UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Melis et le soutien parental

Manon Melis, meilleure buteuse de l'histoire des Pays-Bas, a effectué le tirage au sort de l'EURO féminin 2017 avant de partager son expérience avec UEFA.org.

Melis et le soutien des parents
Melis et le soutien des parents

Manon Melis, meilleure buteuse de l'histoire des Pays-Bas, a effectué le tirage au sort de la phase finale de l'EURO féminin 2017 la semaine dernière à Rotterdam, juste après avoir annoncé sa retraite sportive.

Manon, fille d'Harry Melis, ancien joueur du Feyenoord, a ensuite répondu aux questions d'UEFA.org. Elle s'est notamment attardée sur le soutien de ses parents, l'ancienne attaquante du Be Quick '28, de Rosengård, de Linköping, Göteborg et Seattle a aussi partagé son avis sur le développement du football féminin grâce à l'UEFA EURO féminin 2017.

UEFA.org : Votre père a-t-il eu pendant sa carrière de joueur un impact sur votre passion pour le football ?

Manon Melis : Mon père a joué, bien sûr, mais j'étais toute petite et je ne m'en souviens pas. Plus tard, j'allais aux matches avec lui et j'ai juste lâché : "Je veux jouer au football moi aussi." Mes parents étaient un peu surpris, "les filles ne jouaient pas" à cette époque. Mais ils m'ont toujours soutenu, m'ont suivi, ils ont regardé mes matches et ont toujours pensé que c'était magnifique d'avoir pu atteindre l'équipe nationale. Ils ont été de grands supporters.

UEFA.org : L'UEFA EURO féminin 2017 va-t-il aider le football féminin à se développer aux Pays-Bas, et dans toute l'Europe ?

Manon Melis : Je pense, oui. Quand les gens voient que les femmes peuvent jouer, c'est très positive. Et aux Pays-Bas, les gens peuvent assister à beaucoup de matches. Quand l'équipe des Pays-Bas fait un bon match, cela donne un gros coup de boost au football féminin. Les jeunes filles peuvent aussi avoir des joueuses comme idoles, et plus seulement des hommes.

Cliquez sur la vidéo ci-dessus pour regarder l'interview en intégralité.