Technicien victorieux

Le site officiel du football européen

Technicien victorieux

Bernhard : "Je me suis dit 'Wahou !'"
Anouschka Bernhard dans les bras de Verena Wieder ©Sportsfile

Technicien victorieux

Bernhard : "Je me suis dit 'Wahou !'"

Il y a du Franz Beckenbauer en Anouschka Bernhard et on l'a vu lorsqu'elle a reçu sa quatrième médaille de championne d'Europe féminine des moins de 17 ans. Sur le podium jonché de confettis dressé sur la pelouse du Plzeň City Stadium, elle était comme perdue dans ses pensées, seule en train d'essayer de réaliser. "Je voulais juste profiter de ce moment pour moi-même", a déclaré Bernhard après avoir satisfait aux obligations des photographes. "C'est un moment où je me suis dit en moi-même 'Wahou !'"

Quel exploit ! Il ne s'agissait pas seulement de remporter un quatrième titre, mais aussi de le faire malgré certains obstacles, des difficultés et des revers qui se sont dressés sur la route de l'Allemagne, détentrice de six trophées dans la catégorie, un record. "Nous avons vraiment vécu des semaines intenses", a-t-elle expliqué. "Avant le tournoi, nous avons eu de véritables difficultés pour former un groupe. Nous avions beaucoup de joueuses blessées et toute cette période a été remplie d'émotions."

Dès janvier, elle devait faire des choix. À ce moment-là, son effectif était déjà réduit. Des victoires impressionnantes sur l'Angleterre et la France en matches de préparation lui ont toutefois permis d'aborder le tour Élite avec un moral regonflé. Une défaite inattendue contre l'Angleterre reléguait l'Allemagne à la deuxième place de son groupe et cette dernière a dû attendre le dénouement des autres groupes pour savoir si les six points qu'elle avait engrangés étaient suffisants pour terminer à la place de meilleur deuxième, ce qui fut le cas.

Attaquante influente et capitaine, Anna-Lena Stolze inscrivait trois buts et donnait trois passes décisives dans ce tour, mais elle était blessée pour la phase finale en République tchèque. Par ailleurs, Bernhard était privée de pas moins de huit joueuses sur lesquelles elle pouvait compter habituellement. Toutes avaient l'expérience de la phase finale de l'année précédente et de la Coupe du Monde féminine U-17 de la FIFA en Jordanie. Elles étaient blessées ou bien leur club refusait de les libérer. "Nous avons perdu notre capitaine en raison d'une blessure et les filles ont été vraiment bouleversées lorsqu'elle a quitté le groupe", a déclaré Bernhard. "Elle leur a dit 'Je ne peux pas marquer des buts maintenant, mais je veux que chacune de vous marque pour moi'." Et ce coup dur s'est transformé en source supplémentaire de solidarité.

©Sportsfile

Depuis qu'elle a rejoint l'Association allemande de football (DFB), en mars 2011, prenant en charge les U16 et les U17, Bernhard – 47 sélections avec l'Allemagne – n'a quasiment connu que le succès. Avec quatre titres chez les moins de 17 ans féminines (2012, 2014, 2016 et maintenant 2017), ses statistiques parlent pour elle. Alors que ses critères de sélection, qui prennent en compte la technique, les connaissances tactiques, les capacités athlétiques – surtout la vitesse et l'agilité – et la personnalité restent inchangés, elle admet avoir évolué de manière significative depuis sa première saison, se concentrant davantage sur un autre aspect : le bien-être psychologique des joueuses.

"Je me sens plus proche des filles et je les comprends mieux", a-t-elle déclaré. La preuve en a été donnée lors du tour Élite lorsque l'une des leçons tirées de la défaite contre l'Angleterre – un match disputé sur un stade attenant à l'hôtel où les joueuses étaient hébergées – était que la préparation n'avait pas été idéale. Pour leur dernier match, sur la même pelouse, elle a décidé d'emmener son équipe pour une courte excursion en autobus simulant leurs préparations habituelles. La Pologne a été battue quatre buts à zéro. Construire sur la confiance et la communication et minimiser la pression sur les joueuses a été l'une des clés.

C'est une méthode éprouvée, et clairement une méthode gagnante.

"Ce Championnat d'Europe a vraiment été un ascenseur émotionnel", a admis Bernhard. Le trophée est en tout cas une nouvelle fois propriété de l'Allemagne, emmenant sa sélectionneuse au septième ciel.

©Sportsfile

https://fr.uefa.com/womensunder17/season=2017/technical-report/winning-coach/index.html#bernhard+suis+wahou