Quiz antidopage pour les M17F

La présentation antidopage à l'EURO M17 féminin a été enrichie d'un quiz remporté par la joueuse allemande Katja Friedl.

Caroline Thom (UEFA) remet son prix à la vainqueur du quiz antidopage, Katja Friedl (Allemagne)
©Sportsfile

Mercredi était jour de repos au Championnat d’Europe féminin des moins de 17 ans de l’UEFA, mais il y a tout de même eu une vainqueur, Katja Freidl, qui a remporté le concours du quiz antidopage qui s’est tenu à l’hôtel des équipes à Reykjavik.

Friedl a remporté un iPad Mini, mais l'objectif plus large du quiz était de réitérer le message déjà donné aux équipes lors des réunions sur le dopage. Le quiz était un questionnaire à choix multiples comprend dix questions choisies au hasard sur 50 possibles.

En plus d'être amusantes, les questions portaient sur les principaux points énoncés par Caroline Thom de l'Unité antidopage de l'UEFA lors de ses présentations d’une demi-heure pour les joueuses. Thom, chef de projet médical et antidopage de l'instance dirigeante européenne, a exprimé la position de l'UEFA contre le dopage, en soulignant qu'il est question de respect, d'égalité et de protéger à la fois l'image du jeu et de la santé des joueuses.

Le règlement de l’Agence mondiale antidopage (AMA) et sa liste des substances interdites ont également été expliquées, tout comme le principe de responsabilité : chaque athlète est responsable de ses propres actions.

Les jeunes joueuses ont également suivi une présentation sur les procédures antidopages, et notamment sur les tests de dépistage. Thom a souligné les risques induits par la prise de médicaments classiques et de suppléments nutritionnels, deux catégories qui peuvent contenir des substances interdites. Pour souligner la gravité de la situation, elle a cité des exemples de joueurs et joueuses sanctionnés après un test positif à une substance interdite trouvée dans un banal sirop contre la toux délivré sans ordonnance, des pilules amincissantes ou des suppléments nutritionnels.

"Vous devez savoir qu’il y a un certain nombre de substances que vous ne pouvez pas prendre quand vous êtes malade. Vérifiez avec votre docteur, ou même auprès de l’UEFA, ou consultez le site internet globaldro.com", ajoutait-elle. "Vous ne pouvez jamais être 100 % sûres des suppléments nutritionnels."

Au sujet des substances récréatives, Thom a martelé aux filles que "des traces de cannabis peut subsister dans votre corps pendant deux mois", avant d’illustrer les effets secondaires de la pris de stéroïdes, avant d’expliquer en détails les conséquences du dopages sur la carrière et la réputation d’un athlète, voire les résultats de son équipe.

Un documentaire filmé à l’UEFA EURO 2012 leur a ensuite été projeté, dans lequel la procédure du dépistage antidopage était expliquée aux adolescentes. "Deux joueuses de chaque équipe ont subi un test, et chaque test est revenu négatif" - voilà la bonne nouvelle de cet événement.

L’UEFA investit du temps et de l’argent dans la lutte contre le dopage, que ce soit chez les plus jeunes ou chez les joueurs d’élite : toutes les stars de l’UEFA EURO 2016 entendront également le même message. Thom a rappelé à son jeune auditoire : "Vous êtes ici parce que vous avez du talent, de l’intelligence et de la discipline. Ce sont ces atouts qui vous permettront d’atteindre le sommet."

Toutes les filles se sont intéressées de près au sujet, comme l’attestent les nombreuses questions qu’elles ont posées après chaque présentation. La plus simple était la suivante : "Une joueuse peut-elle passer par son vestiaire avant d’aller au contrôle antidopage ?" À la fin de la réunion, toutes les filles connaissaient la réponse : "Non".

Haut