L'affaire de famille de la Portugaise Pereira

Leandra Pereira a été remarquable lors du premier match du Portugal contre l'Autriche, mardi. Et elle n'est pas la seule fille de la famille à se faire un nom.

Leandra Pereira répond à UEFA.com ©UEFA.com

Mardi, Leandra Pereira mettait le feu sur le terrain après cinq minutes de jeu dans la rencontre du Groupe A entre le Portugal et l'Autriche en réalisant une accélération impressionnante avant de tenter un drible audacieux pour se débarrasser de son vis-à-vis.

C'était l'œuvre d'une joueuse en pleine confiance et du talent qui va avec. La joueuse de 15 ans reconnaît en tout cas l'importance de la maîtrise technique si tôt dans sa carrière, même si "ce n'est pas l'aspect le plus important de (son) jeu", dit-elle. "Je me préoccupe surtout du bien-être de l'équipe, mais mes compétences techniques m'ont toujours aidée."

Pereira n'a pas à chercher bien loin pour trouver sa source d'inspiration puisque sa grande sœur Regina est internationale de l'équipe A du Portugal à l'âge de 21 ans. "Ma sœur nous dit, à moi et à toutes les joueuses de l'équipe, d'avoir confiance en nos qualités et de ne jamais craindre l'adversaire quelle que soit leur réputation. On doit juste se concentrer sur notre jeu et espérer que tout se passe bien", explique-t-elle.

Vu son envie de bien faire, il n'est pas surprenant d'apprendre qu'elle a chaussé les crampons dès son plus jeune âge. "Depuis que je suis toute petite, je me voyais devenir footballeuse. Dès que j'avais du temps libre, je jouais avec ma sœur. Et puis j'ai commencé à jouer dans une équipe quand j'avais dix ans et c'est parti de là." Ce qui est encore moins surprenant, c'est d'entendre le nom de son idole. "Il joue au même poste que moi, c'est Cristiano Ronaldo", dit-elle. "J'ai toujours voulu jouer comme lui."

Quand Pereira ne s'élance pas sur l'aile au Championnat d'Europe féminin des moins de 17 ans de l'UEFA, elle profite des installations ultramodernes du St George's Park, le centre national du football de l'Association anglaise (FA) où les huit équipes participantes sont basées. "Ça plaît énormément aux joueuses, elles adorent évoluer dans un lieu aussi merveilleux", s'enthousiasme la n°11.

Sur le terrain, les Portugaises ont concédé un nul sans but face à l'Autriche. "C'était un match extrêmement difficile pour nous, mais on a bien joué, on a souvent dominé", affirme Pereira qui demandé à ses copines de muscler leur jeu. "La seule chose qui m'a déçue, c'est notre jeu dans le dernier tiers. On doit se concentrer et avoir confiance en nous pour pouvoir marquer."