Analyse de l'équipe

Poland

Pologne

Poland
JoueurNé lePos.ENGITAESPBMClub
1Marta Kaźmierczak28/11/2002Gardien
2Anna Konkol08/01/2002Milieu 40+80
3Agnieszka Glinka08/07/2002Attaquant 80 UKS SMS Lódz (POL)
4Paulina Oleksiak04/07/2002Milieu66*27+19+ UKS SMS Lódz (POL)
5Oliwia Silny16/07/2002Défenseur808080
6Zuzanna Radochońska11/11/2002Défenseur10+40* KS Sztorm AWFiS Gdańsk (POL)
7Paulina Tomasiak02/01/2002Attaquant8080801 UKS Staszówka Jelna (POL)
8Wiktoria Zieniewicz09/05/2002Défenseur808080 UKS SMS Lódz (POL)
9Kinga Kozak15/10/2002Attaquant808040* KKPK Medyk Konin (POL)
10Paulina Filipczak05/07/2001Milieu8053* 1 UKS SMS Lódz (POL)
11Adriana Achcińska22/04/2002Milieu808061*
12Sara Kierul23/06/2002Gardien808080 Blau-Weiss Hohen Neuendorf (GER)
13Wiktoria Kiszkis14/06/2003Milieu11+8080* Arsenal WFC (ENG)
14Michelle Biskup24/01/2002Milieu14+8080 1. FC Köln (GER)
15Oliwia Cichy18/09/2001Milieu 1+ KKS Czarni Sosnowiec (POL)
16Alicja Sokołowska26/10/2002Défenseur 13+ UKS SMS Lódz (POL)
17Zofia Buszewska05/04/2002Défenseur70* KKPK Medyk Konin (POL)
18Klaudia Homa18/01/2002Attaquant8067*80 KS AZS Wrocław (POL)
19Natalia Padilla Bidas06/11/2002Milieu 40+ Club Atlético Málaga (ESP)
20Alexis Legowski20/09/2001Attaquant69*
Pos. = Position; BM = Buts marqués; * = Titulaire; + = Remplaçant

Nina Patalon, Pologne, sélectionneuse :

Je suis en poste depuis quatre ans, j'ai commencé en 2014, un an après que nous avons remporté le titre.

Je pense que c'est important (d'avoir une sélectionneuse qui donne un soutien mental), parfois nous avons une équipe qui n'a pas besoin d'aide, mais parfois la technicienne doit enseigner comment travailler sur la respiration si vous êtes nerveux. Respirer différemment peut apporter du calme si vous savez comment le faire. Savoir comment se préparer pour les matches en ce qui concerne la nervosité, sur le plan psychologique... Elle peut aider les filles à être plus performantes et à récupérer sur le plan mental, après le match. C'est très important parce que ces jeunes filles sont au début de leur carrière et ne peuvent pas savoir ce qu'il va se passer. Je la connais et si elle me dit qu'une joueuse est vraiment nerveuse et qu'elle a besoin d'être détendue, je lui fais confiance. Parfois elle me dit ne pas trop mettre la pression sur certaines filles. Elle est en notre compagnie depuis trois ans, lorsqu'elle est revenue des États-Unis où elle avait travaillé dans le milieu de la boxe. J'ai une opinion différente aujourd'hui sur l'approche psychologique et non pas thérapeutique, ce sont de petites choses comme les interactions et les relations.

La chose la plus importante pour moi c'est être entourée, d'entendre des opinions différentes que je peux analyser et prendre en compte. Il y a d'habitude 12 membres du staff, j'en ai toujours autour de moi sept ou huit. Je dispose de deux analystes vidéo, de deux kinés et de l'attaché de presse ici, alors que normalement je n'en ai qu'un seul de chaque profil.

(Sur l'entraîneur des gardiennes de but) Nous passons beaucoup de temps à évoquer les coups de pied arrêtés ensemble, mais il prend sa décision. Nous voyons ce qui est le mieux et nous en discutons. Mais c'est lui le responsable.

Nous avons une jeune équipe qui évolue en 4-3-3. Je peux faire évoluer ce système, par exemple en 4-1-4-1. Il est plus facile pour la numéro six de rester entre les lignes. Nous devons changer notre défense contre l'Espagne comme contre l'Italie nous avons eu des problèmes avec leurs 9 et leur 10 parce que notre numéro 6 avait deux joueuses dans sa zone et qu'une passe pouvait éliminer notre milieu de terrain. Je pense que je dois mettre mon numéro 8 un peu plus proche de mon numéro six. Si je commence à attaquer, je reviens au 4-3-3… C'est quelque chose que je peux faire.

