains pensent que la meneuse de jeu du VfL Wolfsburg n'a pas été aussi performante qu'à son habitude au Pays de Galles. Alors il faut croire que cette milieu visionnaire et puissante a un énorme potentiel. La capitaine allemande est une joueuse complète, excellente pour stopper les attaques de ses adversaires et orchestrer celles de son équipe.

Sandie Toletti (France)
Une n° 10 extrêmement talentueuse, aussi forte dans la possession de balle qu'à mettre la pression sur les adversaires, Toletti a montré toute sa technique et sa classe. La meneuse de jeu du Montpellier Hérault SC a inscrit trois buts dans la compétition, dont une superbe frappe contre le Pays de Galles qui lui a permis de laisser échapper le cri de joie pour lequel elle est connue. Elle a ouvert le score de la tête dans le temps additionnel en finale contre l'Angleterre.

Nikita Parris (Angleterre)
Pion essentiel à la résurrection anglaise en éliminatoires, l'attaquante d'Everton a été splendide au Pays de Galles avec des prestations sérieuses. Alliant vitesse, puissance et bon positionnement, elle a marqué contre les Galloises et les Danoises avant de bien embêter la Finlande en demi-finales. Le nom "Nikita" veut dire "victorieux" en grec, et grâce à leur n° 9, les Anglaises ont atteint les demi-finales pour la quatrième fois en sept ans.

Pauline Bremer (Allemagne)
Même si elle n'a eu que 17 ans au mois d'avril dernier, Bremer est déjà leader de l'attaque allemande. La n° 9 a inscrit six des neuf buts des quadruples championnes d'Europe et termine meilleure buteuse du tournoi. L'attaquante du 1. FFC Turbine Potsdam a marqué de la tête et des pieds et a même transformé un penalty en demi-finales contre la France. Même si c'était un peu trop tard.

Contributions des correspondants d'UEFA.com sur place : Nick Aitken, John Atkin, Sébastien Blanchard et Steffen Potter

Haut