Dix joueuses à surveiller après l'EURO M19

Le Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans de l'UEFA 2011 a permis à certaines joueuses de crever l'écran. UEFA.com en a sélectionné dix.

Le Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans de l'UEFA 2011, qui s'est déroulé en Émilie-Romagne, dans le nord-est de l'Italie, a permis à certaines joueuses de crever l'écran. UEFA.com a sélectionné 10 de ces jeunes talents, issus de 5 des 8 équipes ayant participé à la phase finale.

Pascale Küffer (Suisse)
Les performances de Küffer en phase de groupes ont ravi le sélectionneur Yannick Schwery, notamment suite à ses parades décisives et à ses sorties inspirées lors du nul 0-0 avec la Russie, qui a qualifié les Suissesses pour les demi-finales. "Elle nous a sauvés", a-t-il lâché après la rencontre à propos de la jeune gardienne de 18 ans. En demi-finale, Küffer a fait de son mieux pour retarder l'échéance face à l'Allemagne.

Maria Thorisdottir (Norvège)
SI l'attaque rapide et mobile des Norvégiennes a fait des étincelles, Thorisdottir a elle aussi impressionné dans son rôle de sentinelle devant sa défense. La milieu du Klepp IL a couvert sans relâche les montées d'Andrine Hegerberg et Cathrine Dekkerhus, plus offensives. Et le tout avec le sourire...

Chantal Fimian (Suisse)
Comme l'avait prévu Schwery, l'absence de Chantal Fimian en défense centrale s'est fait durement ressentir en demi-finale contre l'Allemagne, vainqueur 3-1. La Suissesse de 17 ans a en effet subi une nouvelle blessure à la 14e minute du troisième match de groupe contre la Russie. Mais la joueuse du Grasshopper Club a fait parler son sens du positionnement et sa technique lors de la victoire 4-1 sur la Belgique et du revers 1-0 contre l'Italie.

Luisa Wensing (Allemagne)
Titulaire en puissance, Wensing s'est montrée intraitable sur le flanc droit de la défense allemande. Sa concentration et son physique ont notamment privé les Néerlandaises d'un but tout fait, alors que ses déboulés sur l'aile et son jeu de tête sur coups de pied arrêtés en font une remarquable contre-attaquante. Et il paraît que la joueuse du FCR Duisburg 2001 est également redoutable au tennis de table.

Martina Rosucci (Italie)
Unique "survivante" de l'équipe italienne sacrée en 2008, Rosucci a donné l'exemple en Émilie-Romagne. Utilisée par Corrado Corradini dans une inhabituelle position avancée, elle a alterné avec Lisa Alborghetti pour soutenir les deux ailières lors des poussées italiennes. Au pressing dès que l'adversaire récupérait le ballon, elle a aussi fait étalage de sa technique dans l'entrejeu. Rosucci a réservé sa meilleure prestation à un match où son équipe avait besoin de son talent puisqu'elle est à l'origine des buts marqués par Elisa Lecce et Coppola en demi-finale contre la Norvège, malgré la défaite 3-2.

Isabella Schmid (Allemagne)
L'Allemagne compte énormément sur sa vitesse, qui déstabilise l'adversaire. Son meilleur symbole est la milieu Schmid, qui arpente sans relâche le terrain et profite de son sens du positionnement pour couper l'élan adverse et lancer les offensives de son équipe. C'est elle qui dicte le tempo du match grâce à ses passes précises. Pièce centrale du puzzle allemand, elle fait aussi apprécier sa qualité de frappe, à l'image de son but des 35 mètres contre la Norvège, une équipe contre laquelle elle a marqué un doublé en finale.

Ramona Petzelberger (Allemagne)
Annoncée comme étant le nouveau talent le plus prometteur de l'Allemagne, Petzelberger n'a pas déçu même si elle n'a pas marqué en phase de groupes. Dotée d'une grande vitesse et du sens du but, l'attaquante du SC 07 Bad Neuenahr aime également presser haut et servir de liaison entre les lignes. Victorieuse du Championnat d'Europe féminin des moins de 17 ans de l'UEFA, elle a mis un terme à sa disette devant le but au moment le plus important pour battre l'impressionnante gardienne de la Suisse et ouvrir le score. Son intelligent coup franc à ras de terre a également permis de redonner l'avantage à l'Allemagne et à dessiner leur triomphe 3-1. Elle a aussi marqué lors de la finale remportée 8-1 contre la Norvège.

Tessa Wullaert (Belgique)
Adroite meneuse de jeu à la maîtrise du ballon merveilleuse et à la vision remarquable, Wullaert a été l'une des joueuses les plus enthousiasmantes en Émilie-Romagne. De faible corpulence mais très dangereuse près de la surface adverse, la joueuse de 18 ans s'est épanouie dans son rôle d'électron libre au milieu, faisant l'étalage de sa panoplie de gestes techniques : petits ponts, frappes lointaines terribles et centres magiques depuis des endroits apparemment impossibles, tel que celui de l'extérieur du pied gauche qui a permis le but de Justine Vanhaevermaet face à la Russie. Les sublimes gestes et la variété de passes de la n° 10 ont offert un spectacle merveilleux.

Melissa Bjånesøy (Norvège)
Il y a dix-huit mois, Bjånesøy n'était pas vraiment dans le collimateur du sélectionneur Jarl Torske mais grâce à un tuyau, celui-ci l'a emmenée pour une tournée amicale concluante à La Manga en Espagne. La buteuse de l'IL Sandviken a porté son total à 18 buts en 20 rencontres pour les moins de 19 ans avec six buts en Émilie-Romagne (marquant lors de tous les matches sauf la finale) et 13 lors de la campagne (seule la Russe Elena Danilova a déjà réussi à en inscrire plus). Sa grande vitesse a causé beaucoup de problèmes et elle a rarement manqué une ouverture mais ce sont surtout ses déplacements qui l'ont fait se démarquer. "Elle est incroyable", a déclaré Torske. Bon nombre de défenseuses ne diront pas le contraire.

Katia Coppola (Italie)
Il n'a fallu que trois minutes à Coppola pour inscrire le premier de ses trois buts dans le tournoi, lors de la victoire 2-1 de l'Italie face à la Russie dans son premier match du Groupe A. La petite ailière a fait preuve d'une grande réactivité, suivant la première le rebond après l'arrêt de la gardienne. Mais le répertoire de Coppola a également compris un tir précis, lorsqu'elle a inscrit le but de la victoire à six minutes du terme contre la Suisse, et une grande vitesse lui ayant permis de battre la défense de la Norvège pour marquer lors de la défaite 3-2 des Azzurrine en demi-finale.

Haut