Maintenant, je porte une analyse sans émotion, je pense que nous avons encaissé un but contre l'Angleterre de manière décevante, alors qu'il n'y avait aucun danger. Ce n'était pas une action fantastique de leur part. Nous tenions le 2-2 lors de la dernière action alors il faut se montrer positif.

En seconde période, contre l'Italie, nous n'avons pas eu de réussite non plus, nous avons eu une superbe occasion avec notre numéro neuf qui a obtenu un face-à-face avec la gardienne elle m'a dit 'Nina, je pense que je ne savais pas quoi faire, je pense que je devais frapper, mais pas comme je l'ai fait'. Je lui ai dit que dans la même situation, la prochaine fois, elle devait visualiser l'endroit où elle devait frapper et qu'elle devait frapper rapidement.

En Pologne, nous n'avons pas de centre d'entraînement national, tout est dans les clubs. La capitaine et dans un centre de formation en club, mais s'entraîne avec les garçons. Notre numéro 7 s'entraîne avec les garçons et joue dans l'équipe féminine. Nos meilleures joueuses s'entraînent avec les garçons.

Il y a deux ou trois clubs féminins qui ont entre 50 et 100 joueuses, et des équipes en première, deuxième et troisième division de jeunes. Le gros problème que nous avons est que les filles ont trop de compétitions, en particulier dans les clubs féminins. Elles peuvent jouer dans l'équipe fanion, dans l'équipe de jeunes et dans l'équipe scolaire. J'ai des filles qui ont été championnes de Pologne la saison dernière. Elles jouent pour l'équipe de jeunes, l'équipe fanion et pour nous. En un an, lorsque nous sommes revenus du tour élite en Bosnie, les joueuses ont parfois joué deux ou trois fois dans la semaine. Personne ne peut arrêter ça, car c'est un système. Je me suis battue depuis deux ou trois ans, les clubs ont la possibilité de faire tourner, mais ils ne le font pas. J'ai dû effectue déjà quatre réunions avec les entraîneurs, et c'est toujours la même chose, mais en Pologne, nous avons un système assez idiot. Si vous gagnez, vous avez de l'argent du gouvernement, en particulier chez les jeunes. Cela vous donne la motivation pour obtenir des résultats. Si vous avez des résultats, vous êtes rétribués, et si vous n’en avez pas, vous n'avez pas d'argent. Parfois, je ne peux pas avoir les filles parce que leurs clubs ont besoin d'elles pour obtenir ces fameux résultats.

Cinq joueuses ne sont pas ici en raison de blessures. Quatre ont vu le jour en 2001 et une autre en 2002. Cela n'a pas commencé avant la phase finale, cela a commencé avant les qualifications. Les cinq joueuses souffrent des ligaments croisés du genou. Deux se sont blessés avant le tour de qualification, deux avant le tour élite. Chez moins de 15 ans, nous avons joué contre la République tchèque il y a eu des blessures des ligaments croisés. Il y a trop de matches et pas assez d'entraînements. Je suis vraiment déçue, en colère. Il y a beaucoup de temps passé à revenir de blessures et à ne pas s'entraîner. Parfois, j'ai l'impression que nous sommes dans un stage d'été".

Entraîneur des gardiens, Pologne :

Jeu à terre, mieux physiquement et plus grandes – nous avons davantage de gardiennes également et il nous faut choisir. Sur le plan mental, elles sont meilleures. Physiquement, Sara est meilleure qu'Anna et plus forte mentalement aussi. Elle est aussi plus jeune qu'Anna l'était chez les moins de 17 ans féminines. Dix ans est un bon âge pour commencer.

Analyse : Pologne

tr_attackAnalyse : Polognetr_defenceAnalyse : Pologne

• Bien préparée tactiquement, beaucoup de variations en attaque comme en défense.
• Joueuses courageuses et performantes dans les duels, utilisant force et détermination.
• Bonne récupération du ballon après la perte ; défense en nombre et bon repli
• Équipe dangereuse sur les ailes et en contre-attaque, transitions positives.
• Paulina Tomasiak (7) excellente techniquement, capable de dribbler ; confiante pour aller provoquer et performante dans la lecture du jeu.
• Adriana Achcińska (11) capable de changer le rythme avec ses passes et sa vitesse.
• Équipe très travailleuse, belle solidarité entre les joueuses.

Nina Patalon, sélectionneuse de la Pologne : "En créant mon équipe, je cherche d'abord les joueuses avec le plus de capacités dans les catégories de jeunes, puis je regarde comment elles comprennent le jeu de leur équipe. En Pologne, les équipes de jeunes évoluent en 4-3-3 mais j'ai choisi un système en 4-1-4-1 en position défensive. Ma philosophie, c'est d'utiliser ce système – je fais des réglages mais je ne change pas le système".