UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Une chance pour le football féminin au Belarus

À l'approche du Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans, le secrétaire général de la Fédération bélarusse de football, espère que cette phase finale offrira un nouvel élan au football féminin dans son pays.

Le Bélarus se prépare à accueillir l'EURO féminin des M19
Le Bélarus se prépare à accueillir l'EURO féminin des M19 ©Sportsfile

À l'approche de la phase finale du Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans de l'UEFA qui aura lieu en juillet, Leonid Dmitranitsa, secrétaire général de la Fédération bélarusse de football (BFF), espère que cette phase finale offrira un nouvel élan au football féminin dans son pays.

Élément moteur 
Il reste six semaines avant que le Belarus n'accueille sa première phase finale d'une compétition de l'UEFA. Huit pays se disputeront la 12e édition du Championnat d'Europe féminin des moins de 19 ans. Des panneaux affichant le slogan "Le football féminin est à la mode" ornent les rues de Minsk, et on s'affaire pour mettre les dernières touches à l'organisation de ce tournoi qui va durer 13 jours. Mais Dmitranitsa espère que son impact ira bien au-delà de la finale du 25 juillet. "Ce Championnat d'Europe n'aurait pas pu arriver à un meilleur moment", a-t-il déclaré. "J'espère que ce sera un élément moteur qui permettra le développement du football féminin au Bélarus."

Tirage défavorable
Le Belarus n'a jamais été représenté dans les tournois européens majeurs, mais ce pays a un certain pedigree chez les jeunes : ce mois-ci, les moins de 21 ans masculins disputeront leur deuxième Championnat d'Europe des moins de 21 ans en Suède. Au Belarus, ce sera la première fois pour une équipe féminine, cette fois en tant que pays organisateur. Le tirage au sort le mois dernier à Minsk aurait pu être plus clément puisque les Bélarusses se retrouveront, entre autres, face à l'Allemagne, quintuple vainqueur de la compétition, dans le Groupe A. "Nous devons nous fixer des objectifs élevés, même si nous sommes dans un groupe très difficile avec l'Allemagne, la France et la Suisse", a déclaré Dmitranitsa. "C'est néanmoins contre ces équipes que l'on découvre notre vrai niveau. Ce sera une excellente expérience."

L'exemple norvégien
"Au Belarus, le football féminin n'est pas aussi populaire qu'on le souhaiterait", a ajouté le secrétaire général de la BFF. "Il y a environ dix millions d'habitants au Belarus, et pas beaucoup de joueuses, contrairement à la Norvège par exemple. Nous ne pouvons pas faire la comparaison pour le moment, mais on fait des efforts, et on accorde beaucoup d'importance au football féminin depuis quatre ans." Dmitranitsa espère aujourd'hui qu'un nouveau palier pourra être franchi.