L'Espagne face au test islandais

L'Espagne voudra conserver son titre chez les moins de 17 ans féminines, mais pour cela, il faudra battre l'Islande en demi-finale à Nyon.

Le coach espagnol Jorge Vilda avec le trophée remporté en 2010
©Sportsfile

L'affiche de la première demi-finale du Championnat d'Europe féminin des moins de 17 ans de l'UEFA est alléchante : l'Espagne, tenante du titre, affronte une dangereuse équipe d'Islande jeudi à Nyon.

L'Espagne espère bien garder sa couronne obtenue aux tirs au but face à la République d'Irlande il y a un an. Mais il faudra pour cela battre l'Islande, et les Espagnoles ne se considèrent pas comme les favorites de ce tournoi. Le coach de cette équipe espagnole Jorge Vilda déclare : "Nous ne nous mettons pas la pression du fait que nous sommes les tenantes du titre. Le simple fait d'être ici est déjà un succès, et il n'y a aucune obligation de remporter ce tournoi."

De son côté, l'Islande arrive en Suisse forte d'une superbe campagne éliminatoire, avec 37 buts marqués en six matches face à des équipes de qualité comme la Suède ou l'Angleterre. Néanmoins, l'entraîneur Thorlákur Árnason sait qu'il y a de nombreux facteurs à prendre en considération.

"Notre préparation a été différente de celle des autres équipes car notre saison est en cours en Islande", a dit Árnason. "La plupart des joueuses évoluent en Premier League. Elles ont joué beaucoup de matches, et nous n'avons pas eu beaucoup de temps avec elles."

"Nous n'avons eu que trois ou quatre entraînements collectifs ici. Ce que nous avons, c'est la solidarité entre ces joueuses. L'Islande est un petit pays, les joueuses se connaissent, elles jouent souvent les unes contre les autres. Elles jouent dans un bon championnat, c'est pour ça que nous sommes ici."

Et Vilda est bien conscient de la grande forme de son adversaire. "C'est un adversaire très dangereux", a-t-il dit. "C'est une équipe très bien organisée, bien mise en place par son coach. Ce sera un match très serré et on va faire de notre mieux pour le gagner."

Árnason a ajouté : "C'est très difficile de dire si mon équipe est prête. C'est nouveau pour nous de jouer un tournoi comme ça, on ne peut jamais être sûr. On verra ça le jour du match."

Haut